Aller au contenu
Agir
Faire un don
ou montant libre :
Grâce à la réduction d'impôts de 66%, votre don ne vous coûtera que : 51 €
Agissez à nos côtés

Votre don peut sauver des vies 

Actions urgentes pour des personnes en danger, défense des droits des travailleurs exploités au Qatar, enquête sur les crimes de guerre… C’est grâce à vous que nous pouvons enquêter, alerter et agir en toute impartialité et indépendance ! 

Aidez-nous à maintenir les droits humains en vie. 

Espace journalistes

Contact presse

Pour toute demande d'interview ou recevoir nos communiqués de presse :

+33 1 53 38 66 00

+33 6 76 94 37 05 (soir & week-end)

spresse@amnesty.fr

Espace journalistes

Contact presse

Pour toute demande d'interview ou recevoir nos communiqués de presse :

+33 1 53 38 66 00

+33 6 76 94 37 05 (soir & week-end)

spresse@amnesty.fr

Zimbabwe. La répression s’abat sur les étudiant·e·s manifestant contre la hausse des frais de scolarité à l’Université du Zimbabwe : cinq autres ont été arrêtés le 14 septembre

Les autorités doivent abandonner les sinistres accusations portées contre des étudiant·e·s de l’Université du Zimbabwe qui protestent pacifiquement contre la hausse des frais de scolarité et doivent respecter leur droit à la liberté de réunion et d’expression, a déclaré Amnesty International le 15 septembre 2022.

Quelle parodie de justice : ces étudiant·e·s sont conduits en détention et dans des salles d’audience simplement pour avoir demandé une éducation abordable

Lucia Masuka, directrice d'Amnesty International Zimbabwe

La police a arrêté 14 étudiant·e·s de l’Université du Zimbabwe le 12 septembre après qu’ils ont lancé un mouvement de contestation pacifique sous le slogan #FeesMustFall, contre la forte hausse des frais de scolarité universitaires. Alors que cinq autres étudiant·e·s ont été arrêtés le 14 septembre et emmenés au poste de police d’Avondale pour « trouble à l’ordre public », une partie de ceux qui avaient été arrêtés le 12 ont comparu devant un tribunal le 14 septembre.

« Quelle parodie de justice : ces étudiant·e·s sont conduits en détention et dans des salles d’audience simplement pour avoir demandé une éducation abordable et la possibilité de rester en cours. Leur arrestation, alors qu’ils manifestaient pacifiquement, constitue une violation de leur droit de manifester. Les autorités doivent respecter ce droit et abandonner toutes les charges retenues contre eux, a déclaré Lucia Masuka, directrice d’Amnesty International Zimbabwe.

« Considérant ces arrestations comme arbitraires, nous demandons à la police de la République du Zimbabwe de respecter la liberté de déposer des requêtes et la liberté de manifester qui sont garanties par la Constitution. »

L’université a récemment annoncé une augmentation ahurissante des frais de scolarité allant jusqu’à 1 000 %, obligeant les étudiant·e·s de premier cycle à payer entre 50 000 dollars zimbabwéens (140 euros) et 500 000 dollars zimbabwéens (1 400 euros), en fonction de leur faculté. Les étudiant·e·s ont déclaré que cette hausse était inabordable et hors de portée de leurs parents et tuteurs, et ont fait le serment de boycotter les cours jusqu’à ce que l’université revienne sur sa décision.

Les autorités doivent respecter le droit de manifester des étudiants et abandonner toutes les charges retenues contre eux

Lucia Masuka

Sur les 14 étudiant·e·s, 12 ont été libérés dans la soirée du 13 septembre après avoir réglé chacun une amende de 2 000 dollars zimbabwéens (5,50 euros). Les autres ont comparu devant le tribunal le 14 septembre et ont été libérés sous caution. Ils sont de nouveau convoqués le 29 septembre. Les étudiant·e·s sont représentés par l’association des Avocats du Zimbabwe pour les droits humains (ZLHR).

