Agir
Faire un don
ou montant libre :
/mois
Grâce à la réduction d'impôts de 66%, votre don ne vous coûtera que : 5,1 €/mois
Liberté d'expression

Des fleurs pour Yasaman Aryani !

Le 10 avril 2021, marquera les 2 ans de l’arrestation de Yasaman Aryani. Cette militante féministe a été arrêtée pour avoir milité pacifiquement contre le port obligatoire du voile en Iran.

En 2019, suite à la diffusion d’une vidéo largement relayée sur les réseaux sociaux, Yasaman Aryani a été arrêtée avec deux autres militantes. Cette vidéo a été réalisée à l’occasion de la Journée internationale des droits des femmes, le 8 mars 2019, dans un wagon de métro à Téhéran. Des instants filmés où on les voit faire campagne de manière pacifique contre les lois iraniennes imposant le port du voile : tête découverte, elles y distribuent des fleurs à des femmes.

Pour cette action pacifique elles ont été arrêtées et condamnées à 16 ans de prison. Après des mois de mobilisation et de pression forte, la peine de Yasaman a été réduite à 9 ans et 7 mois de prison.

Nous devons maintenir cette pression, la renforcer et obtenir la libération immédiate de Yasaman – et montrer aux autorités iraniennes que ces femmes sont connues et soutenues largement à travers le monde.

Pourquoi cette action maintenant ?

Pour marquer le deuxième anniversaire de son arrestation nous voulions remettre à l’ambassade iranienne la pétition que nous portons depuis septembre 2019.  Nous avons collecté plus de 155 000 signatures en France, et des centaines de milliers dans d’autres pays.

Nous vous proposons d’agir depuis chez vous en confectionnant des fleurs en papier (en rappel à l’action pacifique menée par Yasaman dans le métro). Pour cela il vous suffit de trouver une feuille en papier et de suivre les instructions pour faire le pliage.

Le 8 mars, partagez des photos de vos réalisations sur vos réseaux en utilisant le #FreeYasaman et la mention @amnestyfrance !

Après le 8 mars, vous pourrez envoyer directement vos réalisations à l’ambassade d’Iran, en ajoutant y joignant une note « #FreeYasaman » !

Le visionnage de cette vidéo entraîne un dépôt de cookies de la part de YouTube. Si vous souhaitez lire la vidéo, vous devez consentir aux cookies pour une publicité ciblée en cliquant sur le bouton ci-dessous.

Nous voulons organiser une action devant l’ambassade d’Iran en leur remettant la pétition et nous espérons, leur remettre également les milliers de fleurs que vous aurez réalisées ! 

Comment agir 

Agir

1. Poster sur Twitter

Prenez-vous en photo avec vos réalisations et copiez le message suivant en l’adressant au guide suprême Ali Khamenei ::

Je soutiens #YasamanAryani, défenseure des droits des femmes iraniennes. Emprisonnée et condamnée à 9 ans de prison pour avoir milité contre le port obligatoire du voile en Iran. @khamenei_ir #FreeYasaman immédiatement !

2. Poster sur Instagram 

Nous vous proposons de réaliser une story ou une publication sur Instagram en taguant le compte d’Amnesty France @amnestyfrance. Instagram est, par excellence, le réseau social de la créativité. Alors, laissez libre cours à votre imagination. Boomerang, vidéo, pancarte, montage… faites passer le message !

