Accéder au contenu
Menu
Agir
Faire un don
ou montant libre :
/mois
Grâce à la réduction d'impôts de 66%, votre don ne vous coûtera que: 5.1/mois
Un camp de réfugiés en Grèce © Giorgos Moutafis/Amnesty International

Un camp de réfugiés en Grèce © Giorgos Moutafis/Amnesty International

Un camp de réfugiés en Grèce © Giorgos Moutafis/Amnesty International

Réfugiés et migrants
Actualité

Le pacte mondial des réfugiés ne résout rien

Le texte final du pacte mondial sur les réfugiés, sur lequel les États membres de l’ONU se sont mis d’accord, ne résout rien.

Le pacte mondial représentait une initiative ambitieuse qui aurait dû amorcer un changement d’ensemble dans la manière dont les gouvernements traitent les réfugiés.

Hélas, les leaders mondiaux ne se sont pas montrés à la hauteur pour proposer les solutions audacieuses et courageuses dont le monde a tant besoin.

Le texte final ne fait que valider l'approche actuelle, intenable : les États les plus riches peuvent choisir quelles mesures ils prennent – ou non – en vue de partager les responsabilités.

Ainsi de nombreux réfugiés vont continuer d'attendre dans des pays pauvres qui ne peuvent ni ne veulent leur apporter un soutien.

Lire aussi : Accueil des réfugiés : l'Europe à la dérive

Faire preuve de compassion

Si le pacte mondial contient quelques bonnes propositions sur la manière de concrétiser le partage des responsabilités, on ignore s’il s’appuie sur la volonté politique nécessaire pour les mettre en œuvre.

Avant même que l'encre ayant servi à le rédiger n’ait séché, les actions de nombreux gouvernements battaient en brèche son objectif déclaré, à savoir protéger les réfugiés et partager les responsabilités à leur égard.

Alors que les diplomates négociaient le pacte à l'ONU, des gouvernements européens contestaient la capacité des ONG à secourir les réfugiés bloqués en mer et élaboraient de nouveaux plans pour dissuader et détenir les réfugiés, tandis que l'Australie continuait de justifier ses pratiques de détention cruelles et abominables à Manus et Nauru.

Lire aussi : Australie : le modèle à ne pas suivre

Plus que jamais, nous devons répondre aux besoins des réfugiés avec compassion, dans le cadre d'une approche fondée sur les droits humains et sur le partage – et non l’esquive – des responsabilités au niveau mondial.

Rester informé

Recevez nos emails d'information et d'action sur les réfugiés et migrants

Les cookies assurent le bon fonctionnement du site, en continuant la navigation vous acceptez leur utilisation. Gérer les paramètres