Accéder au contenu
Menu
Agir
Faire un don
ou montant libre :
/mois
Grâce à la réduction d'impôts de 66%, votre don ne vous coûtera que : € 5.1/mois
Agir

Aujourd’hui, nous avons besoin de vous pour continuer

Amnesty International est une des rares associations à financer l’essentiel de ses actions grâce à la générosité de ses membres et donateurs. Nous ne pouvons plus mener à bien certaines de nos opérations de collecte de fonds, mais vous pouvez continuer à nous soutenir en ligne.

Portrait

Yiliyasijiang Reheman

Yiliyasijiang Reheman était étudiant lorsqu'il a disparu. Il ferait parti des 200 Ouïghours arrêtés en Égypte en juillet 2017 sur ordre des autorités chinoises.

Près de 60 000 personnes ont signé la pétition en France en soutien à Yiliyasijiang.

Sa femme vous dit merci

Je suis extrêmement reconnaissante envers toutes les personnes qui me soutiennent. Dans le travail de campagne fait pour mon mari, je me sens accompagnée. J’ai besoin de leur soutien régulier. J’espère qu’ils continueront à me soutenir

Mairinisha Abuduaini, la femme de Yiliyasijiang Reheman

Yiliyasijiang Reheman et sa jeune épouse de 19 ans, Mairinisha Abuduaini, étaient étudiants à la prestigieuse université islamique Al-Azhar au Caire (Égypte). Tous deux sont membres de l’ethnie ouïghour, minorité musulmane de la région autonome ouïghour du Xinjiang, à l’extrême nord ouest de la Chine. Mairinisha était enceinte de leur deuxième enfant lorsque Yiliyasijiang a disparu. Il ferait parti des 200 Ouïghours arrêtés par l’Égypte, en juillet 2017, sur ordre des autorités chinoises et aurait été déporté avec seize autres étudiants vers la Chine.

Vingt-cinq jours après la disparition de Yiliyasijiang, Mairinisha a dû accoucher seule. Elle réside désormais avec leurs deux petites filles à Istanbul, en Turquie, et reste sans nouvelles de son époux depuis le 1er septembre 2017. Elle soupçonne les autorités chinoises de l’avoir jeté en prison ou enfermé dans un camp secret de détention au Xinjiang.

Depuis 2017, on estime en effet qu’un million de personnes, pour la plupart de confession musulmane, ont été arrachées à leurs familles et enfermées dans des camps. Selon les témoignages d’anciens détenus et de leurs proches, la torture et d’autres formes de mauvais traitements y sont pratiquées

Mon mari doit être libéré au plus vite. Nos enfants ont besoin de leur père. Je n’abandonnerai pas tant que mon mari et moi n’aurons pas été réunis.

Mairinisha Abuduaini

Les cookies assurent le bon fonctionnement du site, en continuant la navigation vous acceptez leur utilisation. Gérer les paramètres