Accéder au contenu
Menu
Agir
Faire un don
ou montant libre :
Grâce à la réduction d'impôts de 66%, votre don ne vous coûtera que: 34
Un manifestant menotté reste sur le terrain alors que les forces de sécurité égyptiennes dispersent les partisans du président égyptien déchu, 14 août 2013 © Engy Imad/AFP/Getty Images

Un manifestant menotté reste sur le terrain alors que les forces de sécurité égyptiennes dispersent les partisans du président égyptien déchu, 14 août 2013 © Engy Imad/AFP/Getty Images

Un manifestant menotté reste sur le terrain alors que les forces de sécurité égyptiennes dispersent les partisans du président égyptien déchu, 14 août 2013 © Engy Imad/AFP/Getty Images

Justice internationale et impunité
Actualité

Le massacre de Rabaa continue d’hanter l’Égypte

Six ans après le massacre de Rabaa, le pays subit une nette détérioration des droits humains. Explications.

Les événements sanglants du 14 août 2013 continuent de peser sur la société égyptienne. Ce jour-là, les forces de sécurité ont tué au moins 900 personnes pendant qu’elles dispersaient violemment les sit-in antigouvernementaux sur les places de Rabaa al Adawiya et al Nahda.

Plus de 650 participants à ces sit-in ont écopé de peines pouvant aller jusqu’à 25 ans d’emprisonnement, et 75 autres ont été condamnés à mort à l’issue d’un procès collectif d’une iniquité flagrante. Un grand nombre des personnes qui ont été relâchées à l’issue de cinq ans et six mois de détention restent sous le coup de mesures de mise à l’épreuve sévères, les privant de leur liberté 12 heures par jour. D’autres, condamnées par contumace, sont toujours en exil à ce jour.

Lire aussi : Des armes françaises au cœur de la répression égyptienne

Six ans après

Alors que six années se sont écoulées, la population égyptienne continue de ressentir les répercussions du massacre de Rabaa. Depuis, le pays subit une nette détérioration des droits humains.

Le fait que pas un seul membre des forces de sécurité, ni aucun de leurs supérieurs hiérarchiques, n’ait eu à rendre des comptes à la suite des meurtres commis a favorisé un climat d’impunité généralisée. Cela a également encouragé les forces de sécurité à se livrer à des disparitions forcées massives et à torturer régulièrement les personnes détenues sans craindre la justice.

DEVENIR MEMBRE

C’est grâce au soutien de nos membres et donateurs que nous pouvons notamment enquêter en toute indépendance sur les violations des droits humains des gouvernements, dont celui de la France.

Pour poursuivre notre mission et continuer à construire un monde plus juste, nous avons absolument besoin du soutien du plus grand nombre.

Soutenez notre indépendance en devenant membre d’Amnesty International France.

Les cookies assurent le bon fonctionnement du site, en continuant la navigation vous acceptez leur utilisation. Gérer les paramètres