Accéder au contenu
Menu
Agir
Faire un don
ou montant libre :
/mois
Grâce à la réduction d'impôts de 66%, votre don ne vous coûtera que: 5.1/mois
Taha Bouhafs © Homayoun

Taha Bouhafs © Homayoun

Taha Bouhafs © Homayoun

Liberté d'expression
Actualité

Poursuites contre le journaliste Taha Bouhafs : nos inquiétudes

Le 11 juin dernier, le journaliste Taha Bouhafs est violemment arrêté par la police alors qu’il couvrait une mobilisation pacifique de travailleurs sans-papiers à Alfortville. Il est maintenant poursuivi en justice.

Il aurait été frappé à plusieurs reprises par les forces de l’ordre.  Il est maintenant poursuivi pour outrage et rébellion à l’encontre d’agents dépositaires de l’autorité publique. Son téléphone a été mis sous scellés, ce qui pourrait compromettre le secret des sources. Nous avons écrit à la procureure  de Créteil pour l’interpeller sur les risques graves de violation du droit à la liberté d’expression et d’usage excessif de la force dans cette affaire.

Multiplication des violences contre les journalistes

Nous nous inquiétons de la multiplication des violences et interpellations contre des journalistes couvrant des mobilisations sociales en France. Taha Bouhafs a eu l’épaule déboitée pendant son arrestation et il s’est vu prescrire 10 jours d’ITT et 3 semaines d’arrêt. Nous demandons que la sa plainte pour usage excessif de la force par les forces de l’ordre fasse l’objet d’une enquête indépendante et impartiale dans les meilleurs délais.

Nous nous inquiétons également de l’usage de poursuites infondées pour outrage et rébellion à l’encontre de victimes en d’un usage excessif de la force par les forces de l’ordre, une pratique d’intimidation que nous avons documenté à plusieurs reprises par le passé.

Multiplication des atteintes au secret des sources

Enfin, nous nous inquiétons de la multiplication des tentatives d’atteinte au secret des sources se récemment en France avec, notamment, la tentative de perquisition avortée dans les locaux de Médiapart en décembre 2018 et les convocations à la DGSI de sept journalistes ayant travaillé sur les révélations des Yemen Papers.

Nous nous inquiétons de la multiplication des violences et interpellations contre des journalistes couvrant des mobilisations sociales en France, notamment les interpellations de Gaspard Glanz et Alexis Kraland le 22 avril dernier ou l'interpellation à 6h du matin à son domicile du journaliste Léo Ks, après que lui même et Nno Man, du collectif Oeil, aient été empêché de filmer un mouvement de grève au siège national de La Poste.

La mise sous scellés du téléphone de Taha Bouhafs, qui est son principal outil de travail, constitue une entrave à l’exercice de son métier de journaliste et l’accès à l’intégralité du contenu de l’appareil pourrait constituer une atteinte au secret des sources. Par ailleurs, les images du début de son interpellation y ont été enregistrées, et sont cruciales pour préparer sa défense. En l’absence de raison impérative, ce téléphone devrait lui être restitué dans les meilleurs délais.

DEVENIR MEMBRE

C’est grâce au soutien de nos membres et donateurs que nous pouvons enquêter en toute indépendance et faire respecter les droits de toutes et tous à travers le monde.

Pour poursuivre notre mission et continuer à construire un monde plus juste, nous avons besoin du soutien du plus grand nombre.

Soutenez notre indépendance en devenant membre d’Amnesty International France.

Les cookies assurent le bon fonctionnement du site, en continuant la navigation vous acceptez leur utilisation. Gérer les paramètres