Accéder au contenu
Menu
Agir
Faire un don
ou montant libre :
Grâce à la réduction d'impôts de 66%, votre don ne vous coûtera que: 34
A Tripoli le 3 juillet 2019 © MAHMUD TURKIA/AFP/Getty Images

A Tripoli le 3 juillet 2019 © MAHMUD TURKIA/AFP/Getty Images

A Tripoli le 3 juillet 2019 © MAHMUD TURKIA/AFP/Getty Images

Conflits armés et populations
Actualité

Attaque d’un centre de rétention en Libye : à quand une enquête ?

Avant l’attaque, nous avions averti les autorités libyennes qu’elles mettaient en péril la vie des réfugiés et des migrants.

L’emplacement du centre de rétention pour migrants de Tajoura était en effet connu de toutes les parties au conflit.

Une attaque sur des civils 

 Notre analyse des vidéos et photos publiées depuis le lieu de l’attaque ont permis de confirmer qu’il s’agit du centre de rétention de Tajoura, géré par la Direction générale de la lutte contre la migration illégale, qui dépend du ministère libyen de l’Intérieur. Une photo de la cellule des hommes montre un large cratère, de plusieurs mètres de large, qui correspond aux dégâts que cause une bombe lâchée par un aéronef.

L’identité des responsables de cette attaque n’a pas encore été établie, mais cette semaine des médias ont indiqué que les forces de l’Armée nationale libyenne (ANL) autoproclamée avaient récemment reçu des avions de combat F-16. Ces avions sont capables de mener des frappes aériennes de nuit avec des bombes de gros calibre pouvant causer des dégâts de ce type. Nos recherches montrent également qu’un entrepôt utilisé pour stocker des armes se trouvait dans la même enceinte que le centre de rétention de Tajoura.

Lire aussi : A Tripoli 1,2 millions de personnes en danger

Ce que dit le droit international

Le droit international humanitaire prévoit que toutes les parties à un conflit doivent prendre toutes les précautions possibles pour minimiser les risques pesant sur les civils, y compris en retardant ou en annulant une attaque. Même si le dépôt militaire était la cible choisie pour cette attaque, le grand nombre de civils se trouvant à proximité de cette cible rendait cette attaque illégale.

Les parties au conflit doivent également prendre toutes les mesures possibles pour protéger les civils qui se trouvent sous leur contrôle contre les conséquences des attaques, notamment en évitant de placer des objectifs militaires, tels que des sites de stockage d’armes, près de zones civiles. Nos recherches ont confirmé que certains détenus avaient été contraints à travailler sur le site militaire de Tajoura, contre leur volonté, ce qui constitue aussi une violation du droit international.

DEVENIR MEMBRE

C’est grâce au soutien de nos membres et donateurs que nous pouvons notamment enquêter en toute indépendance sur les violations des droits humains des gouvernements, dont celui de la France.

Pour poursuivre notre mission et continuer à construire un monde plus juste, nous avons absolument besoin du soutien du plus grand nombre.

Soutenez notre indépendance en devenant membre d’Amnesty International France.

Les cookies assurent le bon fonctionnement du site, en continuant la navigation vous acceptez leur utilisation. Gérer les paramètres