Complément d’information

Les 14 étudiant·e·s arrêtés le 12 septembre ont été conduits au poste de police d’Avondale et inculpés de trouble à l’ordre public. Il s’agit de Thelma Nzero, Mufaro Vhutuza, Owen Mashaya, Tinashe Zana, Tinotenda Mwenje, Fletcher Katehwe, Havana Mtetwa, Natasha Dhliwayo, Ropafadzo Mutangadura, Fatima Ajida, Tsungai Chitodha, Beyond Wendy Siwela, David Musasa et Godknows Zabhura.

Les cinq autres étudiant·e·s arrêtés le 14 septembre sont Tivimba Musengi, Tinotenda Mangana, Hazel Gwande, Tanyaradzwa Nzvimbo et Charles Moyo.

Le mouvement #FeesMustFall a démarré à l’Université du Zimbabwe le 12 septembre pour dénoncer la flambée des frais de scolarité universitaires. Pour les études de premier et de troisième cycle, ces frais ont augmenté jusqu’à 1 000 %, ce qui est stupéfiant. Dans le cadre de la nouvelle grille, les étudiant·e·s de premier cycle doivent payer entre 50 000 dollars zimbabwéens (140 euros) et 500 000 dollars zimbabwéens (1 400 euros), en fonction de leur faculté. Quant aux étudiant·e·s en master, ils devront débourser jusqu’à 1 million de dollars zimbabwéens (2 770 euros).

Les frais de logement ont également augmenté, passant de 71 000 dollars zimbabwéens, soit 200 euros environ, à 617 euros ou l’équivalent en monnaie locale pour le semestre d’août à décembre.

Cette flambée des frais risque de contraindre de nombreux étudiant·e·s à abandonner leurs études, violant ainsi potentiellement leur droit à l’éducation.

The post Zimbabwe. La répression s’abat sur les étudiant·e·s manifestant contre la hausse des frais de scolarité à l’Université du Zimbabwe : cinq autres ont été arrêtés le 14 septembre appeared first on Amnesty International.

Espace journalistes

Contact presse

Pour toute demande d'interview ou recevoir nos communiqués de presse :

+33 1 53 38 66 00

+33 6 76 94 37 05 (soir & week-end)

spresse@amnesty.fr

Sur le même pays

Zimbabwe. Condamnation de l’auteure Tsitsi Dangarembga et de Julie Barnes pour avoir manifesté contre les problèmes économiques : une parodie de justice

Publié le : 30.09.22

En réaction aux informations selon lesquelles l’auteure et militante zimbabwéenne Tsitsi Dangarembga et sa coaccusée Julie Barnes ont été déclarées coupables d’« incitation à la violence » et condamnées...

Zimbabwe. Les autorités doivent libérer deux députés de l’opposition injustement incarcérés depuis 100 jours

Publié le : 21.09.22

Le maintien en détention arbitraire du leader de l’opposition et député Job Sikhala et du député Godfrey Sithole en dit long sur la politisation du système judiciaire au Zimbabwe, a déclaré Amnesty International...

Zimbabwe. Il faut autoriser les avocats à s’entretenir avec des opposant·e·s politiques en détention

Publié le : 05.07.22

Amnesty International Zimbabwe suit de près l’affaire concernant Job Sikhala, président de la Coalition des Citoyens pour le Changement (CCC), et Godfrey Sithole, député de Chitungwiza-Nord, tous deux...

Zimbabwe. Les autorités doivent agir davantage pour faire cesser la culture des enlèvements et des homicides

Publié le : 13.06.22

En réaction à la découverte du corps démembré de Moreblessing Ali, Lucia Masuka, directrice exécutive d’Amnesty International Zimbabwe, a déclaré : « Les autorités ne doivent négliger aucun détail dans...

Zimbabwe. Il faut enquêter sur les violences visant des partisans de l’opposition politique

Publié le : 28.02.22

En réaction à l’assassinat d’un partisan de l’opposition politique et aux violences qui ont fait plus d’une dizaine de blessés lors d’un rassemblement de la Coalition des Citoyens pour le Changement (CCC),...

Zimbabwe. La répression s’abat sur les étudiant·e·s manifestant contre la hausse des frais de scolarité à l’Université du Zimbabwe : cinq autres ont été arrêtés le 14 septembre - Amnesty International France