Accéder au contenu
Menu
Agir
Faire un don
ou montant libre :
/mois
Grâce à la réduction d'impôts de 66%, votre don ne vous coûtera que: 5.1/mois
Patrouille de police le 23 août 2019 à Biarritz © REUTERS/Regis Duvignau

Patrouille de police le 23 août 2019 à Biarritz © REUTERS/Regis Duvignau

Patrouille de police le 23 août 2019 à Biarritz © REUTERS/Regis Duvignau

Liberté d'expression
Actualité

Violences policières, arrestations massives : nos craintes pour le G7

Alors que des milliers de personnes se préparent à descendre dans la rue pour manifester ce week-end, nous sommes gravement préoccupés par l’annonce de la présence de plus de 13 000 policiers, de larges restrictions visant les rassemblements publics et d’un renforcement des moyens judiciaires pour arrêter et poursuivre en justice les manifestants.

Comme l’on s’attend, pour le G7 qui se tiendra ce week-end, à ce que les autorités renforcent les effectifs policiers et judiciaires, notamment avec des renforts sans précédent en matière judiciaire..

Arrestations massives et comparution immédiate

La construction de cellules en préfabriqué devant le tribunal de Bayonne et l’arrivée de nombreux procureurs et juges supplémentaires sont le signe de mesures qui pourraient conduire à des arrestations massives restrignant de manière excessive le droit de manifester et à des jugements en comparution immédiate.

Le Centre de rétention administrative d'Hendaye utilisé pour les migrants a été évacué afin de servir pour les gardes à vue. Il dispose de 100 pièces pour des gardes à vue, selon le barreau de Bayonne.

Des structures temporaires en préfabriqué ont été installées pour des jugements en comparution immédiate, et plusieurs dizaines de procureurs et de juges supplémentaires ont été appelés en renfort.

Utilisation des balles en caoutchouc et des grenades lacrymogènes instantanées

Une manifestation est prévue pour le 24 août à Hendaye (à 30 kilomètres de Biarritz). Plusieurs actes pacifiques de désobéissance civile sont prévus pour le 25 août dans un secteur proche où les autorités ont annoncé que les rassemblements publics seraient interdits. Ces manifestations vont attirer plusieurs groupes, notamment les Gilets jaunes et des militants pour le climat.

Les balles en caoutchouc et les grenades lacrymogènes instantanées ne doivent pas être utilisées pour le maintien de l’ordre lors de ces manifestations en raison des centaines de blessures que ces armes ont causées au cours des neuf derniers mois.

Un devoir de maintenir l’ordre public ET de garantir le droit de manifester

Les autorités ont certes le devoir de maintenir l’ordre public, mais elles sont aussi tenues de faciliter les rassemblements pacifiques. Elles doivent éviter les pratiques brutales de maintien de l’ordre qui ont été observées au cours de récentes manifestations. Elles ne doivent pas appliquer de lois problématiques pour poursuivre en justice des manifestants qui exercent leur droit de manifester pacifiquement. 

DEVENIR MEMBRE

C’est grâce au soutien de nos membres et donateurs que nous pouvons notamment enquêter en toute indépendance sur les violations des droits humains des gouvernements, dont celui de la France.

Pour poursuivre notre mission et continuer à construire un monde plus juste, nous avons absolument besoin du soutien du plus grand nombre.

Soutenez notre indépendance en devenant membre d’Amnesty International France.

Les cookies assurent le bon fonctionnement du site, en continuant la navigation vous acceptez leur utilisation. Gérer les paramètres