Accéder au contenu
Menu
Agir
Faire un don
ou montant libre :
Grâce à la réduction d'impôts de 66%, votre don ne vous coûtera que: 34

L’art pour dénoncer

les ventes d’armes françaises

Murab Subay © Christophe Da Silva

À l’heure où la France va conclure de nouveaux contrats d’armements avec les Émirats arabes unis, un street-artiste yéménite s’engage aux côtés de sept ONG pour alerter l’opinion publique française sur le conflit au Yémen et interpeller le gouvernement français. Il vient de réaliser une fresque géante dans le quartier du Marais à Paris, l’œuvre restera visible jusqu’au 26 novembre.

© Christophe Da Silva

L’artiste

Prodige du street-art originaire de Dhamar au Yémen et membre du programme Artist Protection Fund, Murad Subay a commencé à peindre pour dénoncer les disparitions forcées et arrestations arbitraires. Lorsque le conflit a éclaté en 2014-2015, il a continué à peindre à Sana’a, sur les décombres, les transformant en œuvres d’art. Aujourd’hui au cœur de Paris, il appelle à travers son œuvre à la responsabilité collective à l’égard des civils, premières victimes du conflit au Yémen.

Le conflit au Yémen, qui dure depuis maintenant cinq années, a coûté la vie à plus de 100 000 personnes et est considéré par les Nations unies comme « pire crise humanitaire ». En vendant des armes à l’Arabie Saoudite et aux Emirats arabes unis, deux pays impliqués dans le conflit yéménite, la France joue un rôle. C’est pour dénoncer cette complicité que Murad Subay, street-artiste yéménite, s’engage aux côtés de sept ONG (Action contre la Faim, ACAT, Amnesty International France, CARE France, Médecins du Monde, Oxfam France et SumOfUs) avec la réalisation d’une fresque en plein cœur de Paris.

© Christophe Da Silva

Et pourquoi pas la France ?

Depuis 2016, douze pays européens dont l’Allemagne, la Belgique, l’Italie et le Royaume-Uni ont annoncé des mesures visant à suspendre ou à limiter les ventes d’armes à l’Arabie saoudite et aux Émirats arabes unis. Le gouvernement français en revanche continue d’autoriser des transferts d’armes aux parties au conflit au Yémen, malgré le risque élevé qu’elles puissent servir à faciliter ou commettre des violations graves des droits humains et la forte mobilisation de la société civile.

© Christophe Da Silva

250 000 signatures

À l’heure actuelle, les pétitions que nous avons lancé avec Sum Of Us et Oxfam ont réuni près de 250 000 signatures, demandant au président Emmanuel Macron l’arrêt des ventes d’armes françaises dans le cadre du conflit au Yémen. Afin de souligner l’ampleur de cette mobilisation, les signatures seront affichées à côté de la fresque et les passants seront invités à y ajouter la leur.

Le manque de transparence de la France sur ses transferts d’armes en général et l’absence de tout contrôle parlementaire, ne permettent pas aujourd’hui de s’assurer qu’elle respecte ses engagements internationaux, tel que le Traité sur le commerce des armes.

Nous devons faire pression sur la France, afin qu’elle mette un terme à ces transferts irresponsables d’armements qui risquent de contribuer à des violations des droits humains et à la souffrance des civils.

Les passants pouvaient signer la pétition directement © Christophe Da Silva

Localisation de la fresque : carrefour de la rue du vieille du Temple et de la rue des quatre fils

Stop à la complicité de la France

Interpellez Emmanuel Macron pour exiger le respect des engagements internationaux en matières de contrôle et de transparence sur les ventes d'armes de la France

Les cookies assurent le bon fonctionnement du site, en continuant la navigation vous acceptez leur utilisation. Gérer les paramètres