Accéder au contenu
Menu
Agir
Faire un don
ou montant libre :
/mois
Grâce à la réduction d'impôts de 66%, votre don ne vous coûtera que : € 5.1/mois
Agir

Plus que jamais, nous avons besoin de vous

Amnesty International est l’une des rares associations à être financée quasi exclusivement par la générosité de ses membres et donateurs. Nous ne pouvons plus mener à bien certaines de nos opérations de collecte de fonds, mais vous pouvez continuer à nous soutenir en ligne.

Manifestation en faveur de l'accueil des réfugiés en Australie © SAEED KHAN/AFP/Getty Images

Manifestation en faveur de l'accueil des réfugiés en Australie © SAEED KHAN/AFP/Getty Images

Manifestation en faveur de l'accueil des réfugiés en Australie © SAEED KHAN/AFP/Getty Images

Réfugiés et migrants
Actualité

Australie : le modèle à ne pas suivre

La tristement célèbre politique migratoire de l’Australie, qui consiste à placer en détention les réfugiés et les demandeurs d’asile hors de son territoire, risque d’être copiée par l’Union européenne.

Certains membres de l’Union européenne (UE) veulent forcer des personnes secourues en mer à débarquer dans des endroits situés hors de l’Europe., des « plateformes de débarquement » dans lesquelles ces personnes risquent d’être exposées à de graves violations des droits humains.

Le cas australien

En 2013, l'Australie a adopté une politique au titre de laquelle toute personne arrivant par bateau où que ce soit sur le territoire australien est interdite de demander l'asile dans le pays. Toutes ces personnes sont transférées sur l’île de Manus en Papouasie-Nouvelle-Guinée ou à Nauru, même celles qui ont obtenu le statut de réfugié. Elles ne seront jamais autorisées à s’installer en Australie.

Plus de 1 600 personnes se trouvent toujours sur l’île de Manus, en Papouasie-Nouvelle-Guinée, et à Nauru, la majorité d'entre elles étant considérées comme des réfugiés. Sur ces îles, les conditions de vie sont épouvantables.

Lire aussi : Nauru : la honte de l'Australie

L’UE envisage de suivre l’exemple australien

Lors de la dernière réunion du Conseil européen, les États ont décidé d’étudier l'idée de « plateformes de débarquement régionales » situées hors de l'UE, où les personnes secourues en mer seraient débarquées.

Ces propositions sont extrêmement préoccupantes, et nous avons contacté le président du Conseil européen pour demander aux chefs d'État des pays de l'UE de tenir compte des leçons de la politique illégale de l'Australie.

Ces propositions, actuellement étudiées en Europe, font écho à une situation qui nous est malheureusement familière. Au cours des cinq dernières années, nous avons constaté les conséquences dévastatrices et traumatisantes qu'ont sur les hommes, les femmes et les enfants les politiques cruelles et illégales du gouvernement australien.

L'exemple du gouvernement australien montre bien les dangers associés à une externalisation des responsabilités en ce qui concerne les réfugiés vers des pays qui n'ont ni la volonté ni les moyens de réinstaller correctement les réfugiés.

Nous demandons instamment aux États membres de l'UE d'examiner longuement et de très près les pratiques généralisées de mauvais traitements et de négligence intentionnelle de la part des autorités observées à Nauru et sur l’île de Manus.

La politique de l'Australie n'a absolument pas répondu aux besoins des réfugiés et des migrants, et il ne faut surtout pas qu'elle serve de modèle à d'autres pays.

Agir

Rester informé

Recevez nos emails d'information et d'action sur les réfugiés et migrants

Les cookies assurent le bon fonctionnement du site, en continuant la navigation vous acceptez leur utilisation. Gérer les paramètres