Accéder au contenu
Menu
Agir
Faire un don
ou montant libre :
/mois
Grâce à la réduction d'impôts de 66%, votre don ne vous coûtera que: 5.1/mois
Maisons détruites à Saada - Yemen juillet 2015 © Amnesty International

Maisons détruites à Saada - Yemen juillet 2015 © Amnesty International

Contrôle des armes
Actualité

Yémen : les habitants directement touchés

Nous avons confirmé de nouveaux éléments qui attestent que la coalition dirigée par l'Arabie saoudite a récemment tiré des roquettes fabriquées au Brésil qui contiennent des armes à sous-munitions interdites, frappant trois zones d'habitation et les terres agricoles alentour au centre de la ville de Saada. Cette attaque a blessé deux civils et causé des dégâts matériels.

L’attaque s'est déroulée le 15 février 2017 à 22h30. Il s'agit de la troisième utilisation confirmée d'armes à sous-munitions de fabrication brésilienne, recensée par nos équipes au cours des 16 derniers mois.

Des armes interdites

La coalition dirigée par l'Arabie saoudite justifie de manière absurde l’usage d'armes à fragmentation en affirmant qu'elle respecte le droit international, malgré les preuves concrètes de pertes en vies humaines parmi la population civile prise au piège du conflit. Les armes à sous-munitions sont non-discriminantes par nature et infligent des pertes inimaginables aux civils. Le droit international humanitaire coutumier en interdit l'usage en toutes circonstances. À la lumière des preuves qui s'accumulent, il est urgent que le Brésil adhère à la Convention sur les armes à sous-munitions et que l'Arabie saoudite et les membres de sa coalition cessent d'utiliser ces armes.

Lire aussi : L’Arabie saoudite reconnaît enfin utiliser des armes à sous-munitions au Yémen

Au lendemain des tirs de roquettes, nous avons interrogé huit habitants, dont deux témoins – dont l'un a été blessé au cours de l'attaque. Elle s'est également entretenue avec un militant local et a analysé des preuves photos et vidéos fournies par l'organisme national de déminage, le Yemen Executive Mine Action Centre (YEMAC), qui a inspecté le site dans la demi-heure qui a suivi l'attaque. Les employés du YEMAC ont confirmé l'utilisation du même type d'armes à sous-munitions lors d'une autre attaque qui s'est déroulée fin janvier dans le directorat d'Abdeen, à cinq kilomètres au sud de la ville de Saada.

Des zones d’habitation touchées

Selon des témoins et des habitants, les roquettes ont frappé des zones d'habitation à Gohza, al Dhubat et al Rawdha, et des sous-munitions ont également atterri sur des maisons d'al Maallah et d'Ahfad Bilal, ainsi que sur l'ancien et le nouveau cimetière situés au centre de la ville, et sur les fermes environnantes. Latifa Ahmed Mueed, 22 ans, a raconté l'attaque contre Ahfad Bilal, qui s'est déroulée alors qu'elle se trouvait chez elle. Elle dormait avec son époux Talal al Shihri, son bébé de trois mois Hasan et son fils de trois ans Hussain.

La bombe s'est abattue sur la maison, et a pénétré dans la chambre par le plafond. Elle a laissé un grand trou rond dans le plafond. À ce moment-là, nous avons entendu une forte explosion et quelques secondes plus tard, la bombe explosait dans la chambre et nous avons été blessés. Trois autres bombes ont explosé à l’extérieur... Les enfants n'ont pas été blessés, mais étaient sous le choc... Mon mari a été blessé au pied par des éclats d'obus, et moi au pied gauche, et nous sommes allés le soir-même à l'hôpital d'al Salam.

Il y a quatre mois, lorsque leur maison de Baqim, à 12 kilomètres au sud de la frontière saoudienne, avait été touchée par une bombe, la famille avait fui, parcourant 78 kilomètres pour rejoindre la ville de Saada.

