Aller au contenu
Agir
Faire un don
ou montant libre :
/mois
Grâce à la réduction d'impôts de 66%, votre don ne vous coûtera que : 5,1 €/mois
Frédéric Vuillaume à Besançon, 2021 / © Amnesty International

Frédéric Vuillaume à Besançon, 2021 / © Amnesty International

Frédéric Vuillaume à Besançon, 2021 / © Amnesty International

Liberté d'expression

Stop à l'acharnement judiciaire et policier contre Frédéric Vuillaume 

Depuis deux ans, Frédéric Vuillaume est la cible régulière des autorités parce qu'il participe activement à des manifestations. L'acharnement se poursuit contre ce père de famille, militant syndical de 49 ans : le 20 mai, il va comparaître devant le tribunal de Dijon où il risque un an de prison et 15.000 € d'amende. Il est urgent d'agir avant le procès pour soutenir Frédéric et pour que les charges retenues contre lui soient abandonnées !   

Mise à jour du 20/05/21 : Cette action est terminée. Le tribunal de Dijon a prononcé la relaxe de Frédéric Vuillaume ! Une victoire pour lui et pour notre droit de manifester. Un immense merci à toutes les personnes qui se sont mobilisées. Cette victoire, c'est aussi la vôtre.

Le 5 décembre dernier, Frédéric Vuillaume participe à une manifestation à Dijon contre la proposition de loi « sécurité globale ». La police l’arrête et le place en garde à vue pendant 44 heures. Elle l’accuse du délit d’ « attroupement ». Or, il participait à une manifestation de façon tout à fait pacifique. 

Cette arrestation n’est que la dernière d’une longue série : cela fait plus de deux ans que Frédéric Vuillaume est dans le viseur des forces de l’ordre. Sa participation au mouvement des Gilets Jaunes semble poser problème aux autorités. Ce qui lui vaut de multiples gardes à vues, perquisitions, amendes à répétition, procès... en deux ans, il a été placé  sept fois gardes à vue.  Avant cela, il n'avait jamais eu affaire à la police, ni à la justice. Ces interpellations et procès à répétition ne sont pas anodins : passer des heures en détention laisse des traces, attendre des procès est source de stress... autant de violences qu’on ne voit pas mais qui sont bien réelles.

Aller plus loin : la chronologie de l'acharnement judiciaire et policier contre Frédéric Vuillaume

Frédéric Vuillaume a besoin de notre soutien. C'est à vous d'agir. On vous propose 5 actions concrètes. Si vous êtes assez nombreux et nombreuses à vous mobiliser, les charges retenues contre lui pourraient être abandonnées. Nos actions ont déjà eu du poids dans de nombreux procès.  

À travers l'histoire de Frédéric Vuillaume, c'est aussi notre droit de manifester qui est en jeu !  

5 actions simples :   

Envoyer un email au procureur de Dijon pour qu’il abandonne les charges contre Frédéric  Vuillaume 

Interpeller le procureur sur twitter   

Envoyer un message de soutien à Frédéric   

Signer notre pétition contre la criminalisation des manifestants en France   

Participer au rassemblement devant le tribunal de Dijon le 20 Mai  

  

Agir

1. Envoyer un email au procureur de Dijon  

C'est Éric Mathais, procureur de Dijon qui requiert la sanction dans l'affaire de Frédéric Vuillaume. Il peut donc décider de demander sa relaxe. C'est pour cela que cette action lui est adressée spécifiquement. Prenez deux minutes pour lui écrire. Nous avons préparé un email avec tous les bons arguments !  

Agir

2. Interpeller le procureur de Dijon sur Twitter  

Éric Mathais est très actif sur Twitter. Il publie quotidiennement. Alors, interpellez-le directement sur Twitter pour lui demander d'abandonner les charges retenues contre Frédéric.   

Message twitter  :

.@ProcureurDijon, abandonnez les charges contre Frédéric Vuillaume, militant syndical et  manifestant pacifique.  Stop à la criminalisation des manifestants !   

3. Envoyer un message de soutien et de solidarité à Frédéric Vuillaume 

Frédéric Vuillaume sera très content de recevoir vos messages de solidarité. Vous pouvez lui écrire directement sur ses réseaux sociaux via Twitter ou sur Facebook.

Si vous le souhaitez, vous pouvez aussi nous faire parvenir vos messages de soutien par voie postale directement à notre siège [Le Chaumontois, 72-76 Boulevard de la Villette, 75019 Paris]. Nous les transmettrons à Fréderic. Montrons-lui qu’il n’est pas seul et qu’il a tout notre soutien.  

Pour vous inspirer, on vous en dit un peu plus sur lui : il adore la musique, notamment les chansons engagées socialement, les films fantastiques et le film “American History X”. En plus du cinéma et de la musique, il aime particulièrement la peinture : nous vous proposons de lui envoyer de cartes postales avec vos œuvres préférées. N’hésitez pas à faire référence à ses passions dans vos messages de soutien pour les personnaliser. 

Agir

4. Signer notre pétition  

Comme Frédéric, ces dernières années, des milliers de personnes ont été interpellées, arrêtées voire poursuivies en justice pour avoir exercé leur droit de manifester pacifiquement en France. Ces pratiques doivent cesser.  

Plus de 80.000 personnes ont déjà signé notre pétition « Manifestants, pas criminels ! ».  

C’est à vous !   

Agir

5. Participer au rassemblement devant le tribunal  

Si vous êtes à Dijon le 20 mai, rejoignez-nous à 8h00 devant le tribunal de Dijon pour soutenir Frédéric Vuillaume.

Stop à l'acharnement judiciaire contre Frédéric Vuillaume  - Amnesty International France