Accéder au contenu
Menu
Agir
Faire un don
ou montant libre :
/mois
Grâce à la réduction d'impôts de 66%, votre don ne vous coûtera que : € 5.1/mois
Agir

Plus que jamais, nous avons besoin de vous

Amnesty International est l’une des rares associations à être financée quasi exclusivement par la générosité de ses membres et donateurs. Nous ne pouvons plus mener à bien certaines de nos opérations de collecte de fonds, mais vous pouvez continuer à nous soutenir en ligne.

IDLIB, SYRIE - Un enfant syrien au milieu de la ruine d'une école après avoir été déplacé par les bombardements du régime d'Assad et de la Russie à Idlib, en Syrie, le 02 avril 2020 // Credit : Photo by Muhammed Said/Anadolu Agency via Getty Images

IDLIB, SYRIE - Un enfant syrien au milieu de la ruine d'une école après avoir été déplacé par les bombardements du régime d'Assad et de la Russie à Idlib, en Syrie, le 02 avril 2020 // Credit : Photo by Muhammed Said/Anadolu Agency via Getty Images

IDLIB, SYRIE - Un enfant syrien au milieu de la ruine d'une école après avoir été déplacé par les bombardements du régime d'Assad et de la Russie à Idlib, en Syrie, le 02 avril 2020 // Credit : Photo by Muhammed Said/Anadolu Agency via Getty Images

Conflits armés et populations
Interpeller les autorités

Aide humanitaire en Syrie : dites non au véto russe !

Le 10 juillet, le Conseil de sécurité de l’ONU décidera du renouvellement de l’aide humanitaire en Syrie. Or, la Russie peut s’y opposer et mettre en danger la vie de millions de personnes. Nous devons agir !

Depuis 9 ans, la guerre fait rage en Syrie. Des millions de personnes sont victimes de violations de leurs droits par toutes les parties au conflit, et déplacées de force au sein de leur pays. La dernière offensive des gouvernements syrien et russe a déplacé plus d’un million de personnes vers le Nord de la Syrie, où la population civile assiégée était déjà dans une situation critique.

La situation humanitaire est aujourd’hui sans précédent depuis le début du conflit.

Depuis 2014, l’ONU a mis en place un mécanisme d’aide transfrontalier, pour garantir l’acheminement d’une aide humanitaire efficace auprès des civils syriens, premières victimes du conflit. Médicaments, abris, nourriture, soins, … sont des besoins indispensables et vitaux pour la population syrienne du Nord du pays. Or, comme chaque année, l’aide humanitaire est débattue au Conseil de sécurité de l’ONU, et doit être renouvelée par le vote de ses membres.

Le problème ?

Nous sommes gravement préoccupés par la possibilité pour la Russie d’opposer son véto empêchant l’arrivée d’une aide indispensable à plusieurs millions de personnes. Le vote approche à grands pas, nous devons agir vite. La Russie ne devrait pas avoir le droit de vie ou droit de mort sur les civils syriens. Nous devons faire pression sur la Russie pour exiger qu’elle ne sabote pas l’aide humanitaire !

Alors, par mail ou sur Twitter agissez en interpellant le ministre des Affaires étrangères de la Fédération de Russie et l'ambassadeur de Russie en France !

Par mail

Agissez maintenant en envoyant le mail ci-dessous au ministre des Affaires étrangères de la Fédération de Russie, Sergeï Lavrov à cette adresse : ministry@mid.ru

Mettez en copie l’Ambassade de Russie en France ambrusfrance@mid.ru et nous sprotection@amnesty.fr pour que l’on puisse suivre le nombre d’envois.

Monsieur le ministre des Affaires étrangères de la Fédération de Russie,

Dans le nord-ouest de la Syrie, des centaines de milliers de civils ont été contraints de fuir vers des zones proches de la frontière turque suite aux attaques menées par les forces gouvernementales contre des civils et des biens de caractère civil tels que des habitations, des installations médicales et des établissements scolaires. Plus de 80 % des personnes déplacées sont des femmes et des enfants ; la plupart des hommes sont âgés ou handicapés, ou appartiennent à d’autres catégories à risque.

Ces personnes vivent actuellement dans de terribles conditions et souffrent d’une pénurie de nourriture, d’eau potable et d’aide médicale. Elles ont un accès limité à un abri convenable et à l’éducation.

Le 10 juillet, la résolution 2504 du Conseil de sécurité de l’Organisation des Nations unies (ONU), qui autorise l’assistance transfrontalière aux personnes installées dans le nord-ouest de la Syrie, arrive à échéance. Le Conseil de sécurité doit renouveler l’assistance transfrontalière pour permettre aux Nations unies de continuer à fournir, à travers la frontière turque, une aide en temps utile aux civils en grande difficulté. Pour les Nations unies et leurs organisations humanitaires partenaires, il s’avère difficile d’apporter une assistance en temps utile et de manière constante à ces civils à partir des régions contrôlées par le gouvernement syrien. Ce dernier tente régulièrement de restreindre les opérations d’aide à coups d’obstacles bureaucratiques. Il inscrit sur liste noire et persécute les travailleurs et les travailleuses humanitaires qui interviennent dans les zones tenues par l’opposition.

Par conséquent, je vous prie de voter pour le renouvellement de cette résolution qui autorise les Nations unies à apporter une assistance transfrontalière aux personnes installées dans le nord-ouest de la Syrie. C’est une question de vie ou de mort pour les millions de civils qui y vivent. Le monde traverse une période marquée par des difficultés et des incertitudes d’une ampleur inédite. Nous ne pouvons pas laisser la crise humanitaire en cours dans le nord-ouest de la Syrie s’amplifier et s’aggraver.

Veuillez agréer, Monsieur le Ministre, l'expression de ma haute considération.

Sur Twitter

Agir

Interpellez l'Ambassade de Russie en France en tweetant ce message :

@AmbRusFrance,

L'aide humanitaire est une question de vie ou de mort pour des millions de civils en Syrie.

Lors du Conseil de sécurité de l’ONU, ne sabotez pas cette assistance vitale.

Votez pour le renouvellement de l’aide transfrontalière !

Les cookies assurent le bon fonctionnement du site, en continuant la navigation vous acceptez leur utilisation. Gérer les paramètres