Accéder au contenu
Menu
Agir
Faire un don
ou montant libre :
/mois
Grâce à la réduction d'impôts de 66%, votre don ne vous coûtera que: 5.1/mois
Union Building Pretoria, siège du gouvernement, Afrique du Sud - cc - Paul Saad

Union Building Pretoria, siège du gouvernement, Afrique du Sud - cc - Paul Saad

Union Building Pretoria, siège du gouvernement, Afrique du Sud - cc - Paul Saad

Justice internationale et impunité
bonne nouvelle

L'Afrique du Sud renonce à se retirer de la Cour Pénale Internationale

Le 8 mars 2017, le gouvernement sud-africain a annoncé sa décision de révoquer la notice adressée à l'ONU concernant son intention de se retirer du Statut de Rome de la Cour pénale internationale (CPI).

Cette annulation officielle de la notice de retrait de la CPI représente une nouvelle chance pour le gouvernement sud-africain de repenser sa décision de contrecarrer la poursuite de la justice. Tandis que la communauté internationale semble indifférente aux atrocités de masse commises en toute impunité à travers le monde, il est d'autant plus important que l'Afrique du Sud reprenne sa position de défenseure des victimes africaines de crimes relevant du droit international.

Reste à savoir si cette annulation signifie que le gouvernement n'a plus l'intention de se retirer de la CPI ou s'il s'agit d'une mesure temporaire prise pour se conformer à la décision de la Cour suprême et épuiser tous les recours au niveau national avant d'officialiser son retrait.

Lire aussi : Abandonner la Cour pénale internationale : une trahison

En annulant son retrait de manière définitive, la nation sud-africaine emboîterait le pas à la Gambie, qui est récemment revenue sur son retrait du Statut de Rome.

Nous exhortons l'Afrique du Sud à s'aligner sur la majorité des États africains, qui ont explicitement rejeté les appels au retrait et n'ont pas faibli dans leur soutien à la CPI.

Une chance de repenser la poursuite de la justice

Amnesty International remet aujourd'hui une synthèse à la Commission parlementaire chargée de la Justice et des Services pénitentiaires, suite à l’appel à commentaire public sur le projet d'application de la loi de retrait du Statut de Rome de la CPI.

L'annonce de l'Afrique du Sud, qui révoque sa notice de retrait du Statut de Rome, fait suite à la décision de la chambre de la Cour Suprême du Nord Gauteng : il y a deux semaines, elle a statué, dans l'affaire soumise par le parti d'opposition de l'Alliance démocratique, que la décision de retrait de la CPI prise par le gouvernement sans consulter le Parlement était inconstitutionnelle et invalide, et a ordonné au gouvernement de révoquer sa notice de retrait.

Lire aussi : Cour Pénale Internationale : ne pas baisser les bras

Le gouvernement avait officiellement déposé auprès des Nations unies son instrument de retrait de la CPI le 19 octobre 2016.

La Gambie a déjà annulé son retrait de la CPI

Le 16 février 2017, la Gambie a annulé son retrait du Statut de Rome.

La Commission parlementaire chargée des Relations internationales et de la Coopération a reçu le 8 mars une synthèse du ministère de la Justice et du Développement constitutionnel sur la décision de la Cour suprême concernant le retrait de la CPI et l'annulation qui a suivi.

La photographie illustrant l'article est sous licence Creative Common

RECEVEZ "L'HEBDO" CHAQUE SEMAINE

Chaque vendredi, recevez l'essentiel de l'actualité des droits humains dans votre boîte mail

Rester informé(e)
Et recevoir nos newsletters
AMNESTY INTERNATIONAL FRANCE
76, boulevard de la Villette - 75940 Paris cedex 19
Téléphone: (+33) 01 53 38 65 65
Les cookies assurent le bon fonctionnement du site, en continuant la navigation vous acceptez leur utilisation. Gérer les paramètres