Aller au contenu
Agir
Faire un don
ou montant libre :
Grâce à la réduction d'impôts de 66%, votre don ne vous coûtera que : 51 €
Agissez à nos côtés

Votre don peut sauver des vies 

Actions urgentes pour des personnes en danger, défense des droits des travailleurs exploités au Qatar, enquête sur les crimes de guerre… C’est grâce à vous que nous pouvons enquêter, alerter et agir en toute impartialité et indépendance ! 

Aidez-nous à maintenir les droits humains en vie. 

Découvrez La Chronique, notre magazine d'enquêtes et de reportages

La Chronique d'Amnesty International - septembre 2022

Chaque mois, des journalistes racontent l'histoire de celles et ceux qui se battent pour les droits humains.

Au sommaire de septembre 2022

DOSSIER Afghanistan

Un an déjà

La France m'a abandonné

"Ne m'effacez pas"

REPORTAGE

Liban : Nouvelles vannes

RECIT

Yémen : l'armée des ombres

Le mot de la rédaction :

« Un désastre et une trahison » …

… C’est en ces termes, on ne peut plus sévères, que le 24 mai dernier, un rapport parlementaire britannique a qualifié la façon dont la Grande-Bretagne avait géré l’évacuation d’Afghanistan.

Il y a un an, au moment du retrait des troupes américaines, alors que les talibans étaient aux portes de Kaboul, nombre d’Afghans qui avaient soutenu la mission britannique ont été abandonnés du jour au lendemain, comme des chiens sur le bord d’une autoroute. Et encore, les animaux ont été mieux traités. Le rapport s’interroge ainsi sur la priorité donnée à une association animale, évacuant dans l’urgence chiens et chats, quand certains habitants restaient, eux, sur le carreau, aux mains des talibans.

En Grande-Bretagne ce rapport a fait des vagues et le président de la commission des Affaires étrangères s’est ouvertement indigné. De son côté, la France n’a pas jugé bon de se plier à cet exercice de transparence. L’évacuation d’anciens employés afghans ayant travaillé pour la France s’est faite au compte-gouttes. Des visa ont été accordés puis refusés et vice-versa, selon le bon vouloir d’autorités qui semblent changer d’avis comme de chemise. Ce flou mériterait amplement d’être qualifié de « trahison et de désastre », tant ceux que nous avons laissés tomber sont aujourd’hui en danger.

Ces Afghans abandonnés nous les avons rencontrés, dans le plus grand secret, à Kaboul. Leur histoire, au cœur de notre dossier ce mois-ci, est aussi celle de notre pays.

Virginie Roels - Rédactrice en chef de La Chronique, le magazine d’Amnesty International France

DOSSIER : Aghanistan, un an déjà

C’était il y a un an, en plein cœur de l’été. Les talibans deviennent les maîtres à Kaboul. Notre reporter s’est rendu en Afghanistan au printemps dernier. Il nous livre son enquête sur les Afghans ayant travaillé pour la France entre 2011 et 2014. Si certains ont été évacué, d’autres se retrouvent abandonnés par les autorités françaises, à la merci du nouveau régime. Il a également rencontré ces Afghanes qui résistent faisant preuve d’un courage inouï.

REPORTAGE : Liban : nouvelles vannes

Liban chro sept22

Dans ce pays en déliquescence, des humoristes d’un genre nouveau montent sur scène ou se produisent sur les réseaux sociaux. Ils taclent les tabous de la société, font reculer les lignes rouges. Jamais à l’abri d’un retour de bâton.

 

RECIT : Yémen L’armée des ombres

recit chro  sept22

Thales, Dassault Aviation et MBDA : ces entreprises françaises d’armement se trouvent dans le collimateur de la justice. Elles devront répondre de leur possible complicité de crimes de guerre commis au Yémen. Retour sur le travail collectif qui a permis le dépôt d’une plainte.

 

OFFRE DÉCOUVERTE

Écrivez-nous à l'adresse chronique@amnesty.fr en nous indiquant votre adresse postale et recevez gratuitement un numéro dans votre boîte aux lettres !

ABONNEZ-VOUS À LA CHRONIQUE

Recevez chaque mois le magazine d’Amnesty International France offrant une information fiable, des actions concrètes, des outils de réflexion.

3
/mois
Tarif adhérent
3
.60
/mois
Tarif non-adhérent
Appels mondiaux
Chaque mois, Amnesty International vous propose d'envoyer trois lettres, par courrier postal, aux autorités compétentes, pour faire valoir les droits de personnes victimes d'injustice aux quatre coins du globe. Ces "appels mondiaux" sont publiés également dans la rubrique "Interpeller" du mensuel La Chronique.
La Chronique, le magazine d'Amnesty International - Amnesty International France