Nous avons dû fuir notre maison de Baqim lorsqu'elle a été bombardée. La bombe est arrivée directement dans notre salon et a détruit l’habitation. Tout le monde a dû quitter la zone. Les bombardements étaient incessants. Nous sommes partis deux-trois mois après la frappe sur notre maison... Nous sommes partis à pied vers Saada et avons marché 20 kilomètres. J'étais enceinte de six mois à ce moment-là, et une voiture s'est arrêtée pour nous conduire jusqu'à Saada.

L'équipe du YEMAC a confirmé avoir fait des recherches dans des zones à forte population de Gohza, où elle a constaté des traces d’impact et des dégâts sur les maisons. Yahya Rizk a déclaré : « Les bombes [sous-munitions] ont atterri sur les porches et entre les maisons. Elles ont toutes explosé et personne n'a été blessé. Cependant, toutes les fenêtres étaient brisées et jusqu'à 30 voitures endommagées. » En se fondant sur la description de l'équipe du YEMAC et après avoir examiné des photos et des vidéos des suites de l'attaque, notamment les photos de disperseurs et d'une sous-munition non explosée, Amnesty International a pu identifier les fragments de l’arme utilisée lors de l'attaque : il s’agit d’un missile sol-sol ASTROS II. L’ASTROS II, un système de lance-roquettes multiple monté sur un camion, est fabriqué par l'entreprise brésilienne Avibrás. L’ASTROS II peut tirer plusieurs roquettes de suite à brefs intervalles, et chaque roquette peut être équipée au maximum de 65 sous-munitions et possède un rayon d’action pouvant atteindre les 80 kilomètres, selon le type de roquette. Le site Internet de l’entreprise le dit « capable de tirer des roquettes longue portée et conçu comme un système d’armement stratégique ayant un fort pouvoir dissuasif. »

Lire aussi : 5 faits à savoir sur le conflit au Yémen

Des preuves qui s'accumulent

Nous avons recensé la première utilisation connue de ces types d'armes à sous-munitions au Yémen le 27 octobre 2015 à Ahma, au nord de Saada. Elles ont blessé au moins quatre personnes, dont une fillette de quatre ans. En mai 2016, Amnesty International a découvert de nouveaux éléments attestant de l’utilisation du même type d'armes à sous-munitions dans des villages à 30 kilomètres au sud de la frontière saoudienne à Hajjah. Pas plus tard qu'en décembre 2016, Human Rights Watch a également recueilli des informations sur l'utilisation d'armes à sous-munitions fabriquées au Brésil dans la ville de Saada. À ce jour, Amnesty International et Human Rights Watch ont recensé l'utilisation de sept types d'armes à sous-munitions libérées dans l’air ou tirées depuis le sol, fabriquées aux États-Unis, au Royaume-Uni et au Brésil. La coalition a reconnu utiliser des armes à sous-munitions britanniques et américaines dans le cadre d'attaques au Yémen. Combien de civils doivent-ils encore être tués et blessés ou voir leurs biens détruits par ces armes interdites par le droit international, avant que la communauté internationale ne condamne l'utilisation d'armes à sous-munitions par la coalition que dirige l'Arabie saoudite et ne fasse pression sur les membres de cette coalition pour qu'ils adhèrent immédiatement à la Convention sur les armes à sous-munitions ?

CHAQUE VENDREDI, RECEVEZ L'ESSENTIEL DE L'ACTUALITÉ DES DROITS HUMAINS.

Nos enquêtes, nos actualités et nos rendez-vous à ne pas manquer

Rester informé(e)
Et recevoir nos newsletters
Nous suivre:
AMNESTY INTERNATIONAL FRANCE
76, boulevard de la Villette - 75940 Paris cedex 19
Téléphone: (+33) 01 53 38 65 65
Les cookies assurent le bon fonctionnement du site, en continuant la navigation vous acceptez leur utilisation. Gérer les paramètres