Accéder au contenu
Menu
Agir
Faire un don
ou montant libre :
/mois
Grâce à la réduction d'impôts de 66%, votre don ne vous coûtera que: 5.1/mois
Liberté d'expression
Actualité

En Égypte, une militante arrêtée pour un post sur Facebook

Une militante égyptienne a été arrêté pour avoir partagé une vidéo, dans laquelle elle parlait des actes de harcèlement sexuel dont elle avait elle-même été victime. Son arrestation constitue un stade de plus dans la répression de la liberté d'expression exercée en Égypte.

Amal Fathi a été arrêtée le 11 mai, vers deux heures trente du matin, en compagnie de son mari, Mohamed Lotfy, ancien chercheur chez Amnesty International et actuel directeur de la Commission égyptienne pour les droits et les libertés. Des policiers ont fait irruption au domicile cairote du couple. Ils ont été conduits, ainsi que leur enfant âgé de trois ans, au commissariat voisin.

Le mari d’Amal Fathi a déjà été persécuté dans le passé par le gouvernement égyptien. En effet, en juin 2015, Mohamed Lotfy s’est vu interdire l’accès à un vol vers l’Allemagne et son passeport lui a été confisqué, sans qu’aucune raison claire ne lui soit fournie. Il n’a pas pu obtenir d’autre passeport pendant deux ans.

Lire aussi : Un journaliste égyptien en prison depuis plus d'un an

Son crime ? Avoir critiqué le harcèlement sexuel

Amal Fathi a reproché au gouvernement égyptien de ne pas protéger les femmes. Son arrestation montre bien qu’elle ne se trompait pas. C’est un jour sombre pour l’Égypte, quand on voit que les autorités préfèrent faire taire une femme qui dénonce le harcèlement sexuel, plutôt que de prendre des mesures pour lutter contre le problème.

Le traitement infligé à Amal Fathi montre à quel point l’Égypte a besoin de militantes courageuses comme elle pour plaider la cause des droits des femmes. Nous demandons aux autorités de libérer immédiatement et sans condition Amal Fathi.

Son placement en détention pour avoir exprimé pacifiquement ses opinons constitue un affront à la liberté d'expression, pourtant garantie par la Constitution égyptienne.

Amal Fathi avait mis en ligne le 9 mai sur son compte Facebook une vidéo, dans laquelle elle parlait de la fréquence des actes de harcèlement sexuel en Égypte et reprochait au gouvernement de ne pas protéger les femmes. Elle accusait également le pouvoir d’être responsable d’une dégradation de la situation en matière de droits humains, de la conjoncture socioéconomique et des services publics.

Nous avons visionné cette vidéo, d’une durée de 12 minutes, et nous avons pu constater qu’elle ne contenait aucune incitation à la violence et qu’elle relevait par conséquent de l’exercice de la liberté d'expression.

Lire aussi : En Égypte, les voix critiques réduites au silence

Une vague de menaces

Dès le lendemain, la presse d’État et favorable au gouvernement a publié des articles parlant de cette vidéo, indiquant qu’Amal Fathi était une militante du mouvement du 6 avril, l’épouse de Mohamed Lotfy, et l’accusant d’avoir insulté l’Égypte et les institutions égyptiennes.

La jeune femme fait l’objet depuis hier d’une vague de harcèlement et de menaces sur les réseaux sociaux. Elle est notamment la cible d’injures sexistes et d’appels aux autorités pour qu’elle soit maintenue en détention.

Amal Fathi et Mohamed Lotfy ont été conduits au commissariat de Maadi, dans le sud du Caire. Au bout de trois heures environ, la police a annoncé à Mohamed Lotfy qu’il était libre de partir avec son enfant, mais qu’Amal Fathi devait rester, en attendant que le procureur ait examiné son cas.

Cela n’a pas été fait pour l’instant et la jeune femme est toujours détenue au commissariat de Maadi.

Rester informé

Recevez nos emails d'information et d'action sur la liberté d'expression

Rester informé(e)
Et recevoir nos newsletters
Nous suivre:
AMNESTY INTERNATIONAL FRANCE
76, boulevard de la Villette - 75940 Paris cedex 19
Téléphone: (+33) 01 53 38 65 65
Les cookies assurent le bon fonctionnement du site, en continuant la navigation vous acceptez leur utilisation. Gérer les paramètres