Accéder au contenu
Menu
Agir
Faire un don
ou montant libre :
/mois
Grâce à la réduction d'impôts de 66%, votre don ne vous coûtera que: 5.1/mois
Des membres des forces de sécurité surveillent la place Tahrir avant le cinquième anniversaire du soulèvement du 25 janvier au Caire le 24 janvier 2016 © REUTERS/Mohamed Abd El Ghany

Des membres des forces de sécurité surveillent la place Tahrir avant le cinquième anniversaire du soulèvement du 25 janvier au Caire le 24 janvier 2016 © REUTERS/Mohamed Abd El Ghany

Des membres des forces de sécurité surveillent la place Tahrir avant le cinquième anniversaire du soulèvement du 25 janvier au Caire le 24 janvier 2016 © REUTERS/Mohamed Abd El Ghany

Liberté d'expression
Actualité

L’Égypte du président al-Sissi

Huit ans après le début de la révolution en Égypte, le peuple égyptien fait face à une attaque sans précédent contre la liberté d'expression. Les voix critiques sont réduites à néant.

Lors de la révolution du 25 janvier 2011, des dizaines de milliers de personnes sont descendues dans la rue pour demander de meilleures protections pour les droits humains, mais sous le régime du président Abdel Fattah al-Sissi, la place pour les critiques est réduite à néant.

Aucune place pour la critique

En 2018, les autorités égyptiennes ont arrêté au moins 113 personnes qui n’avaient fait qu’exprimer pacifiquement leur opinion.

Beaucoup ont été détenues sans jugement pendant plusieurs mois, avant d’être déférées. Elles ont été accusées d’ « appartenance à des organisations terroristes » et « diffusion de fausses nouvelles », dans le cadre de procès iniques dont certains se sont déroulés devant des tribunaux militaires.

Il est aujourd’hui plus dangereux que jamais dans l’histoire récente de l’Égypte de critiquer ouvertement le gouvernement.

Sous la présidence d’Abdel Fattah al-Sissi, les Égyptiens font face à une répression sans précédent où ceux qui expriment leur opinion sans violence sont traités comme des criminels.

Lire aussi : Une répression sans précédent en Égypte

Une prison à ciel ouvert

Au cours de l’année passée, des personnes qui avaient osé critiquer le gouvernement ont été arrêtées et envoyées en prison, bien souvent placées à l’isolement ou soumises à une disparition forcée, pour avoir simplement exprimé leur opinion sur les réseaux sociaux, accordé des interviews à des médias, dénoncé le harcèlement sexuel ou même soutenu certaines équipes de football. Parfois, les personnes arrêtées n’avaient absolument rien fait.

Lire aussi : Emprisonnée pour avoir dénoncé le harcèlement sexuel

Depuis que le gouvernement d’Abdel Fattah al-Sissi est au pouvoir, l’Égypte est devenue une prison à ciel ouvert pour ses détracteurs.

Rester informé

Recevez nos emails d'information et d'action sur la liberté d'expression

Les cookies assurent le bon fonctionnement du site, en continuant la navigation vous acceptez leur utilisation. Gérer les paramètres