Aller au contenu
Agir
Faire un don
ou montant libre :
/mois
Grâce à la réduction d'impôts de 66%, votre don ne vous coûtera que : 5,1 €/mois

Espace journalistes

Contact presse

Pour toute demande d'interview ou recevoir nos communiqués de presse :

+33 1 53 38 66 00

+33 6 76 94 37 05 (soir & week-end)

spresse@amnesty.fr

Espace journalistes

Contact presse

Pour toute demande d'interview ou recevoir nos communiqués de presse :

+33 1 53 38 66 00

+33 6 76 94 37 05 (soir & week-end)

spresse@amnesty.fr

Myanmar. Nouvel élan pour la justice, les États-Unis qualifient la répression à l’encontre des Rohingyas de génocide

En réaction aux informations selon lesquelles le secrétaire d’État américain, Antony Blinken, s’apprête à annoncer que l’armée du Myanmar a commis un génocide et des crimes contre l’humanité lors de sa violente campagne contre la minorité rohingya, Erwin van der Borght, directeur régional par intérim d’Amnesty International, a déclaré : 

« Près de cinq ans après que 740 000 personnes ont été chassées de chez elles sous la menace d’une arme en 2017, les familles et les victimes rohingyas n’ont toujours pas obtenu justice pour les atrocités inimaginables qui leur ont été infligées. Il faut accélérer la dynamique actuelle de la justice internationale pour mettre fin à la culture endémique de l’impunité au Myanmar, où aucune personnalité de haut niveau n’a eu à rendre de comptes jusqu’à présent pour la terrible campagne contre les Rohingyas.

« Si elle n’est pas amenée à répondre de ses actes, l’armée du Myanmar continuera de croire qu’elle a carte blanche pour tuer des personnes innocentes, lancer des bombes sur leurs logements et détruire leurs familles. Amnesty International se joint à l’appel en faveur d’une enquête et de poursuites à l’encontre de militaires hauts gradés pour les crimes de droit international perpétrés au Myanmar, notamment les crimes contre l’humanité, les crimes de guerre et le génocide.

« Les généraux qui ont mis en œuvre la campagne éhontée et sanglante des autorités contre les Rohingyas sont précisément ceux qui ont pris le pouvoir lors d’un coup d’État en 2021. En réaction à un mouvement de protestation national, ils ont ensuite fait usage de leurs armes face à de jeunes manifestant·e·s dans les grandes villes du pays, usant de techniques violentes qui servaient depuis des décennies à attaquer des minorités ethniques. »

Complément d’information

Le gouvernement du président des États-Unis Joe Biden s’apprête à déclarer officiellement, le 21 mars, que la campagne menée en 2017 par l’armée du Myanmar contre les Rohingyas s’apparentait à un génocide et à des crimes contre l’humanité. Le secrétaire d’État, Antony Blinken, devrait faire cette annonce au musée commémoratif de l’Holocauste qui se situe aux États-Unis.

L’armée du Myanmar a chassé plus de 740 000 Rohingyas de l’État d’Arakan vers le Bangladesh lors d’une violente campagne d’exécutions extrajudiciaires, d’incendies et d’agression sexuelles. Selon les estimations, un million de Rohingyas sont actuellement réfugiés au Bangladesh, et nombre de ces personnes ont vu leur habitation détruite dans l’État d’Arakan.

La Mission d’établissement des faits de l’Organisation des Nations unies sur le Myanmar a déjà demandé que le général Min Aung Hlaing et d’autres hauts responsables fassent l’objet d’enquêtes et de poursuites pour crimes de guerre, crimes contre l’humanité et génocide. Min Aung Hlaing a pris le pouvoir lors d’un coup d’État le 1er février 2021 au petit matin.  

Plusieurs actions ont été engagées au niveau international pour que les Rohingyas obtiennent justice, y compris une plainte pour génocide déposée par la Gambie à l’encontre du Myanmar devant la Cour internationale de justice (CIJ). Une autre affaire est en cours en Argentine en vertu du principe de juridiction universelle. 

Amnesty International a appelé le Conseil de sécurité des Nations unies à saisir le procureur de la Cour pénale internationale (CPI) de la situation au Myanmar. 

En 2017, les recherches menées par Amnesty International dans l’État d’Arakan ont mis en évidence un cruel système de discrimination et de ségrégation institutionnalisées qui restreignait fortement les droits humains de la minorité rohingya, de confession musulmane. Ce système, qui s’apparente à un apartheid, menace et sape le droit de circuler librement, la possibilité de disposer d’une nourriture suffisante et de bénéficier de soins de santé adaptés, et le droit à l’éducation. 

The post Myanmar. Nouvel élan pour la justice, les États-Unis qualifient la répression à l’encontre des Rohingyas de génocide appeared first on Amnesty International.

Espace journalistes

Contact presse

Pour toute demande d'interview ou recevoir nos communiqués de presse :

+33 1 53 38 66 00

+33 6 76 94 37 05 (soir & week-end)

spresse@amnesty.fr

Sur le même pays

Myanmar. Une ancienne ambassadrice du Royaume-Uni et son mari artiste condamnés à un an de prison

Publié le : 02.09.22

En réaction aux informations selon lesquelles l’ancienne ambassadrice du Royaume-Uni Vicky Bowman et son mari birman Htein Lin ont été condamnés à un an d’emprisonnement pour infraction à la législation...

Myanmar. Le cinquième anniversaire de la crise relative aux Rohingyas doit marquer un « tournant » dans leur quête de justice

Publié le : 24.08.22

Le cinquième anniversaire de la crise relative à la situation des Rohingyas doit représenter un tournant dans le combat visant à rendre justice aux victimes dans les meilleurs délais et à obliger les responsables...

Myanmar. L’ANASE doit revoir sa position pour qu’il soit mis fin aux terribles crimes commis par l’armée myanmar

Publié le : 09.08.22

À l’occasion du 55e anniversaire, le 8 août, de l’Association des nations de l’Asie du Sud-Est (ANASE), Amnesty International appelle ce bloc régional à reconnaître l’échec de son plan en cinq points publié...

Myanmar. Des détenu·e·s sont torturés en vue d’écraser toute opposition au coup d’État

Publié le : 02.08.22

Passages à tabac, violences fondées sur le genre et arrestations arbitraires Le Myanmar doit libérer immédiatement toutes les personnes injustement incarcérées Profond traumatisme psychologique lors de...

Myanmar. Les premières exécutions depuis des décennies témoignent de l’escalade de la répression étatique

Publié le : 25.07.22

En réaction aux informations selon lesquelles les autorités militaires du Myanmar ont procédé à des exécutions pour la première fois depuis la fin des années 1980, Erwin van der Borght, directeur régional...

Myanmar. Nouvel élan pour la justice, les États-Unis qualifient la répression à l’encontre des Rohingyas de génocide - Amnesty International France