Accéder au contenu
Menu
Agir
Faire un don
ou montant libre :
/mois
Grâce à la réduction d'impôts de 66%, votre don ne vous coûtera que : € 5.1/mois
Agir

Aujourd’hui, nous avons besoin de vous pour continuer

Amnesty International est une des rares associations à financer l’essentiel de ses actions grâce à la générosité de ses membres et donateurs. Nous ne pouvons plus mener à bien certaines de nos opérations de collecte de fonds, mais vous pouvez continuer à nous soutenir en ligne.

Portrait

Nassima al Sada

Alors que les autorités saoudiennes ont enfin mis en place des réformes qui ouvrent des droits aux femmes saoudiennes, celles qui ont milité pour ces avancées sont aujourd’hui derrière les barreaux. C’est le cas de Nassima al Sada.

Quelques réformes, certes, mais sous contrôle : au moment même où il met fin à l’interdiction de conduire faite aux femmes, le régime saoudien jette en prison celles qui se sont toujours battues pour cela. Une douzaine de militantes de premier plan sont arrêtées entre mai et juillet 2018, parmi lesquelles Nassima al Sada. Cette femme courageuse, mère de trois enfants, était sur tous les fronts pour défendre et promouvoir les droits des femmes et de la minorité chiite : recours en justice, journalisme, formations aux droits humains… Jusqu’à tenter de se présenter aux premières élections municipales ouvertes aux femmes, en 2015.

Incarcérée à Dammam, dans l’est du pays, Nassima al Sada est placée à l’isolement pendant près d’un an et ne peut voir ni son avocat ni ses proches. Accusée de « communication avec des entités étrangères hostiles » et d’« atteinte à la morale et à l’ordre public », ce n’est qu’en juin 2019 que démarre son procès. Cependant les audiences sont constamment repoussées. Les organes de presse proches des autorités ne perdent pas de temps pour la discréditer en l’accusant d’espionnage.

Révoltée par le fait que de nombreuses démarches quotidiennes soient soumises à l’autorisation d’un homme, elle écrivait :

Pourquoi n’y a-t-il pas un âge auquel une femme est considérée comme une adulte responsable de ses décisions et de sa vie ?

Nassima al Sada

Un système de tutelle enfin assoupli en 2019, mais pas complètement démantelé. Il reste fort à faire pour que les Saoudiennes soient des citoyennes comme les autres, et la voix de Nassima al Sada, et celles de toutes les défenseures des droits humains est essentielle pour y parvenir.

Les 10 situations
Germain Rukuki
Popi Qwabe et Bongeka Phungula
Paing Phyo Min
Gustavo Gatica
Khaled Drareni
Les trois jeunes du el Hiblu
Le groupe Solidarité LGBTI+ de l’Université ODTÜ
Idris Khattak
Actualités
Les cookies assurent le bon fonctionnement du site, en continuant la navigation vous acceptez leur utilisation. Gérer les paramètres