Accéder au contenu
Menu
Agir
Faire un don
ou montant libre :
/mois
Grâce à la réduction d'impôts de 66%, votre don ne vous coûtera que: 5.1/mois
Photo aérienne prise par Amnesty International le 23 août 2019, et qui montre l'incendie de forêt dans une zone indigène de l'État du Mato Grosso. © Amnesty International

Photo aérienne prise par Amnesty International le 23 août 2019, et qui montre l'incendie de forêt dans une zone indigène de l'État du Mato Grosso. © Amnesty International

Photo aérienne prise par Amnesty International le 23 août 2019, et qui montre l'incendie de forêt dans une zone indigène de l'État du Mato Grosso. © Amnesty International

Responsabilité des entreprises
Actualité

Amazonie en feu : le gouvernement brésilien responsable

Les feux ravagent la forêt amazonienne depuis plusieurs semaines, et la responsabilité de les arrêter incombe désormais complètement au président Jair Bolsonaro et à son gouvernement. Ils doivent changer leur politique désastreuse d’ouverture de la forêt tropicale humide à la destruction, qui a fait le lit de la crise que nous connaissons.

Plus tôt dans l’année, nous avions fait état des occupations illégales de terres et des incendies volontaires à proximité de territoires indigènes en Amazonie, notamment dans l’État de Rondônia où de nombreux incendies font rage. La déforestation dans les territoires visités par l’organisation a doublé cette année par rapport à la même période en 2018 à cause des occupants illégaux qui abattent des arbres, déclenchent des feux de forêt et attaquent les communautés indigènes qui y vivent.

Lire aussi : Droits humains et écologie : des combats indissociables

Par ailleurs, l’Amazonie capte 10% du CO² mondial. Or lorsque les arbres brûlent, ils rejettent dans l’atmosphère le CO² emmagasiné. Les feux pourraient donc augmenter l’effet de serre et ainsi accentuer le dérèglement climatique. Or, le dérèglement climatique a des conséquences graves sur les droits humains : droits à la vie, à la santé, à la nourriture, à l'eau, au logement et plus encore, et touche de manière disproportionnée les personnes déjà vulnérables, défavorisées ou victimes de discrimination.

Malgré cela, Jair Bolsonaro tente délibérément d’affaiblir les protections de la forêt amazonienne et de fragiliser les droits du million d’habitants indigènes qui la peuplent. Après que la ville de São Paulo, située à plusieurs milliers de kilomètres de l’Amazonie, a été plongée dans l’obscurité en raison du nuage de fumée qui s’en échappe, le président a tenté de calomnier les ONG en les accusant d’avoir provoqué les incendies.

Au lieu de diffuser des mensonges scandaleux ou de nier l’ampleur de la déforestation actuelle, nous engageons le président à prendre des mesures immédiates pour enrayer la progression de ces incendies. C’est essentiel pour protéger le droit des personnes à un environnement sain, ainsi que leur droit à la santé étant donné l’impact sur la qualité de l’air dans de vastes zones du Brésil et des pays voisins.

Pour les autres pays du monde qui se demandent ce qu’ils peuvent faire afin de protéger l’Amazonie, œuvrer en faveur de la protection des droits humains des peuples indigènes est crucial pour empêcher la déforestation. Nous devons nous unir pour soutenir les communautés indigènes et leurs chefs dans toute la région amazonienne, du Brésil à l’Équateur et au-delà. L’Amazonie est pour elles davantage que les poumons de la planète ; elle est leur maison. Pour la planète entière et pour le respect des droits humains, elle est vitale.

Protection pour les populations autochtones d'Amazonie

Interpellez Jair Bolsonaro, président du Brésil, pour exiger la protection des peuples autochtones d'Amazonie

Les cookies assurent le bon fonctionnement du site, en continuant la navigation vous acceptez leur utilisation. Gérer les paramètres