Accéder au contenu
Menu
Agir
Faire un don
ou montant libre :
/mois
Grâce à la réduction d'impôts de 66%, votre don ne vous coûtera que: 5.1/mois
© REUTERS/Pichi Chuang

© REUTERS/Pichi Chuang

© REUTERS/Pichi Chuang

Discriminations
Actualité

Taïwan a dit oui !

Le pays vient d’adopter une loi historique en devenant le premier pays d’Asie autorisant le mariage entre personnes du même sexe. Victoire !

Taïwan entre aujourd’hui dans l’histoire de la lutte en faveur de l’égalité pour les personnes LGBTI. L’amour a triomphé de la haine et l’égalité de la discrimination. C’est un moment à chérir et à fêter, qui vient clore une campagne longue et ardue au terme de laquelle Taïwan devient le premier pays d’Asie à légaliser le mariage homosexuel.

En mai 2017, la Cour constitutionnelle de Taïwan a déclaré que la loi en vigueur relative au mariage était discriminatoire envers les couples de même sexe. La Cour a donné deux ans aux législateurs pour modifier les lois existantes ou adopter une nouvelle loi visant à légaliser les unions entre personnes de même sexe.

Nous espérons que ce vote historique fera des émules en Asie et impulsera un élan très attendu à la lutte en faveur de l’égalité pour les personnes LGBTI dans la région.

Nous sommes fiers et heureux qu’à partir de vendredi prochain les couples de même sexe à Taïwan puissent se marier et voir enfin leur amour et leurs relations reconnus dans l’égalité au titre de la loi. Toutefois, le gouvernement taïwanais ne doit pas s’arrêter là : il doit agir en vue d’éliminer toutes les formes de discrimination fondées sur l’orientation sexuelle, l’identité de genre et le fait d’être intersexué.

Lire aussi : Vers le mariage des personnes du même sexe à Taïwan

Les lois relatives à l’adoption

Cependant, la loi n’atteint pas la pleine et véritable égalité devant le mariage dans certains domaines. Par exemple, elle ne prévoit pas les mêmes droits à l’adoption pour les couples homosexuels. La loi autorise uniquement les époux au sein d’un mariage homosexuel à adopter les enfants biologiques de leur partenaire, mais pas à adopter conjointement des enfants non biologiques, droit dont bénéficient les couples mariés hétérosexuels.

Après que le gouvernement a présenté le projet de loi qui vient d’être adopté, des mouvements et des responsables politiques anti-LGBTI ont proposé deux « compromis » législatifs sur les unions entre personnes de même sexe accordant des droits réduits en légalisant la « cohabitation » ou le « partenariat », et les ont soumis au Parlement pour adoption. Ces deux projets ont été rejetés.

DEVENIR MEMBRE

C’est grâce au soutien de nos membres et donateurs que nous pouvons notamment enquêter en toute indépendance sur les violations des droits humains des gouvernements, dont celui de la France.

Pour poursuivre notre mission et continuer à construire un monde plus juste, nous avons absolument besoin du soutien du plus grand nombre.

Soutenez notre indépendance en devenant membre d’Amnesty International France.

Les cookies assurent le bon fonctionnement du site, en continuant la navigation vous acceptez leur utilisation. Gérer les paramètres