Agir
Faire un don
ou montant libre :
/mois
Grâce à la réduction d'impôts de 66%, votre don ne vous coûtera que : 5,1 €/mois
Solafa Magdy / © Collection privée

Solafa Magdy / © Collection privée

Solafa Magdy / © Collection privée

Liberté d'expression

Égypte: Solafa Magdy est enfin sortie de prison !  

Après 500 jours passés en prison, Solafa Magdy, journaliste égyptienne de 34 ans, a enfin été libérée. C’est avec une grande joie et un immense soulagement que nous avons appris cette nouvelle.

Si Solafa est enfin libre, c’est aussi grâce à vous. Merci à toutes les personnes qui se sont mobilisées, sans relâche, pour sa libération. Cette bonne nouvelle nous montre qu’ensemble, nous pouvons avoir du poids et changer la vie des personnes que nous défendons.

Nous revenons aujourd’hui sur ces mois de mobilisation. 

SOLAFA, VICTIME DE LA RÉPRESSION EN ÉGYPTE 

Solafa Magdy était en prison depuis novembre 2019. Attablée à la terrasse d’un café au Caire, elle a été arrêtée par la police avec son mari Hossam. Les autorités égyptiennes l’ont accusée de diffuser de fausses informations et d’appartenir à un groupe terroriste. En Égypte, quand vous êtes journaliste et que vous critiquez le pouvoir, vous risquez la prison. 

À plusieurs reprises, nous avons dénoncé son arrestation arbitraire. Nous devions faire connaître sa situation. Lorsque le président égyptien Sissi a été reçu en grande pompe par la France en décembre dernier, nous en avons mis en lumière les cas des nombreuses personnes emprisonnées injustement en Égypte, comme Solafa. Mais la France n’entend pas revoir son partenariat stratégique et économique avec l’Égypte, malgré la situation désastreuse des droits humains dans le pays.

UNE ACTION URGENTE LANCÉE POUR SOLAFA

En février dernier, nos chercheurs et nos chercheuses sur le terrain ont appris que son état de santé se dégradait. Les informations que nous avons reçues nous ont beaucoup inquiétés : en prison, Solafa vivait un véritable calvaire. Elle était de plus en plus faible. Au vu de la gravité de la situation, nous avons lancé un appel à la mobilisation par le biais de nos Actions Urgentes. Il fallait un moyen d’action rapide.

Nous avons lancé notre action le 2 mars. Par SMS, email, Facebook, Instagram, Twitter, ou via notre site, vous avez dû être alertés sur la situation de cette journaliste égyptienne. Nous vous avons demandé de passer à l’action avec nous. Comment ? En interpellant directement les autorités égyptiennes par email via notre application webapp Action Urgentes.

Vous aussi, rejoignez notre réseau Actions Urgentes !

RIEN QU’EN FRANCE, 6.000 EMAILS ENVOYéS AUX AUTORITéS éGYPTIENNES 

Notre action vous proposait un modèle d'email à adresser directement au procureur général de la sûreté de l’État égyptien, Hamada El-Sawi. Pour avoir encore plus de poids, nous avons mis en copie l’Ambassadeur d’Égypte en France. Grâce à votre mobilisation ils ont reçu plus de 1.200 mails en quelques heures seulement ! « Free Solafa », « Liberté pour Solafa Magdy », « Solafa est une journaliste pas une terroriste », « Libérez Solafa maintenant ! », « Stop à la répression des journalistes égyptiens #FREESOLAFA », autant d’objets d’emails que vous avez saisis et qui ont envahi pendant plus de deux mois leur boîte mail. En tout, plus de 6.000 emails ont été envoyés à Hamada El-Sawi ainsi qu’à l’Ambassadeur égyptien en France.

Nous ne connaissons pas encore les conditions de sa libération, mais une chose est sûre, nos voix ont compté.  

UN EMAIL RECU : « SOLAFA EST LIBRE ! »

Mercredi 14 avril, 9h du matin, nous apprenons la nouvelle : Solafa est libre ! Une information qui nous est arrivée par email de l’un de nos chercheurs sur le terrain : Solafa a été libérée dans la nuit du mardi à mercredi. Elle a retrouvé sa famille, dont son fils Khaled de 8 ans, qui se trouvait  privé de ses parents pendant toute leur détention arbitraire. Cette bonne nouvelle, nous la vivons avec une immense joie et beaucoup d’émotion.

La libération de Solafa Magdy et Hossam Al-Sayed ainsi que la réunification de leur famille est un soulagement immense. Tout comme des milliers de prisonniers d’opinion en Egypte, ils n’ont fait qu’exercer pacifiquement leurs droits. Les autorités égyptiennes doivent mettre fin à la répression systématique de toutes les voix critiques.

Katia Roux, chargée de plaidoyer à Amnesty International France

Au vu du contexte sanitaire, nous ne nous sommes pas réunis physiquement pour partager cette nouvelle. Mais nous partageons notre joie à travers des messages et nous découvrons avec émotion les photos de Solafa, enfin réunie avec sa famille. Et nous n'avons qu’une hâte: partager cette nouvelle avec vous. 

Solafa retrouve sa famille après 500 jours de prison, le 14 Avril 2021, © photo envoyée par la famille

Nous nous battons au quotidien, à vos côtés, pour remporter des victoires. Une journée comme celle-ci, nous donne encore plus de force pour poursuivre nos combats.

Un immense merci à toutes les personnes qui se sont mobilisées. C'est en partie grâce à vous que Solafa est sortie d’un cauchemar de 500 jours de prison et qu'elle a pu enfin retrouver sa famille. Nous sommes fiers d'y avoir contribué.

Le combat continue. 

Agir

Rejoignez notre réseau d'Actions Urgentes !  

 Nous comptons sur vous pour nos prochaines actions. 

Deux fois par mois, vous recevrez une alerte par sms pour venir en aide à une personne exposée à une situation grave, comme Solafa.