Accéder au contenu
Menu
Agir
Faire un don
ou montant libre :
/mois
Grâce à la réduction d'impôts de 66%, votre don ne vous coûtera que : € 5.1/mois
Xu Zhiyong © Private

Xu Zhiyong © Private

Xu Zhiyong © Private

Liberté d'expression
Actualité

Arrêté pour avoir critiqué la gestion de la crise du coronavirus

En Chine, le militant et juriste Xu Zhiyong est pris pour cible. Il vient d’être arrêté après avoir critiqué le président Xi Jinping au sujet de l’épidémie de coronavirus.

Xu Zhiyong est dans le collimateur des autorités depuis qu’il a assisté à une réunion de militants des droits humains à Xiamen en décembre et critiqué la gestion de la crise du coronavirus par le président Xi Jinping. Plus de 10 personnes présentes à cette réunion ont depuis été convoquées ou arrêtées.

Xu Zhiyong fait l’objet d’investigations et se trouvent aujourd’hui en détention, exposé au risque de torture.

Lire aussi : Coronavirus, sept conséquences sur les droits humains

Les voix critiques muselées

L’arrestation de Xu Zhiyong montre que la lutte du gouvernement chinois contre le coronavirus ne le détourne en aucune façon de sa campagne globale. Celle-ci vise à étouffer toutes les voix discordantes et attaque la liberté d’expression.

Xu Zhiyong et ses codétenus n’ont commis aucun crime. Ils sont ciblés uniquement en raison de leur militantisme pacifique et doivent être libérés immédiatement et sans condition.

Dans le collimateur

Xu Zhiyong est un éminent juriste et militant chinois, connu pour son travail en faveur des groupes défavorisés et pour sa promotion d’un « Mouvement des nouveaux citoyens », qu’il a lancé en 2012. Il a déjà été incarcéré en raison de ses activités militantes pacifiques et a passé quatre ans en prison pour des accusations forgées de toutes pièces de trouble à l’ordre public. Il avait été libéré en 2017.

Début février, Xu Zhiyong avait réclamé la démission du président Xi Jinping, critiquant sa gestion de la crise du coronavirus et des manifestations prodémocratie à Hong Kong. Son arrestation semble toutefois être liée à sa présence à la réunion de Xiamen.

Il a été arrêté le 15 février au soir alors qu’il se trouvait au domicile d’un autre militant, Yang Bin, qui avait lui aussi dénoncé la censure de la Chine sur le débat concernant le virus.

Parmi les personnes déjà arrêtées pour avoir assisté à la réunion à Xiamen figurent les avocats Dai Zhenya, Ding Jiaxi et Zhang Zhongshun, qui ont été placés « en résidence surveillée dans un lieu désigné », une forme de détention au secret qui les expose au risque de torture et d’autres mauvais traitements. Durant leur détention, ils ne sont pas autorisés à consulter un avocat, ni à communiquer avec leurs familles.

Agir

DEVENIR MEMBRE

C’est grâce au soutien de nos membres et donateurs que nous pouvons notamment enquêter en toute indépendance sur les violations des droits humains des gouvernements, dont celui de la France.

Pour poursuivre notre mission et continuer à construire un monde plus juste, nous avons absolument besoin du soutien du plus grand nombre.

Soutenez notre indépendance en devenant membre d’Amnesty International France.

Les cookies assurent le bon fonctionnement du site, en continuant la navigation vous acceptez leur utilisation. Gérer les paramètres