Agir
Faire un don
ou montant libre :
/mois
Grâce à la réduction d'impôts de 66%, votre don ne vous coûtera que : 5,1 €/mois
Action devant le consultat de Turquie à Rotterdam

Pourquoi une journée mondiale de la liberté de la presse le 3 mai ?

Le 3 mai a été proclamé Journée mondiale de la liberté de la presse par l’Assemblée générale des Nations Unies en 1993, pour sensibiliser à l'importance de la liberté de la presse et rappeler aux gouvernements leur obligation de respecter et faire respecter le droit de liberté d'expression consacré par l'article 19 de la Déclaration universelle des droits de l'homme.

Cet Article 19 de la Déclaration universelle des droits de l'homme de 1948 stipule que :

"Tout individu a droit à la liberté d'opinion et d'expression, ce qui implique le droit de ne pas être inquiété pour ses opinions et celui de chercher, de recevoir et de répandre, sans considérations de frontières, les informations et les idées par quelque moyen d'expression que ce soit."

Ce jour marque aussi l'anniversaire de la Déclaration de Windhoek, une déclaration des principes de liberté de la presse mis en place par des journalistes de presse africains écrite en 1991.

Chaque année, la Journée mondiale de la liberté de la presse permet de :

- célébrer les principes fondamentaux de la liberté de la presse;

- d’évaluer la liberté de la presse à travers le monde;

- de défendre l’indépendance des médias; et

- de rendre hommage aux journalistes qui ont perdu leur vie dans l’exercice de leur profession.

Le journalisme n'est pas un crime

et pourtant les principes de liberté d'expression et de liberté de la presse sont menacés partout dans le monde.

Amnesty International soutient les journalistes qui ont été enfermés, torturés, menacés, voire tués, uniquement pour s'être exprimés.

Nous nous sommes, par exemple, mobilisés pour Mahmoud Hussein, journaliste emprisonné en Égypte, pour des journalistes torturés et enlevés alors qu’ils se rendaient dans la région soudanaise du Darfour, pour des journalistes emprisonnés au Myanmar, pour les nombreux journalistes turcs emprisonnés et poursuivis sous des accusations de terrorisme pour avoir osé s’exprimer librement.

Agir

Rester informé

Recevez nos emails d'information et d'action sur la liberté d'expression

Actualités