Accéder au contenu
Menu
Agir
Faire un don
ou montant libre :
/mois
Grâce à la réduction d'impôts de 66%, votre don ne vous coûtera que: 5.1/mois
Tashi Wangchuk © D.R.

Tashi Wangchuk © D.R.

Liberté d'expression
Actualité

En Chine, l’absurdité des accusations contre un militant tibétain

Pour être apparu dans un reportage du New York Times où il exprimait son opinion sur la répression de la culture et de la langue tibétaine, Tashi Wangchuk encourt jusqu’à 15 ans de réclusions.

Le procès de Tashi Wangchuk a eu lieu jeudi devant un tribunal de la préfecture autonome tibétaine de Yushu, dans la province du Qinghai (nord-ouest de la Chine). Tashi Wangchuk plaide pour que des cours soient dispensés en langue tibétaine dans les écoles des régions peuplées de Tibétains où le chinois est devenu la seule langue d'enseignement. Tashi Wangchuk s’est dit préoccupé par le fait que nombre d’enfants tibétains sont incapables d’utiliser couramment leur langue maternelle, ce qui contribue à l'extinction progressive de la culture tibétaine.

Un court métrage au centre de l’accusation

Selon son avocat, la preuve principale présentée contre Tashi Wangchuk était un court-métrage produit par le New York Times en 2015, qui portait sur sa campagne en faveur de l'enseignement en langue tibétaine dans les écoles.

Le court-métrage intitulé A Tibetan Journey for Justice, produit par le New York Times en 2015, raconte le voyage de Tashi Wangchuk à Pékin, où il a tenté d’obtenir l’aide d’avocats pour engager des poursuites contre les autorités locales en raison de l’absence de cours en langue tibétaine dans les écoles.

Le film montre qu’aucun cabinet d’avocats n’a accepté de se charger de l’affaire et que CCTV, la chaîne de télévision soutenue par l’État, a refusé d’évoquer la question, malgré les demandes de Tashi Wangchuk.

La police a utilisé ce court-métrage comme preuve, accusant Tashi Wangchuk d’avoir délibérément incité au « séparatisme » en tentant de ternir l’image du gouvernement chinois à l’étranger et de discréditer sa politique vis-à-vis des minorités ethniques.

Cette affaire, un exemple parmi tant d’autre de discriminations

Le film du New York Times montre que Tashi Wangchuk essayait d'exprimer son opinion sur la politique éducative par des moyens tout à fait légitimes, en utilisant les médias officiels et le système judiciaire chinois, mais que personne ne voulait aborder un sujet aussi sensible.

Cette affaire illustre la discrimination extrême dont les Tibétains font aujourd’hui l'objet en Chine, notamment sous la forme de restrictions apportées à leur liberté d'expression et à leur droit d’utiliser leur propre langue.

Dénoncer et critiquer la répression de la langue et de la culture tibétaines par les politiques gouvernementales est un exercice légitime de la liberté d'expression. Le fait que cela ait été qualifié d’"incitation au séparatisme" montre que les autorités chinoises détournent de manière flagrante ce chef d’accusation pour museler la dissidence.

ABONNEZ-VOUS À L'HEBDO

Chaque vendredi, recevez l'actualité des droits humains dans votre boîte mail

Rester informé(e)
Et recevoir nos newsletters
AMNESTY INTERNATIONAL FRANCE
76, boulevard de la Villette - 75940 Paris cedex 19
Téléphone: (+33) 01 53 38 65 65
Les cookies assurent le bon fonctionnement du site, en continuant la navigation vous acceptez leur utilisation. Gérer les paramètres