Accéder au contenu
Menu
Agir
Faire un don
ou montant libre :
/mois
Grâce à la réduction d'impôts de 66%, votre don ne vous coûtera que : € 5.1/mois
Espace journalistes

Contact presse

Pour toute demande d'interview ou recevoir nos communiqués de presse :

+33 1 53 38 66 00

+33 6 76 94 37 05 (soir & week-end)

spresse@amnesty.fr

Espace journalistes

Contact presse

Pour toute demande d'interview ou recevoir nos communiqués de presse :

+33 1 53 38 66 00

+33 6 76 94 37 05 (soir & week-end)

spresse@amnesty.fr

Communiqué de presse

Italie. La capitaine du Sea-Watch 3 ne doit pas être poursuivie en justice pour avoir sauvé des vies

Réagissant au fait que la juge chargée de l’enquête préliminaire, en Italie, s’est prononcée en faveur de la libération de la capitaine du Sea-Watch 3 Carola Rackete, Elisa De Pieri, chargée de recherche sur l’Europe du Sud à Amnesty International, a déclaré :

« Cette décision est un soulagement pour toutes les personnes qui défendent les droits humains. Carola Rackete a mis sa liberté en jeu pour garantir la sécurité d’autres personnes. Ses initiatives devraient être saluées et non considérées comme des infractions pénales, et il est tristement ironique que ce soit elle qui se soit retrouvée sur le banc des accusés.

« En sauvant des femmes, des hommes et des enfants en mer Méditerranée et en les ramenant à bon port après qu’ils ont passé plusieurs semaines bloqués en mer, Carola Rackete a respecté ses obligations au titre du droit international et du droit italien. En refusant de la laisser accoster dans un port, les autorités italiennes – et maltaises – ont violé les dispositions de ces mêmes législations.

« Or, la juge a aujourd’hui estimé que Carola Rackete a fait son devoir en sauvant des vies en mer, battant ainsi en brèche les charges retenues contre elle. Carola Rackete fait cependant toujours l’objet d’une enquête pour aide présumée à l'immigration illégale, ce qu’Amnesty International considère comme absurde.

« Carola Rackete est la première victime d’un nouveau décret radical sur l'immigration et la sécurité – appelé le décret Salvini - contenant des dispositions qui visent de façon évidente à mettre fin aux activités de sauvetage des ONG. En raison de ces mesures, on va vraisemblablement assister à une multiplication des morts inutiles en mer et des renvois de personnes en Libye, où elles retrouveront de terribles conditions de vie.

« Nous demandons aux députés italiens qui vont débattre de ces mesures dans les prochaines semaines, de ne pas les intégrer dans la loi. Nous sommes solidaires du Sea-Watch et des nombreuses personnes à travers l’Europe qui demandent l’abandon des charges retenues contre Carola Rackete. »

Complément d’information

En tant que capitaine d’un navire, Carola Rackete était tenue aux termes des dispositions du droit de la mer de secourir des personnes perdues en mer et de les débarquer dans un endroit où elles seraient en sécurité. Elle avait à plusieurs reprises contacté les autorités italiennes et maltaises pour demander l’autorisation d’accoster dans un port afin de faire débarquer les personnes secourues. Cela lui a été refusé.

Comme le reconnaît l’Italie, compte tenu du fait que les ressortissants étrangers risquent systématiquement d’être arrêtés de façon arbitraire et torturés en cas de renvoi, la Libye ne peut pas être considérée comme un lieu sûr pour un débarquement.

En conséquence, quand des personnes sont secourues dans les eaux internationales en Méditerranée centrale, les gouvernements devraient rapidement intervenir et coopérer pour désigner dans les meilleurs délais un lieu sûr dans un autre pays européen à proximité.

Le deuxième « décret Salvini », qui a été adopté par le gouvernement italien le 14 juin et que le Parlement italien pourrait transformer en loi au cours des prochaines semaines, accorde au ministre de l’Intérieur de nouveaux pouvoirs qui lui permettent de restreindre l’accès aux eaux territoriales pour des raisons de sécurité publique ou quand un navire transporte des migrants en situation irrégulière. En cas de non-respect d’une telle décision, le capitaine du navire et le propriétaire du navire peuvent se voir infliger des amendes administratives allant de 10 000 à 50 000 euros. Le navire peut en outre être saisi.

Espace journalistes

Contact presse

Pour toute demande d'interview ou recevoir nos communiqués de presse :

+33 1 53 38 66 00

+33 6 76 94 37 05 (soir & week-end)

spresse@amnesty.fr

Sur le même pays

Italie. L’équipage d’un navire de sauvetage risque 20 ans de prison, trois ans après le début d’une enquête pour trafic illicite

Publié le : 31.07.20

À l’occasion du troisième anniversaire de la mise sous séquestre du navire de sauvetage Iuventa et du début de l’enquête judiciaire sur 10 membres de son équipage, Amnesty International lance une action...

Italie. Les accusations portées contre la capitaine du Sea-Watch 3 doivent être abandonnées

Publié le : 18.07.19

Alors que Carola Rackete, la capitaine du Sea-Watch 3, doit être interrogée le 18 juillet 2019 par des procureurs à Agrigente, en Sicile, pour des accusations d’aide à l’immigration clandestine et de résistance...

Italie. Un Comité du Conseil de l’Europe prend des mesures importantes pour protéger les Roms contre les expulsions forcées

Publié le : 08.07.19

En réaction à la décision du Comité européen des Droits sociaux qui a demandé à l’État italien de prendre des mesures immédiates afin de protéger les droits au logement des Roms, Lucy Claridge, directrice...

Italie/UE. Kumi Naidoo réagit à la fin des opérations de sauvetage de l’Aquarius

Publié le : 20.12.18

En réaction aux informations de Médecins Sans Frontières (MSF) et SOS Méditerranée selon lesquelles le navire de recherche et de sauvetage Aquarius a été contraint de mettre fin à ses opérations, le secrétaire...

Italie/Malte. Cessez de jouer avec la vie des migrants en fermant les ports

Publié le : 16.08.18

En réaction à la nouvelle selon laquelle les autorités italiennes et maltaises ont fermé leurs ports à l’Aquarius, le navire de sauvetage affrété par l’association SOS Méditerranée qui compte à son bord...

Les cookies assurent le bon fonctionnement du site, en continuant la navigation vous acceptez leur utilisation. Gérer les paramètres