Accéder au contenu
Menu
Agir
Faire un don
ou montant libre :
/mois
Grâce à la réduction d'impôts de 66%, votre don ne vous coûtera que : € 5.1/mois
Espace journalistes

Contact presse

Pour toute demande d'interview ou recevoir nos communiqués de presse :

+33 1 53 38 66 00

+33 6 76 94 37 05 (soir & week-end)

spresse@amnesty.fr

Espace journalistes

Contact presse

Pour toute demande d'interview ou recevoir nos communiqués de presse :

+33 1 53 38 66 00

+33 6 76 94 37 05 (soir & week-end)

spresse@amnesty.fr

Communiqué de presse

Myanmar. Mort de la femme de 20 ans blessée par des tirs de la police lors de manifestations

En réaction à la nouvelle de la mort de Mya Thwe Thwe Khaing, 20 ans, qui avait été blessée par balle à la tête par la police du Myanmar alors qu’elle portait un casque de moto pendant des manifestations à Naypyidaw le 9 février, Joanne Mariner, directrice du programme Réaction aux crises à Amnesty International, a déclaré :

« C’est la conséquence accablante du recours inconsidéré des forces de sécurité aux armes létales contre des manifestant·e·s pacifiques.

« Au lieu de nier en bloc leur responsabilité, les autorités militaires du Myanmar devraient lancer sans délai une enquête approfondie, indépendante et impartiale sur les circonstances de sa mort et les autres cas signalés de recours injustifié et excessif à la force par les forces de sécurité.

« À l’heure où les manifestations continuent de prendre de l’ampleur, les forces de sécurité du Myanmar doivent cesser de porter et d’utiliser des armes létales et respecter le droit de la population d’exprimer ses doléances pacifiquement. Sans cela, ce n’est qu’une question de temps avant que ces méthodes policières brutales et abusives ne sèment encore la mort et la peine. »

Complément d’information

La famille de Mya Thwe Thwe Khaing a confirmé son décès le 19 février 2021.

Le 11 février, des experts du Crisis Evidence Lab, une équipe d’Amnesty International spécialisée dans l’analyse des éléments de preuve recueillis par des citoyens, ont examiné des vidéos diffusées sur les réseaux sociaux filmées lors des manifestations du 9 février au cours desquelles elle a été blessée par balle, qui permettent de confirmer que ce sont des tirs de la police qui l’ont blessée et d’identifier un modèle de pistolet mitrailleur fabriqué au Myanmar porté par les policiers déployés pour ces manifestations. Les autorités nient la présence d’armes létales sur place.

Les Principes de base des Nations unies sur le recours à la force et l’utilisation des armes à feu par les responsables de l’application des lois disposent que les forces de sécurité doivent avoir épuisé tous les moyens non violents avant de recourir à la force.

Espace journalistes

Contact presse

Pour toute demande d'interview ou recevoir nos communiqués de presse :

+33 1 53 38 66 00

+33 6 76 94 37 05 (soir & week-end)

spresse@amnesty.fr

Sur le même pays

Myanmar. Malgré ses dénégations, la police a bien utilisé des pistolets mitrailleurs contre des manifestant·e·s pacifiques

Publié le : 11.02.21

Une jeune femme a été blessée à la tête par les tirs des forces de sécurité du Myanmar lors de manifestations, a pu confirmer Amnesty International après avoir examiné des enregistrements vidéo de l’attaque....

Myanmar. Plusieurs personnes blessées lors de manifestations pacifiques violemment réprimées par les forces de sécurité

Publié le : 09.02.21

En réaction aux informations selon lesquelles plusieurs personnes ont été blessées lorsque les forces de sécurité ont violemment dispersé des manifestations pacifiques le 9 février 2021 à Nay Pyi Taw,...

Myanmar. La session extraordinaire des Nations unies est une première étape bienvenue, mais doit être suivie d’une action concrète

Publié le : 08.02.21

En réaction à l’annonce de l’organisation par le Conseil des droits de l’homme des Nations unies d’une session extraordinaire consacrée au Myanmar le 11 février, Emerlynne Gil, directrice régionale adjointe...

Myanmar. La nouvelle coupure d’Internet est «honteuse et dangereuse»

Publié le : 06.02.21

En réaction au signalement par des sources fiables d’une coupure généralisée de l’Internet mobile au Myanmar, Ming Yu Hah, directrice régionale adjointe du travail de campagne à Amnesty International,...

Myanmar. Le Conseil de sécurité de l’ONU doit agir de toute urgence et demander à l’armée de rendre des comptes

Publié le : 02.02.21

À la veille de la réunion d’urgence du Conseil de sécurité de l’ONU sur le Myanmar qui se tiendra à huis clos le 2 février 2021, Sherine Tadros, responsable adjointe du travail de plaidoyer à Amnesty International,...

Les cookies assurent le bon fonctionnement du site, en continuant la navigation vous acceptez leur utilisation. Gérer les paramètres