Voici la marche à suivre :

1 - Créez une story et/ ou un post avec le message suivant en ajoutant la photo de votre réalisation :

Iran : liberté pour les femmes défenseures des droits humains #FreeYasaman

2 - Taggez sur votre story ou votre post @amnestyfrance

3 - Publiez votre œuvre sur Instagram

3. Envoyer vos fleurs à l'ambassade d'Iran

Monsieur Bahram Ghassemi

Ambassade d’Iran 4, Avenue d'Iéna, 75116 Paris

Vous pouvez accompagner vos origamis d’un message simple, comme #FreeYasaman Aryani, ou utiliser le modèle de lettre suivant :

Votre Excellence,

Yasaman Aryani a été arrêtée en avril 2019 avec sa mère, Monireh Arabshahi, et Mojgan Keshavarz. Ces trois défenseures des droits des femmes ont été arrêtées suite à la diffusion d’une vidéo largement relayée sur les réseaux sociaux à l’occasion de la Journée internationale des droits des femmes, le 8 mars 2019, dans laquelle on les voyait faire campagne de manière pacifique contre les lois iraniennes imposant le port du voile : tête découverte, elles distribuaient des fleurs à des femmes dans un wagon de train à Téhéran.. Suite à leur arrestation, elles ont été placées à l’isolement pendant de longues périodes et ont subi des pressions visant à leur faire « avouer » devant une caméra que des étrangers se trouvaient derrière leurs activités militantes contre le port du voile obligatoire et à les amener à « se repentir » de leurs actions.

En juillet 2019, la 28ème chambre du tribunal révolutionnaire de Téhéran a condamné Yasaman Aryani et Monireh Arabshahi à des peines de 16 ans d’emprisonnement et Mojgan Keshavarz à une peine de 23 ans et six mois d’emprisonnement. Les trois peines se décomposent de la manière suivante : une année d’emprisonnement au motif de « propagande contre le régime », une peine de cinq ans au motif de « rassemblement et collusion en vue de commettre des infractions compromettant la sécurité nationale » et une peine de 10 ans au motif d’« incitation à la corruption et la prostitution » pour avoir fait la promotion de la possibilité de retirer son voile. La peine de Mojgan Keshavarz comprend sept années et six mois supplémentaires au motif d’« insultes aux valeurs saintes de l’Islam ». Leur procès a été entaché d’irrégularités ; elles se sont vu refuser tout contact avec leurs avocats lors de leur détention provisoire et, au cours du procès, le juge a rejeté leurs demandes de consulter leurs avocats et a indiqué que ces derniers ne seraient pas autorisés à accéder au dossier de l’affaire ou à les représenter avant la phase d’appel. Si leurs condamnations et les peines prononcées sont confirmées en appel, ces trois femmes devront purger 10 ans de leurs peines d’emprisonnement. En février 2020, cette peine a été réduite à 9 ans et 7 mois d’’emprisonnement.

Le 5 octobre 2019, Yasaman Aryani,  a été transférée de la section réservée aux femmes de la prison d’Evin à la section 2A qui se trouve sous le contrôle des Gardiens de la révolution. Le 6 octobre, lorsque des membres de sa famille se sont rendus à la prison pour une visite programmée, ils ont été informés qu’elle avait été transférée la veille au soir et qu’ils n’avaient pas la permission de la voir. Pendant plus de 10 jours, elle a été détenue au secret. Malgré leurs demandes répétées, ils n’ont pu obtenir le moindre élément justifiant ce transfert. Généralement, les personnes détenues dans la section 2A sont placées à l’isolement et soumises à des interrogatoires par les Gardiens de la révolution et subissent des actes de torture et d’autres mauvais traitements.

Je vous exhorte à libérer Monireh Arabshahi, Yasaman Aryani et Mojgan Keshavarz immédiatement et sans condition car il s’agit de prisonnières d’opinion incarcérées uniquement en raison de leurs activités pacifiques de défense des droits des femmes en Iran.

En l’attente de leur libération, je vous exhorte à veiller à ce que Yasaman Aryani soit protégée contre toute forme de torture et d’autres mauvais traitements et que sa famille et son avocat soient informés des raisons ayant motivé son transfert, et à garantir que ces trois femmes aient des contacts réguliers avec leurs familles et les avocats de leur choix.

Veuillez recevoir, l’expression de ma haute considération.

 

Agir

Rester informé

Inscrivez-vous à la newsletter "Liberté d'expression" pour connaître les suites de l'action "Des fleurs pour Yasaman" et être informé des actions similiaires.