Accéder au contenu
Menu
Agir
Faire un don
ou montant libre :
Grâce à la réduction d'impôts de 66%, votre don ne vous coûtera que: 34
Faire un don

Aidez-nous à changer des vies dès aujourd'hui.

Faites un don.

Une militante pro-choix en Argentine le jour du vote au Sénat © REUTERS/Marcos Brindicci

Une militante pro-choix en Argentine le jour du vote au Sénat © REUTERS/Marcos Brindicci

Une militante pro-choix en Argentine le jour du vote au Sénat © REUTERS/Marcos Brindicci

Droits sexuels et reproductifs
Actualité

Argentine : le vote de la honte

Le Sénat argentin vient de rejeter le projet de loi portant sur la dépénalisation de l’avortement. L’Argentine vient de rater l'opportunité d'une avancée historique pour les droits des femmes.

Les législateurs argentins ont choisi de ne pas tenir compte des milliers de femmes et de filles qui se battent pour le respect de leurs droits sexuels et reproductifs.

Les sénateurs qui ont voté contre l'adoption du projet de loi – ou qui se sont abstenus – ont donc décidé de préserver un système qui force les femmes à recourir à un avortement clandestin et dangereux.

Une occasion gâchée

Cette décision ne fait que perpétuer le cycle de la violence que les femmes sont amenées à subir. Le pouvoir exécutif avait fait passer un message en lançant ce débat, mais le pouvoir législatif n'a pas su s'emparer de cette opportunité.

Lire aussi : La dépénalisation de l'avortement : un impératif

En raison de la législation actuelle en Argentine, qui réprime pénalement les femmes sauf en cas de danger pour leur vie ou leur santé, ou en cas de viol, plus de 3 000 femmes ont perdu la vie au cours des trente dernières années. Chaque année, 49 000 Argentines mettent leur vie et leur santé en péril en tentant d’avorter clandestinement.

La communauté internationale a appelé l'Argentine à plusieurs reprises à modifier sa législation qui viole les droits fondamentaux des femmes et des filles.

Le pays a gâché cette occasion historique qui s'offrait à lui : celle de devenir un exemple dans la région et de suivre les pas de l'Uruguay et de la ville de Mexico. Il s'agit d'une régression impardonnable.

Une telle occasion de mettre fin à ce grave problème ne se représentera pas avant la session parlementaire de l'an prochain.

Abonnez-vous à l'Hebdo

Chaque vendredi, recevez par email l'essentiel de l'actualité des droits humains

Rester informé(e)
Et recevoir nos newsletters
AMNESTY INTERNATIONAL FRANCE
76, boulevard de la Villette - 75940 Paris cedex 19
Téléphone: (+33) 01 53 38 65 65
Les cookies assurent le bon fonctionnement du site, en continuant la navigation vous acceptez leur utilisation. Gérer les paramètres