Accéder au contenu
Menu
Agir
Faire un don
ou montant libre :
/mois
Grâce à la réduction d'impôts de 66%, votre don ne vous coûtera que: 5.1/mois
Rahaf Mohammed Al-Qunun, 18 ans, à l'aéroport de Bangkok, le 7 janvier 2019.

Rahaf Mohammed Al-Qunun, 18 ans, à l'aéroport de Bangkok, le 7 janvier 2019.

Rahaf Mohammed Al-Qunun, 18 ans, à l'aéroport de Bangkok, le 7 janvier 2019.

Réfugiés et migrants
bonne nouvelle

Une jeune Saoudienne évite le renvoi vers son pays

L’ONU a accordé le statut de réfugiée à Rahaf Mohammed al Qunun, ressortissante saoudienne âgée de 18 ans, et a préconisé sa réinstallation en Australie. Une bonne nouvelle.

Rahaf Mohammed al Qunun a atterri à l’aéroport de Suvarnabhumi le 5 janvier 2019, en transit depuis le Koweït vers l’Australie.

Échapper aux violences dans son pays

Elle assure qu’elle tentait d’échapper aux violences, aux coups et aux menaces de mort de sa famille.

D’après son témoignage, dès son arrivée à Bangkok, un représentant de l’ambassade d’Arabie saoudite lui a confisqué son passeport. Les services thaïlandais de l’immigration ont déclaré qu’ils ont empêché Rahaf Mohammed al Qunun de poursuivre son voyage jusqu’en Australie, étant en contact avec « l’ambassade saoudienne en vue de se coordonner ». Du fait de l’attention mondiale suscitée par ses tweets en direct sur sa situation le 7 janvier, elle S’était vue accorder un permis de séjour provisoire en Thaïlande sous protection de l’ONU.

Le 9 janvier, le ministère australien de l’Intérieur a enfin annoncé que le Haut-Commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR) avait accordé le statut de réfugiée à Rahaf Mohammed al Qunun et a ajouté qu’il envisageait sa réinstallation en Australie.

Lire aussi : l'Arabie saoudite après l'affaire khashoggi

Un message important

L’histoire de Rahaf délivre un message important : des citoyens du monde entier se sont mobilisés pour soutenir sa demande de protection et le pouvoir des gens l’a emporté face à ceux qui tentent de l’opprimer. Rahaf a pris des risques incroyables pour s’enfuir de chez elle, enfreignant le régime de tutelle exercée par les hommes en Arabie saoudite.

En quelques jours, son histoire a inspiré des millions de personnes autour du globe. Qu’elle rappelle au monde entier les sacrifices et l’immense courage dont font preuve toutes ces personnes, où que ce soit, qui se réfugient à l’étranger en quête de sécurité.

L’histoire de Rahaf n’est pas un cas isolé

Toutefois, nul ne devrait être expulsé vers un pays où il risque de subir de graves violations des droits humains. Hakeem al Araiby, réfugié bahreïnite qui a été victime de torture et vivait en Australie, est maintenu en détention en Thaïlande depuis des semaines, dans l’attente d’une audience portant sur son extradition.

Par le passé, la Thaïlande a souvent bafoué ses responsabilités vis-à-vis des demandeurs d’asile et des réfugiés. L’humanité dont elle a fait preuve à l’égard de Rahaf ne doit pas être un cas unique.

Abonnez-vous à l'Hebdo

Chaque vendredi, recevez par email l'actualité des droits humains

Les cookies assurent le bon fonctionnement du site, en continuant la navigation vous acceptez leur utilisation. Gérer les paramètres