Accéder au contenu
Menu
Agir
Faire un don
ou montant libre :
/mois
Grâce à la réduction d'impôts de 66%, votre don ne vous coûtera que : € 5.1/mois
Agir

Aujourd’hui, nous avons besoin de vous pour continuer

Amnesty International est une des rares associations à financer l’essentiel de ses actions grâce à la générosité de ses membres et donateurs. Nous ne pouvons plus mener à bien certaines de nos opérations de collecte de fonds, mais vous pouvez continuer à nous soutenir en ligne.

Espace journalistes

Contact presse

Pour toute demande d'interview ou recevoir nos communiqués de presse :

+33 1 53 38 66 00

+33 6 76 94 37 05 (soir & week-end)

spresse@amnesty.fr

Espace journalistes

Contact presse

Pour toute demande d'interview ou recevoir nos communiqués de presse :

+33 1 53 38 66 00

+33 6 76 94 37 05 (soir & week-end)

spresse@amnesty.fr

Communiqué de presse

Burundi. Lancement de la campagne mondiale en faveur de Germain Rukuki

  •  Amnesty International met en lumière le cas de Germain Rukuki dans sa campagne phare annuelle d’écriture de lettres

Les autorités burundaises doivent annuler la déclaration de culpabilité du défenseur des droits humains Germain Rukuki et le libérer immédiatement et sans condition, a déclaré Amnesty International le 20 novembre 2020, à l’occasion du lancement de sa campagne annuelle d’écriture de lettres, Écrire pour les droits.

« Germain Rukuki est détenu depuis plus de trois ans pour des accusations forgées de toutes pièces. Pendant cette période, il n’a pas vu sa famille et n’a pas pu rencontrer son plus jeune fils, qui est né après son arrestation. Germain Rukuki paie le prix de son travail en faveur des droits humains dans un pays où le gouvernement et le parti au pouvoir ne tolèrent toujours aucune dissidence », a déclaré Deprose Muchena, directeur régional pour l’Afrique de l’Est et l’Afrique australe à Amnesty International.

« Nous demandons au monde d’être solidaire de Germain Rukuki, prisonnier d’opinion détenu pour avoir simplement exercé son droit à la liberté d’expression, et d’écrire une lettre appelant les autorités burundaises à le libérer et à mettre fin à la répression des défenseur·e·s des droits humains. »

Germain Rukuki a été arrêté en juillet 2017 et purge une peine de 32 ans d’emprisonnement après avoir été déclaré coupable de « rébellion », d’« atteinte à la sûreté de l’État », de « participation à un mouvement insurrectionnel » et « d’atteinte à l’autorité de l’État ».

En juin 2020, la Cour suprême a invalidé la confirmation de sa déclaration de culpabilité prononcée l’année précédente par la cour d’appel, citant des irrégularités, et a ordonné un réexamen de son recours par la cour d’appel. La date de la nouvelle audience n’a pas encore été annoncée.

De nombreux défenseur·e·s des droits humains, dirigeant·e·s de l’opposition et journalistes ont fui le Burundi depuis la violente répression des manifestations contre la décision du président défunt Pierre Nkurunziza de briguer un troisième mandat en 2015. Celles et ceux qui sont restés ont été victimes de menaces et de représailles, notamment d’agressions physiques et de disparitions forcées.

Germain Rukuki a rejoint le mouvement de défense des droits humains lorsqu’il était étudiant, d’abord comme bénévole, puis comme employé de l’ACAT-Burundi, une organisation contre la torture. L’ACAT-Burundi a été suspendue en 2015, puis définitivement fermée en 2016, en même temps que quatre autres groupes de défense des droits humains qui s’étaient également opposés au troisième mandat du président Pierre Nkurunziza. Germain Rukuki travaillait pour une autre organisation au moment de son arrestation, mais sa collaboration passée avec l’ACAT-Burundi a servi de base aux accusations portées contre lui.

Chaque année en décembre, à l’occasion de la campagne Écrire pour les droits, qui est devenue le plus grand événement de défense des droits humains à l’échelle planétaire, des personnes des quatre coins de la planète adressent des millions de lettres, de courriels, de tweets, de messages sur Facebook et de cartes postales à des personnes dont les droits humains sont menacés. Le cas de Germain Rukuki est l’un des 10 cas sélectionnés pour la campagne Écrire pour les droits 2020. Les autres cas concernent des personnes en Afrique du Sud, en Algérie, en Arabie saoudite, au Chili, en Colombie, à Malte, au Myanmar, au Pakistan et en Turquie.

 

Espace journalistes

Contact presse

Pour toute demande d'interview ou recevoir nos communiqués de presse :

+33 1 53 38 66 00

+33 6 76 94 37 05 (soir & week-end)

spresse@amnesty.fr

Sur le même pays

Burundi. Le journaliste Jean Bigirimana a disparu depuis 1 500 jours

Publié le : 30.08.20

Le 30 août 2020, Journée internationale des personnes disparues, marque les 1 500 jours depuis la disparition du journaliste burundais Jean Bigirimana, qui aurait été arrêté par le Service national de...

Burundi. C’est le moment de libérer Germain Rukuki

Publié le : 13.07.20

Il y a trois ans, des dizaines de membres des forces de sécurité ont fait irruption au petit matin au domicile du défenseur burundais des droits humains Germain Rukuki à Bujumbura, la capitale. Cet homme...

Burundi. Le président Évariste Ndayishimiye doit saisir l’opportunité qui s’offre à lui de fixer un programme de réformes

Publié le : 18.06.20

La prise de fonctions d’Évariste Ndayishimiye, le nouveau président du Burundi, offre l’occasion de rétablir le respect des droits humains dans le pays en libérant l’espace civique et en mettant fin aux...

Burundi. La confirmation de la condamnation de quatre journalistes porte un coup à la liberté de la presse

Publié le : 05.06.20

En réaction à la décision de la cour d’appel de Ntahangwa, qui a confirmé les condamnations d’Agnès Ndirubusa, Christine Kamikazi, Egide Harerimana et Térence Mpozenzi, journalistes travaillant pour Iwacu,...

Burundi. Lancement de la campagne électorale dans un contexte de COVID-19, de harcèlement et de tensions

Publié le : 27.04.20

La campagne électorale pour l’élection présidentielle du 20 mai a officiellement débuté aujourd’hui, dans un contexte de pandémie de COVID-19 et de manœuvres d’intimidation persistantes exercées par les...

Les cookies assurent le bon fonctionnement du site, en continuant la navigation vous acceptez leur utilisation. Gérer les paramètres