Accéder au contenu
Menu
Agir
Faire un don
ou montant libre :
Grâce à la réduction d'impôts de 66%, votre don ne vous coûtera que: 34
Faire un don

Aidez-nous à changer des vies dès aujourd'hui.

Faites un don.

©Rosmarie Wirz/Getty Images

©Rosmarie Wirz/Getty Images

©Rosmarie Wirz/Getty Images

Ouzbékistan

Les droits humains en Ouzbékistan en 2017

Les autorités ont quelque peu relâché la pression qu’elles exerçaient sur les médias et sur le droit à la liberté d’expression. Plusieurs prisonniers purgeant de lourdes peines pour des motifs politiques, dont des prisonniers d’opinion, ont été libérés. Leur droit de circuler librement restait toutefois limité. Des agents du Service de la sécurité nationale (SSN) ont arbitrairement arrêté un journaliste indépendant et l’ont torturé pour lui faire « avouer » de supposés crimes contre l’État. Les autorités ont poursuivi leur politique visant à obtenir le rapatriement de personnes qu’elles considéraient comme dangereuses pour la sécurité nationale. L’administration locale a cette année encore réquisitionné des milliers d’enseignants et de membres des professions médicales pour les envoyer travailler dans les champs de coton. Les relations sexuelles entre hommes consentants constituaient toujours une infraction pénale.

En savoir plus : l'Ouzbékistan dans le rapport annuel d'Amnesty International 2017-2018

Peine de mort: abolitionniste pour tous les crimes

Le pays n’a pas recours à la peine de mort.

Actualités
Rester informé(e)
Et recevoir nos newsletters
AMNESTY INTERNATIONAL FRANCE
76, boulevard de la Villette - 75940 Paris cedex 19
Téléphone: (+33) 01 53 38 65 65
Les cookies assurent le bon fonctionnement du site, en continuant la navigation vous acceptez leur utilisation. Gérer les paramètres