Accéder au contenu
Menu
Agir
Faire un don
ou montant libre :
/mois
Grâce à la réduction d'impôts de 66%, votre don ne vous coûtera que : € 5.1/mois
Espace journalistes

Contact presse

Pour toute demande d'interview ou recevoir nos communiqués de presse :

+33 1 53 38 66 00

+33 6 76 94 37 05 (soir & week-end)

spresse@amnesty.fr

Espace journalistes

Contact presse

Pour toute demande d'interview ou recevoir nos communiqués de presse :

+33 1 53 38 66 00

+33 6 76 94 37 05 (soir & week-end)

spresse@amnesty.fr

Communiqué de presse

Nicaragua. Une dizaine de personnes privées de liberté pour avoir participé aux manifestations qui ont débuté en 2018 présentent des symptômes correspondant au COVID-19

Compte tenu du fait qu’au Nicaragua, des organisations locales et des proches de personnes qui ont été privées de liberté uniquement pour avoir exercé leur droit de manifester pacifiquement ont signalé à plusieurs reprises que certaines de ces personnes présentent des symptômes correspondant au COVID-19, Erika Guevara-Rosas, directrice pour les Amériques à Amnesty International, a déclaré :

« La possible infection au COVID-19 de personnes maintenues en détention uniquement parce qu’elles se sont opposées aux politiques répressives du gouvernement de Daniel Ortega aggrave encore le préjudice qu’elles subissent quotidiennement du fait de leur détention injustifiée. Plus d’une dizaine d’entre elles présentent des symptômes qui pourraient correspondre à ce virus, alors qu’elles sont détenues dans des conditions précaires dans des établissements surpeuplés où elles ne reçoivent pas de soins médicaux adéquats. »

« Certaines de ces personnes souffrent de pathologies préexistantes qui les rendent tout particulièrement vulnérables à ce virus. Il est inacceptable que le gouvernement manque à son obligation de garantir le droit à la santé. La communauté internationale doit rester vigilante sur ce point. Toutes les personnes qui sont maintenues en détention uniquement pour avoir exercé leurs droits à la liberté d’expression et de réunion pacifique doivent être libérées immédiatement.

« Les autorités nicaraguayennes doivent également prendre les mesures nécessaires pour garantir la santé de toutes les autres personnes privées de liberté, et garantir pour l’ensemble de la population carcérale l’accès à l’eau, à des installations sanitaires et à des produits d’hygiène. »

Espace journalistes

Contact presse

Pour toute demande d'interview ou recevoir nos communiqués de presse :

+33 1 53 38 66 00

+33 6 76 94 37 05 (soir & week-end)

spresse@amnesty.fr

Sur le même pays

Nicaragua. Le gouvernement de Daniel Ortega semble se préparer à une nouvelle phase de la répression

Publié le : 30.09.20

À la suite de la récente présentation de la Loi sur la réglementation des agents de l’étranger et de la Loi spéciale relative à la cybercriminalité devant l’Assemblée nationale du Nicaragua, Erika Guevara...

Nicaragua. Des organisations internationales appellent le président Daniel Ortega à cesser le harcèlement et le licenciement arbitraire de professionnels de la santé

Publié le : 17.06.20

En réaction au licenciement d’au moins 16 professionnel·le·s de la santé ces dernières semaines, après qu’ils ont dénoncé la réponse du gouvernement nicaraguayen à la pandémie de COVID-19, Amnesty International,...

Nicaragua. Le gouvernement accroît le risque de propagation du COVID-19 dans un pays déjà laminé par deux années de crise

Publié le : 16.04.20

Alors que la planète se trouve confrontée à un défi historique, le gouvernement du président Daniel Ortega ne tient manifestement aucun compte des recommandations des organismes internationaux de défense...

Nicaragua. Un an et demi après le début de la crise, Amnesty International lance une campagne et demande au gouvernement de cesser la répression

Publié le : 19.10.19

Le gouvernement du Nicaragua doit mettre fin à la stratégie répressive qu’il mène depuis le 18 avril 2018 et qui comprend actuellement des mesures pour fermer, maîtriser ou réduire au silence les organisations...

Nicaragua. Les États membres de l’OEA doivent continuer d’œuvrer activement contre la répression

Publié le : 03.10.19

Dans le contexte de la 173e période ordinaire de sessions de la Commission interaméricaine des droits de l’homme, Amnesty International a organisé des rencontres avec des représentants diplomatiques d’États...

Les cookies assurent le bon fonctionnement du site, en continuant la navigation vous acceptez leur utilisation. Gérer les paramètres