Aller au contenu
Agir
Faire un don
ou montant libre :
/mois
Grâce à la réduction d'impôts de 66%, votre don ne vous coûtera que : 5,1 €/mois

Espace journalistes

Contact presse

Pour toute demande d'interview ou recevoir nos communiqués de presse :

+33 1 53 38 66 00

+33 6 76 94 37 05 (soir & week-end)

spresse@amnesty.fr

Espace journalistes

Contact presse

Pour toute demande d'interview ou recevoir nos communiqués de presse :

+33 1 53 38 66 00

+33 6 76 94 37 05 (soir & week-end)

spresse@amnesty.fr

Cambodge. Le Premier ministre Hun Sen doit annuler son voyage au Myanmar, afin d’éviter les «gestes dénués de sens»

Alors que le Premier ministre cambodgien Hun Sen s’apprête à se rendre au Myanmar les 7 et 8 janvier, Emerlynne Gil, directrice régionale adjointe de la recherche à Amnesty International, l’a appelé à privilégier l’action en faveur des droits humains plutôt que les gestes dénués de sens :

« La diplomatie solitaire de Hun Sen pourrait faire plus de mal que de bien en se désolidarisant de la réponse de l’Association des nations de l’Asie du Sud-Est (ANASE) à la crise au Myanmar et en adressant des messages contradictoires au leader du coup d’État, le général Min Aung Hlaing, qui s’est vu interdire d’assister aux dernières rencontres de haut niveau de l’ANASE – une sanction rare.

« Si Hun Sen veut vraiment apporter son aide, il doit annuler ce voyage et amener l’ANASE à prendre des mesures fermes pour remédier à la situation désastreuse des droits humains au Myanmar, au lieu de céder à des gestes dénués de sens qui se résumeront sans doute à une séance photos imbibée d’autosatisfaction.

« En tant que nouveau président de l’ANASE, le Cambodge devrait contribuer à relancer le consensus en cinq points adopté au mois d’avril dernier qui réclamait l’arrêt immédiat des violences et s’efforcer de l’étendre à la protection des droits humains et à l’obligation de rendre des comptes pour les violations commises.

Si Hun Sen veut vraiment apporter son aide, il doit annuler ce voyage et amener l’ANASE à prendre des mesures fermes pour remédier à la situation désastreuse des droits humains au Myanmar, au lieu de céder à des gestes dénués de sens qui se résumeront sans doute à une séance photos imbibée d’autosatisfaction

Emerlynne Gil, directrice régionale adjointe de la recherche à Amnesty International

« Le cauchemar se poursuit pour les 55 millions d’habitant·e·s du Myanmar. Le mois dernier, les forces de sécurité ont été accusées d’avoir tué et brûlé plus de 30 civil·e·s, dont deux membres du personnel de l’organisation humanitaire Save the Children, dans l’État kayah, dans l’est du pays.

« La communauté internationale ne saurait se reposer uniquement sur l’ANASE alors que celle-ci a démontré à de multiples reprises qu’elle était incapable d’agir fermement afin de prévenir la répétition de telles atrocités. Le Conseil de sécurité de l’ONU doit sans délai renvoyer la situation au Myanmar devant la Cour pénale internationale et imposer des sanctions ciblées ainsi qu’un embargo total sur les armes. »

Complément d’information

Le Premier ministre cambodgien Hun Sen doit se rendre au Myanmar les 7 et 8 janvier, dans le cadre de la première visite officielle d’un chef d’État dans le pays depuis que la junte s’est emparée du pouvoir à la faveur d’un coup d’État le 1er février 2021.

Cette visite se déroule alors que le Cambodge endosse la présidence de l’Association des nations de l’Asie du Sud-Est (ANASE), qui alterne chaque année entre les 10 membres du bloc. Le Cambodge avait présidé l’ANASE pour la dernière fois en 2012.

Le consensus en cinq points élaboré par l’ANASE et adopté en avril 2021 demande l’arrêt immédiat des violences au Myanmar, l’engagement d’un dialogue entre toutes les parties concernées, l’acheminement d’aide humanitaire, la nomination d’un envoyé spécial du bloc et la visite d’une délégation de l’ANASE.

Cependant, il omet de mentionner la nécessité de protéger les droits humains et de mettre en œuvre l’obligation de rendre des comptes pour les violations commises. Ce consensus, déjà limité dans son champ d’application, est dans l’impasse.

Depuis qu’elle s’est emparée du pouvoir, l’armée du Myanmar a tué plus de 1 400 personnes et arrêté ou placé en détention plus de 10 000 personnes, dont de nombreux manifestant·e·s pacifiques. Elle a jugé de manière inique de nombreux hauts responsables civils du pays, évincés lors du coup d’État et condamnés à de lourdes peines de prison. L’ancienne dirigeante de facto Aung San Suu Kyi a été condamnée à quatre ans d’emprisonnement en décembre, pour des accusations fallacieuses portées à son encontre.

The post Cambodge. Le Premier ministre Hun Sen doit annuler son voyage au Myanmar, afin d’éviter les «gestes dénués de sens» appeared first on Amnesty International.

Espace journalistes

Contact presse

Pour toute demande d'interview ou recevoir nos communiqués de presse :

+33 1 53 38 66 00

+33 6 76 94 37 05 (soir & week-end)

spresse@amnesty.fr

Sur le même pays

Cambodge. Condamnation d’un militant de Prey Lang : les écologistes à nouveau réprimés

Publié le : 11.10.21

Réagissant à la condamnation de Chan Thoeun, un militant du Réseau communautaire de Prey Lang (PLCN), pour « violences intentionnelles avec circonstances aggravantes », Ming Yu Hah, directrice régionale...

Cambodge. Les attaques visant les défenseures et défenseurs de l'environnement s'intensifient, avec quatre nouvelles inculpations

Publié le : 22.06.21

Réagissant aux informations selon lesquelles quatre militant·e·s écologistes de Mother Nature Cambodia – Sun Ratha, Ly Chandaravuth, Yim Leanghy et Alejandro Gonzalez-Davidson – ont été inculpés de « complot...

Cambodge/Thaïlande. Un an après, justice n’a toujours pas été rendue à Wanchalearm Satsaksit

Publié le : 04.06.21

Les autorités cambodgiennes ont manqué à leur obligation juridique de mener une enquête en bonne et due forme sur la disparition forcée du dissident thaïlandais Wanchalearm Satsaksit, a déclaré Amnesty...

Cambodge. La condamnation «scandaleuse» de cinq défenseurs de l’environnement doit être annulée

Publié le : 06.05.21

En réaction aux informations selon lesquelles le tribunal municipal de Phnom Penh a déclaré coupable et condamné le 5 mai 2021 cinq militants écologistes, Emerlynne Gil, directrice régionale adjointe à...

Cambodge. Les autorités doivent faire le nécessaire pour éviter une crise humanitaire dans le cadre de la pandémie de COVID-19

Publié le : 30.04.21

Le gouvernement cambodgien doit de toute urgence prendre des mesures pour éviter la crise humanitaire et relative aux droits humains qui se profile dans le cadre du confinement lié au COVID-19, a déclaré...