Accéder au contenu
Menu
Agir
Faire un don
ou montant libre :
/mois
Grâce à la réduction d'impôts de 66%, votre don ne vous coûtera que : € 5.1/mois
Espace journalistes

Contact presse

Pour toute demande d'interview ou recevoir nos communiqués de presse :

+33 1 53 38 66 00

+33 6 76 94 37 05 (soir & week-end)

spresse@amnesty.fr

Espace journalistes

Contact presse

Pour toute demande d'interview ou recevoir nos communiqués de presse :

+33 1 53 38 66 00

+33 6 76 94 37 05 (soir & week-end)

spresse@amnesty.fr

Communiqué de presse

Cambodge. La dissolution d’un parti d’opposition est un « acte de répression politique flagrant »

En réaction à la décision de la Cour suprême cambodgienne de dissoudre le Parti du sauvetage national du Cambodge (PSNC), le principal parti d’opposition du pays, James Gomez, directeur régional pour l’Asie du Sud-Est et le Pacifique à Amnesty International, a déclaré :

« En plus d’être un acte de répression politique flagrant auquel il faut remédier immédiatement, la décision de la Cour suprême de dissoudre le Parti du sauvetage national du Cambodge constitue également une grave violation du droit à la liberté d’expression et d’association au Cambodge. Cette injustice est exacerbée par le fait que la Cour suprême a en plus interdit à plus de 100 hauts responsables du PSNC d’exercer des activités politiques pendant cinq ans. »

« Il s’agit d’une preuve supplémentaire que le pouvoir judiciaire est utilisé comme une extension du pouvoir exécutif et comme un outil politique pour réduire au silence l’opposition. Le juge présidant la Cour suprême est très proche du Premier ministre Hun Sen et est membre de plusieurs comités de haut niveau du Parti du peuple cambodgien (PPC) au pouvoir. »

« Malheureusement, ceci n’est que l’aboutissement de plusieurs mois de menaces, d’intimidations et d’actes de répression. Les autorités ont lancé une vaste attaque contre la dissidence, notamment en fermant des ONG et des organes de presse et en harcelant et en emprisonnant des défenseurs des droits humains. La communauté internationale ne peut pas rester sans rien faire ; elle doit faire clairement savoir que cette répression est inacceptable. » 

Complément d’information

La dissolution du PSNC est liée à une plainte déposée par le ministère de l’Intérieur au titre d’une loi modifiée récemment et interdisant aux partis politiques de « conspirer avec des criminels ». Kem Sokha, le dirigeant du PSNC, a été arrêté au début du mois de septembre pour des accusations de « complot avec une puissance étrangère » forgées de toutes pièces. Il est toujours en détention.

Espace journalistes

Contact presse

Pour toute demande d'interview ou recevoir nos communiqués de presse :

+33 1 53 38 66 00

+33 6 76 94 37 05 (soir & week-end)

spresse@amnesty.fr

Sur le même pays

Cambodge. Des jeunes ciblés dans le cadre d’une vague d’arrestations «choquantes»

Publié le : 10.09.20

Les autorités cambodgiennes doivent mettre un terme à leur offensive appuyée contre les jeunes qui défendent les droits humains et les personnes qui expriment pacifiquement leurs opinions politiques, a...

Cambodge. Un projet de loi répressif relatif à l’ordre public cible les plus vulnérables de la société

Publié le : 13.08.20

Le projet de loi du Cambodge relatif à l’ordre public constitue une attaque contre les droits humains qui cible les personnes les plus vulnérables de la société, a déclaré Amnesty International jeudi 13...

Cambodge / Thaïlande. La décision de justice dans l’affaire Mitr Phol marque un tournant décisif pour la responsabilité des entreprises en Asie du Sud-Est

Publié le : 31.07.20

En réaction à la décision rendue vendredi 31 juillet par le tribunal civil de Bangkok Sud d’accorder le statut de recours collectif aux poursuites engagées par plus de 700 familles cambodgiennes contre...

Cambodge. Une enquête doit être ouverte pour établir ce qu’il est advenu d’un dissident thaïlandais qui a disparu

Publié le : 05.06.20

Réagissant aux informations signalant que Wanchalearm Satsaksit, militant âgé de 37 ans, a été enlevé par des inconnus devant un immeuble d’habitation à Phnom Penh, David Griffiths, directeur du bureau...

Cambodge. Les propositions de réformes pénales doivent aller plus loin

Publié le : 03.06.20

Amnesty International et Human Rights Watch demandent au gouvernement cambodgien de ne pas s’en tenir aux réformes qu’il a annoncées pour s’attaquer à la surpopulation carcérale et aux atteintes aux droits...

Les cookies assurent le bon fonctionnement du site, en continuant la navigation vous acceptez leur utilisation. Gérer les paramètres