Agir
Faire un don
ou montant libre :
/mois
Grâce à la réduction d'impôts de 66%, votre don ne vous coûtera que : 5,1 €/mois
Espace journalistes

Contact presse

Pour toute demande d'interview ou recevoir nos communiqués de presse :

+33 1 53 38 66 00

+33 6 76 94 37 05 (soir & week-end)

spresse@amnesty.fr

Espace journalistes

Contact presse

Pour toute demande d'interview ou recevoir nos communiqués de presse :

+33 1 53 38 66 00

+33 6 76 94 37 05 (soir & week-end)

spresse@amnesty.fr

Afghanistan. La mort d’un photographe de Reuters souligne la nécessité de protéger les journalistes qui couvrent le conflit

En réaction à la mort du journaliste de Reuters Danish Siddiqui, tué le 16 juillet à Spin Boldak, en Afghanistan, alors qu’il couvrait des affrontements entre les forces de sécurité afghanes et des combattants talibans, Samira Hamidi, chargée de campagne pour la région Asie du Sud à Amnesty International, a déclaré :

« L’annonce de la mort de Danish Siddiqui est un choc. Nous adressons toutes nos condoléances à sa famille, à ses amis et à ses collègues. Danish Siddiqui était un photojournaliste courageux, connu pour ses images percutantes qui ont dépeint une chronique minutieuse de l’une des pires crises humanitaires du monde.

« Afin de préserver le droit fondamental à la liberté d’expression et de garantir l’accès de la population à des informations fiables, les reporters engagés dans des missions professionnelles dans des zones de conflit armé doivent bénéficier de mesures de protection plus efficaces de la part des autorités. »

Complément d’information

Danish Siddiqui travaillait comme photographe à Reuters depuis 2010. Il a couvert des guerres en Afghanistan et en Irak, la crise des réfugiés rohingyas, les manifestations à Hong Kong, la crise du COVID-19 en Inde et les tremblements de terre au Népal. Il faisait partie de l’équipe de photographes de Reuters qui a remporté le prix Pulitzer 2018 de la photographie d'article de fond pour leur couverture de la crise des réfugiés rohingyas.

Selon l’agence Reuters, cette semaine, Danish Siddiqui était intégré en tant que journaliste aux forces spéciales afghanes stationnées dans la province de Kandahar, dans le sud du pays. Il couvrait les affrontements entre commandos afghans et combattants talibans.

D’après la Mission d'assistance des Nations unies en Afghanistan (MANUA), 65 journalistes et défenseurs des droits humains ont perdu la vie depuis 2018. Depuis le début des pourparlers de paix, entre septembre 2020 et mai 2021, 17 défenseurs des droits humains au total ont été tués, dont neuf journalistes.

Espace journalistes

Contact presse

Pour toute demande d'interview ou recevoir nos communiqués de presse :

+33 1 53 38 66 00

+33 6 76 94 37 05 (soir & week-end)

spresse@amnesty.fr

Sur le même pays

Afghanistan. La communauté internationale doit prendre des mesures décisives pour éviter une nouvelle tragédie

Publié le : 16.08.21

En réaction à l’effondrement du gouvernement afghan après la prise de pouvoir par les talibans et aux scènes de chaos à l’aéroport de Kaboul alors que des milliers de personnes cherchent à quitter le pays,...

Afghanistan. L’exécution de soldats qui se sont rendus est un crime de guerre

Publié le : 13.07.21

En réaction à des enregistrements vidéo diffusés par CNN, montrant l’exécution d’un groupe de commandos afghans par des combattants talibans, Samira Hamidi, chargée d’action sur l’Asie du Sud à Amnesty...

Afghanistan. Les homicides de civil·e·s dans le cadre de plusieurs attaques meurtrières doivent faire l’objet d’enquêtes

Publié le : 16.06.21

Les autorités afghanes doivent mener des enquêtes et traduire en justice les auteurs présumés d’une série brutale d’attaques s’apparentant à des crimes de guerre et ayant fait au moins 24 mort·e·s parmi...

Afghanistan. Besoin urgent d’oxygène et de vaccins face à la flambée de COVID-19

Publié le : 11.06.21

Afghanistan. Le risque de dégradation des droits des femmes et des filles plane tandis que les négociations de paix vacillent

Publié le : 24.05.21

Deux décennies de progrès durement acquis par les femmes et les filles afghanes risquent d’être anéanties, a déclaré Amnesty International dans une déclaration publique qui souligne l’implication limitée...