Accéder au contenu
Menu
Agir
Faire un don
ou montant libre :
/mois
Grâce à la réduction d'impôts de 66%, votre don ne vous coûtera que : € 5.1/mois
Espace journalistes

Contact presse

Pour toute demande d'interview ou recevoir nos communiqués de presse :

+33 1 53 38 66 00

+33 6 76 94 37 05 (soir & week-end)

spresse@amnesty.fr

Espace journalistes

Contact presse

Pour toute demande d'interview ou recevoir nos communiqués de presse :

+33 1 53 38 66 00

+33 6 76 94 37 05 (soir & week-end)

spresse@amnesty.fr

Communiqué de presse

Syrie. Les militants pacifiques arrêtés à Sweida doivent être libérés immédiatement

Le gouvernement syrien doit libérer immédiatement et sans condition les 11 hommes qui ont été placés en détention après les manifestations pacifiques qui ont eu lieu à Sweida, ville majoritairement druze, a déclaré Amnesty International le 24 Juin.

Les manifestations contre le gouvernement ont débuté le 7 juin, initialement en raison des préoccupations relatives à l’effondrement de l’économie syrienne. Toutefois, le mouvement de contestation s’est rapidement intensifié en incluant des appels à un « changement de régime », au retrait des forces russes et iraniennes présentes en Syrie, et à la libération des détenus.

Dans les jours qui ont suivi, un militant de premier plan ayant participé à l’organisation des manifestations a été arrêté par les forces de sécurité syriennes. Personne ne l'a revu depuis et l’on ignore toujours où il se trouve et ce qu’il est advenu de lui.

Neuf autres hommes ont été arrêtés lors d’une manifestation pacifique le 15 juin, et un lycéen a été arrêté à un poste de contrôle le lendemain.

« Les autorités syriennes recourent à une campagne d’intimidation – impliquant une fois de plus des disparitions forcées et des arrestations arbitraires – dans le but d’empêcher les manifestant·e·s pacifiques d’exprimer publiquement leurs préoccupations, a déclaré Lynn Maalouf, directrice des recherches pour le Moyen-Orient à Amnesty International.

« La réaction violente du gouvernement syrien face aux manifestations depuis 2011 s’est traduite par des années de bains de sang et de souffrances inimaginables pour la population syrienne. Neuf ans après, cette récente opération de répression montre que le gouvernement n’a aucunement l’intention d’abandonner ses pratiques violentes et répressives.

« Ces hommes n’ont commis aucune infraction pénale, et rien ne justifie leur incarcération. Toutes les personnes placées en détention de façon arbitraire doivent être relâchées immédiatement et sans condition. »

Répression des manifestations

Le 15 juin, les manifestations contre le gouvernement organisées à Sweida ont été contrées par des sympathisant·e·s du gouvernement organisés. Lors des affrontements qui ont suivi, les forces de sécurité auraient frappé des manifestants opposés au gouvernement, et neuf protestataires ont été arrêtés.

Le service de vérification numérique d’Amnesty International a examiné et vérifié des informations en accès libre qui corroborent les récits de témoins, notamment en ce qui concerne l’arrestation des manifestants vers 11 heures.

Le lendemain, un élève a été arrêté à un poste de contrôle alors qu’il se rendait au lycée, prétendument en raison des manifestations. Soulignons qu’il n’avait pourtant pas participé aux manifestations.

Des habitant·e·s de Sweida ont dit à Amnesty International que les personnes arrêtées sont actuellement détenues dans la prison civile de Sweida. Trois hommes ont été informés de leur prochain transfert au tribunal pénal de Sweida pour leur procès. Le gouvernement syrien a menacé de transférer les huit autres hommes au tribunal antiterroriste de Damas en cas de poursuite des manifestations.

Complément d’information

Ces dernières années, des manifestations ont eu lieu de manière sporadique et par intermittence dans la ville, principalement en raison des difficultés économiques. Début 2020, une nouvelle campagne intitulée Nous voulons vivre a donné lieu à de nouvelles manifestations organisées régulièrement.

La majorité des protestataires sont de jeunes hommes déçus par le manque de possibilités d’emploi. Ils ne peuvent en outre pas quitter Sweida, où ils sont protégés contre la conscription forcée au titre d’un accord conclu avec le gouvernement, par crainte d’être enrôlé de force.

 

FIN


Pour obtenir plus d’informations ou prendre rendez-vous pour un entretien, veuillez contacter : laurie.hanna@amnesty.org

En dehors des heures de bureau
 : tél : +44 20 7413 5566
courriel : press@amnesty.org  

Twitter : @amnestypress 

 

Espace journalistes

Contact presse

Pour toute demande d'interview ou recevoir nos communiqués de presse :

+33 1 53 38 66 00

+33 6 76 94 37 05 (soir & week-end)

spresse@amnesty.fr

Sur le même pays

Syrie. L’ONU ne doit pas supprimer le lien vital que constitue l’aide acheminée vers le nord-ouest, sur fond de crimes de guerre commis par la Russie et la Syrie

Publié le : 11.05.20

Le Conseil de sécurité de l’ONU ne doit pas supprimer le lien vital que constitue l’aide acheminée pour les civils, dans le contexte des crimes de guerre et crimes contre l’humanité commis dans le nord-ouest...

Syrie. En Allemagne, le premier procès pour torture est une «avancée historique» vers la justice

Publié le : 22.04.20

Le premier procès de deux anciens responsables des services de sécurité du gouvernement syrien inculpés de crimes contre l’humanité marque un pas en avant important vers la justice, a déclaré Amnesty International.

Syrie. Il faut libérer les détenu·e·s fragiles pour prévenir la propagation du COVID-19

Publié le : 31.03.20

Il faut que les autorités syriennes coopèrent pleinement avec les organismes des Nations unies et les organisations humanitaires afin de prévenir la propagation du COVID-19 dans les prisons, centres de...

Syrie. Le sommet de Moscou doit mettre la fin des attaques contre les civils à Idlib au cœur des priorités

Publié le : 04.03.20

En amont du sommet entre le président russe Vladimir Poutine et le président turc Recep Tayyip qui se tiendra à Moscou jeudi 5 mars pour discuter de l’escalade du conflit militaire à Idlib en Syrie, Lynn...

Syrie. Prendre pour cible des écoles qui remplissent leurs fonctions éducatives à Idlib est un crime de guerre

Publié le : 25.02.20

En réaction aux informations selon lesquelles 10 écoles auraient été bombardées à Idlib et dans la campagne d’Alep, Heba Morayef, directrice pour le Moyen-Orient et l'Afrique du Nord à Amnesty International,...

Les cookies assurent le bon fonctionnement du site, en continuant la navigation vous acceptez leur utilisation. Gérer les paramètres