Accéder au contenu
Menu
Agir
Faire un don
ou montant libre :
/mois
Grâce à la réduction d'impôts de 66%, votre don ne vous coûtera que : € 5.1/mois
Agir

Aujourd’hui, nous avons besoin de vous pour continuer

Amnesty International est une des rares associations à financer l’essentiel de ses actions grâce à la générosité de ses membres et donateurs. Nous ne pouvons plus mener à bien certaines de nos opérations de collecte de fonds, mais vous pouvez continuer à nous soutenir en ligne.

Portrait

Les jeunes de Grassy Narrows

À Grassy Narrows au Canada, 9 habitants sur 10 présentent des symptômes liés à un empoisonnement au mercure, parmi lesquels des troubles neurologiques.

2 avril 2020

Après des années d’attente, la construction d’un centre de soins à hauteur de 19,5 millions de dollars a été actée. La mobilisation continue pour veiller au bon déroulement des opérations de financement.

Pour défendre les jeunes de Grassy Narrows, 317 711 actions de solidarité et d’interpellation auprès des autorités ont été menées par nos sympathisants en France !

Depuis 50 ans, du mercure empoisonne rivières et poissons, essentiels à la subsistance du peuple autochtone Anishinaabe de Grassy Narrows, dans le nord-ouest de l’Ontario au Canada. C’est à l’heure actuelle l’une des pires crises sanitaires jamais connue dans le pays.

Tout a commencé dans les années 1960, lorsque le gouvernement a autorisé une usine de pâte à papier à déverser des tonnes de mercure dans le réseau hydrographique. Dix ans après, les autorités fédérales et provinciales constataient, sans réagir, des niveaux dangereusement élevés de ce métal lourd dans les poissons, rendus impropres à la consommation.

Depuis, les Anishinaabe, qui dépendent de la pêche pour se nourrir, ont vu leur culture et leurs traditions reculer. Ils ont perdu leur moyen de subsistance et ont développé de graves problèmes de santé. À Grassy Narrows, 9 habitants sur 10 présentent des symptômes liés à un empoisonnement au mercure, parmi lesquels des troubles neurologiques.

En 2017, le gouvernement promettait de traiter la crise « une bonne fois pour toutes ». Cela implique de nettoyer la rivière, fournir des soins de santé spécialisés et d’indemniser la population. Jianne Turtle, 13 ans, regrette que le gouvernement ait « beaucoup parlé » mais « absolument rien fait ». Aux côtés des autres jeunes de Grassy Narrows, elle se bat pour que le gouvernement canadien tienne ses promesses.

Les cookies assurent le bon fonctionnement du site, en continuant la navigation vous acceptez leur utilisation. Gérer les paramètres