Accéder au contenu
Menu
Agir
Faire un don
ou montant libre :
/mois
Grâce à la réduction d'impôts de 66%, votre don ne vous coûtera que: 5.1/mois
Espace presse

Contact presse

Pour toute demande d'interview ou recevoir nos communiqués de presse :

+33 1 53 38 66 00

+33 6 76 94 37 05 (soir & week-end)

spresse@amnesty.fr

Espace presse

Contact presse

Pour toute demande d'interview ou recevoir nos communiqués de presse :

+33 1 53 38 66 00

+33 6 76 94 37 05 (soir & week-end)

spresse@amnesty.fr

Communiqué de presse

Chine. Répression accrue contre des militant·e·s à l’approche du 30e anniversaire des événements de Tiananmen

Il faut que les autorités chinoises mettent fin à la vague de persécutions visant les personnes qui tentent de rendre hommage aux victimes de la répression de Tiananmen, a déclaré Amnesty International à l’approche du 30e anniversaire du massacre.

Ces dernières semaines, la police a arrêté, assigné à résidence ou menacé des dizaines de militant·e·s qui entendaient commémorer les événements du 4 juin, ainsi que des proches de personnes tuées.

Les 3 et 4 juin 1989, l’armée a ouvert le feu sur la place Tiananmen et aux alentours, faisant des centaines voire des milliers de morts parmi les manifestant·e·s et les civils sans arme qui réclamaient en grand nombre des réformes politiques.

« Trente ans après le bain de sang de la place Tiananmen, les victimes et leur famille méritent au moins la justice. Cependant, le président Xi Jinping continue de suivre la même ligne politique éculée, en persécutant avec cruauté les personnes qui cherchent à faire éclater la vérité sur cette tragédie dans le cadre d’une démarche concertée qui vise à effacer des mémoires la répression du 4 juin, a déclaré Roseann Rife, directrice des recherches sur l’Asie de l’Est à Amnesty International.

« Le gouvernement chinois doit accepter qu’aucune répression, aussi massive soit-elle, n’effacera jamais les horreurs du massacre de grande ampleur qui a eu lieu sur la place Tiananmen et à proximité. Un premier pas vers la justice consisterait à enfin autoriser la population chinoise, notamment les personnes âgées dont les enfants ont été tués lors de ces événements, à rendre hommage aux victimes du 4 juin. »

Censure

Toute référence à la répression de Tiananmen est encore systématiquement censurée en Chine. Toute personne qui tente de rendre hommage aux victimes prend un gros risque et peut être harcelée ou détenue.

En avril, le militant Chen Bing a été condamné à trois ans et demi d’emprisonnement après avoir été déclaré coupable, aux côtés de trois autres militants – Fu Hailu, Luo Fuyu et Zhang Junyong –, d’avoir « cherché à provoquer des conflits et troublé l’ordre public » parce qu’ils avaient commémoré l’anniversaire des événements de Tiananmen de façon originale en proposant un alcool local dans des bouteilles spéciales.

Le 18 mai, le militant sichuanais Deng Chuanbin a été placé en détention pour avoir « cherché à provoquer des conflits et troublé l’ordre public ». Sa détention serait en rapport avec un message qu’il a publié sur Twitter pour commémorer les manifestations de Tiananmen.

Le 20 mai, la police a ordonné à Ding Zilin (82 ans), dont le fils Jiang Jielian (17 ans à l’époque) a été tué par des militaires lors de la répression du 4 juin, de quitter son domicile de Pékin et de parcourir plus de 1 100 kilomètres pour se rendre à Wuxi, sa ville natale (province du Jiangsu). C’est une pratique à laquelle les autorités ont couramment recours pour tenter de faire taire des militant·e·s à des moments sensibles au niveau politique et pour les empêcher de parler à des médias étrangers.

Ding Zilin est l’une des fondatrices des Mères de Tiananmen, un groupe de familles de victimes qui réclament une enquête sur le massacre du 4 juin. D’autres membres du groupe ont été placés sous surveillance policière ces dernières semaines.

La répression visant les personnes qui souhaitent commémorer publiquement le 30e anniversaire des événements de Tiananmen est le dernier volet d’une attaque plus massive contre les militant·e·s en Chine. Depuis que le président Xi Jinping est au pouvoir, les autorités chinoises ont décimé les rangs des avocat·e·s défenseur·e·s des droits humains et des militant·e·s qui demandent des réformes politiques et juridiques. Cette répression sans merci se caractérise par des arrestations arbitraires, des détentions au secret, des actes de torture et d’autres mauvais traitements.

« Les personnes âgées dont les enfants ont été tués n’ont plus beaucoup de temps pour obtenir la vérité et la justice. Nous exhortons les autorités chinoises à faire ce qu’il convient et à ouvrir une enquête transparente et indépendante sur la répression violente de 1989 », a déclaré Roseann Rife.

Amnesty International appelle une nouvelle fois les autorités chinoises à :

- reconnaître publiquement les violations des droits humains commises lors de la répression des événements de la place Tiananmen en 1989 ;

- ouvrir une enquête transparente et indépendante sur ces faits et amener les responsables présumés d’atteintes aux droits humains à rendre des comptes pour leurs actes ;

- accorder des réparations aux victimes de la répression de 1989 et à leurs familles ;

- cesser de harceler et de poursuivre en justice les personnes qui commémorent les manifestations qui se sont déroulées sur la place Tiananmen en 1989 ou qui en parlent et, plus généralement, les personnes qui exercent pacifiquement leurs droits à la liberté d’expression et de réunion.

Espace presse

Contact presse

Pour toute demande d'interview ou recevoir nos communiqués de presse :

+33 1 53 38 66 00

+33 6 76 94 37 05 (soir & week-end)

spresse@amnesty.fr

Les cookies assurent le bon fonctionnement du site, en continuant la navigation vous acceptez leur utilisation. Gérer les paramètres