Accéder au contenu
Menu
Agir
Faire un don
ou montant libre :
/mois
Grâce à la réduction d'impôts de 66%, votre don ne vous coûtera que : € 5.1/mois
Agir

Plus que jamais, nous avons besoin de vous

Amnesty International est l’une des rares associations à être financée quasi exclusivement par la générosité de ses membres et donateurs. Nous ne pouvons plus mener à bien certaines de nos opérations de collecte de fonds, mais vous pouvez continuer à nous soutenir en ligne.

L'oeuvre "El Holocausto" ©BillShipsey

L'oeuvre "El Holocausto" ©BillShipsey

L'oeuvre "El Holocausto" ©BillShipsey

Justice internationale et impunité
Actualité

75e anniversaire de la libération d'Auschwitz : Une tapisserie monumentale à l'Unesco

Aujourd'hui marque le 75e anniversaire de la libération des camps de concentration et d'extermination d'Auschwitz-Birkenau en 1945.

Afin de commémorer ce chapitre sombre de l’Histoire, nous inaugurons à la Maison de l'Unesco, une tapisserie monumentale : « el Holocausto »,. A nos côtés, François Croquette, Ambassadeur pour les droits de l’Homme et la mémoire de la Shoah, le fondateur de Art for Amnesty, Bill Shipsey, ainsi que de hauts représentants de l'Unesco sont venus apporter leur soutien aujourd'hui.

L’art comme vecteur de la mémoire

Cette tapisserie de douze mètres est exposée temporairement à Paris jusqu'en février avant de partir pour Mexico. Elle est le fruit d’un travail de plusieurs mois réalisé par des artisans tisserands des Ateliers Pinton, en France. Il s’agit de la quatorzième tapisserie commémorative commandée par le fondateur d'Art for Amnesty, Bill Shipsey.

« Je suis très heureux de participer à cette cérémonie qui souligne l'importance du travail de mémoire, 75 ans jour pour jour après l'entrée de l'Armée rouge dans le camp d'Auschwitz-Birkenau.»

François Croquette, Ambassadeur pour les droits de l’Homme et la mémoire de la Shoah

Elle a été réalisée d’après l’œuvre « El Holocausto », de Manuel Rodríguez Lozano, une fresque murale exceptionnelle qui capture avec éclat la douleur et la tragédie des victimes de violations des droits de l'homme et de la guerre. Une œuvre intemporelle qui reflète le monde dans lequel nous vivons. Bien qu’elle ait été offerte au Musée de la mémoire et de la tolérance, elle sera transportée dans les principaux musées de la mémoire et de l'art du monde.

Des enseignements universels

Lorsqu’un crime de génocide est commis, c’est l’ensemble des États, l’humanité toute entière, qui est visé.

Sylvie Brigot, Directrice Générale d'Amnesty International en France

"Lorsqu’un crime de génocide est commis, c’est l’ensemble des États, l’humanité toute entière, qui est visé. Tous les États ont, par conséquent, une responsabilité de prévenir, de dénoncer, de faire cesser, d’instruire ou de poursuivre.", déclare Sylvie Brigot, Directrice Générale d'Amnesty International France.

C’est aussi le sens de notre mission à Amnesty International, depuis 1961, que de documenter et de dénoncer toutes les violations des droits humains et de lutter contre l’impunité pour prévenir tout nouveau génocide de se reproduire. Nous espérons que cette œuvre magistrale suscitera échanges et engagement autour de l’impérative nécessité de lutter contre l’impunité, de défendre les droits humains et celles et ceux qui les défendent, à Paris, à Mexico et dans les autres lieux de mémoire où elle sera présentée.

 

 

Les cookies assurent le bon fonctionnement du site, en continuant la navigation vous acceptez leur utilisation. Gérer les paramètres