Aller au contenu
Agir
Faire un don
ou montant libre :
/mois
Grâce à la réduction d'impôts de 66%, votre don ne vous coûtera que : 5,1 €/mois

Espace journalistes

Contact presse

Pour toute demande d'interview ou recevoir nos communiqués de presse :

+33 1 53 38 66 00

+33 6 76 94 37 05 (soir & week-end)

spresse@amnesty.fr

Espace journalistes

Contact presse

Pour toute demande d'interview ou recevoir nos communiqués de presse :

+33 1 53 38 66 00

+33 6 76 94 37 05 (soir & week-end)

spresse@amnesty.fr

Zimbabwe. Les autorités doivent libérer deux députés de l’opposition injustement incarcérés depuis 100 jours

Le maintien en détention arbitraire du leader de l’opposition et député Job Sikhala et du député Godfrey Sithole en dit long sur la politisation du système judiciaire au Zimbabwe, a déclaré Amnesty International le 21 septembre 2022, 100 jours après leur incarcération.

Le maintien en détention arbitraire de Job Sikhala et de Godfrey Sithole est injuste et abusif

Lucia Masuka, directrice d'Amnesty International Zimbabwe

« Le maintien en détention arbitraire de Job Sikhala et de Godfrey Sithole est injuste et abusif. Elle leur cause, ainsi qu’à leur famille, une détresse émotionnelle indicible, a déclaré Lucia Masuka, directrice d’Amnesty International Zimbabwe.

« Les autorités du Zimbabwe ne peuvent pas maintenir Job Sikhala et Godfrey Sithole derrière les barreaux pour des accusations forgées de toutes pièces. Elles doivent les relâcher immédiatement et sans condition. »

Job Sikhala et Godfrey Sithole ont été interpellés le 14 juin 2022 après avoir assisté aux funérailles de la militante politique Moreblessing Ali, qui avait disparu pendant trois semaines avant que son corps mutilé ne soit retrouvé le 11 juin.

Les autorités zimbabwéennes accusent les députés d’avoir encouragé leurs partisans à se livrer à des violences à Nyatsime, dans la ville de Chitungwiza, à l’occasion de la cérémonie consacrée à Moreblessing Ali. Ils sont inculpés d’incitation à la violence et le tribunal de première instance a refusé leur demande de libération sous caution. Depuis, plusieurs demandes ont été rejetées.

Les autorités du Zimbabwe ne peuvent pas maintenir Job Sikhala et Godfrey Sithole derrière les barreaux pour des accusations forgées de toutes pièces. Elles doivent les relâcher immédiatement et sans condition

Lucia Masuka

Les détracteurs du gouvernement et les membres de l’opposition étant fréquemment harcelés et arrêtés, Amnesty International estime que les charges retenues contre Job Sikhala et Godfrey Sithole, et le refus de leur accorder la libération sous caution présentent toutes les caractéristiques d’une manœuvre des autorités pour persécuter et réduire au silence l’opposition politique.

Les autorités doivent cesser de criminaliser la dissidence

Lucia Masuka

« Le maintien en détention de Job Sikhala et Godfrey Sithole est une parodie de justice. Ils sont victimes d’un gouvernement qui veut à tout prix faire taire les voix dissidentes, a déclaré Lucia Masuka.

« Les autorités doivent cesser de criminaliser la dissidence et favoriser un environnement propice à permettre à chacun de s’exprimer librement. »

Complément d’information

Job Sikhala et Godfrey Sithole sont de hauts responsables du principal parti d’opposition du pays, la Coalition des Citoyens pour le Changement (CCC). Job Sikhala en est le président et Godfrey Sithole est député de Chitungwiza-Nord. Ils sont tous deux maintenus en détention arbitraire depuis 100 jours, parfois sans pouvoir communiquer avec leurs avocats.

The post Zimbabwe. Les autorités doivent libérer deux députés de l’opposition injustement incarcérés depuis 100 jours appeared first on Amnesty International.

Espace journalistes

Contact presse

Pour toute demande d'interview ou recevoir nos communiqués de presse :

+33 1 53 38 66 00

+33 6 76 94 37 05 (soir & week-end)

spresse@amnesty.fr

Sur le même pays

Zimbabwe. Condamnation de l’auteure Tsitsi Dangarembga et de Julie Barnes pour avoir manifesté contre les problèmes économiques : une parodie de justice

Publié le : 30.09.22

En réaction aux informations selon lesquelles l’auteure et militante zimbabwéenne Tsitsi Dangarembga et sa coaccusée Julie Barnes ont été déclarées coupables d’« incitation à la violence » et condamnées...

Zimbabwe. La répression s’abat sur les étudiant·e·s manifestant contre la hausse des frais de scolarité à l’Université du Zimbabwe : cinq autres ont été arrêtés le 14 septembre

Publié le : 15.09.22

Les autorités doivent abandonner les sinistres accusations portées contre des étudiant·e·s de l’Université du Zimbabwe qui protestent pacifiquement contre la hausse des frais de scolarité et doivent respecter...

Zimbabwe. Il faut autoriser les avocats à s’entretenir avec des opposant·e·s politiques en détention

Publié le : 05.07.22

Amnesty International Zimbabwe suit de près l’affaire concernant Job Sikhala, président de la Coalition des Citoyens pour le Changement (CCC), et Godfrey Sithole, député de Chitungwiza-Nord, tous deux...

Zimbabwe. Les autorités doivent agir davantage pour faire cesser la culture des enlèvements et des homicides

Publié le : 13.06.22

En réaction à la découverte du corps démembré de Moreblessing Ali, Lucia Masuka, directrice exécutive d’Amnesty International Zimbabwe, a déclaré : « Les autorités ne doivent négliger aucun détail dans...

Zimbabwe. Il faut enquêter sur les violences visant des partisans de l’opposition politique

Publié le : 28.02.22

En réaction à l’assassinat d’un partisan de l’opposition politique et aux violences qui ont fait plus d’une dizaine de blessés lors d’un rassemblement de la Coalition des Citoyens pour le Changement (CCC),...

Zimbabwe. Les autorités doivent libérer deux députés de l’opposition injustement incarcérés depuis 100 jours - Amnesty International France