Agir
Faire un don
ou montant libre :
/mois
Grâce à la réduction d'impôts de 66%, votre don ne vous coûtera que : 5,1 €/mois
People march to the parliament building during the lesbian, gay, bisexual and transgender (LGBT) Pride Parade in Budapest, Hungary on July 7, 2018. GERGELY BESENYEI / AFP
Les gens défilent vers le bâtiment du Parlement lors du défilé de la fierté des lesbiennes, gays, bisexuels et transgenres (LGBT) à Budapest, en Hongrie, le 7 juillet 2018. Crédit : GERGELY BESENYEI / AFP

Les gens défilent vers le bâtiment du Parlement lors du défilé de la fierté des lesbiennes, gays, bisexuels et transgenres (LGBT) à Budapest, en Hongrie, le 7 juillet 2018. Crédit : GERGELY BESENYEI / AFP

Les gens défilent vers le bâtiment du Parlement lors du défilé de la fierté des lesbiennes, gays, bisexuels et transgenres (LGBT) à Budapest, en Hongrie, le 7 juillet 2018. Crédit : GERGELY BESENYEI / AFP

Discriminations

Hongrie : un nouveau projet de loi homophobe et transphobe

En Hongrie, un projet de loi sur l’adoption a été voté. Problème : il est ouvertement homophobe et transphobe. Une nouvelle attaque des autorités hongroises contre les personnes LGBTI.

Le Parlement hongrois a voté, le mardi 15 décembre 2020, des réformes qui interdisent aux couples non mariés d'adopter. Le pays interdisant déjà le mariage entre personnes de mêmes sexes, cela revient en réalité à interdire à toutes les personnes LGBTI d’adopter. Une manœuvre discriminatoire, qui risque de renforcer la stigmatisation que subissent déjà les personnes LGBTI en Hongrie, dont les droits ont été fortement attaqués ces dernières années.

Comprendre : Les discriminations envers les personnes LGBTI

« La mère est une femme, et le père est un homme »

Dans les réformes soumises au Parlement, le gouvernement a présenté également deux amendements constitutionnels. Le premier amendement restreint le genre de l’enfant au sexe assigné à la naissance et impose une éducation « qui reflète les valeurs fondées sur l’identité constitutionnelle de la Hongrie et la culture chrétienne ». Le second, vise à quant à lui à institutionnaliser encore davantage une interprétation restrictive de la famille et du mariage, en énonçant que les liens familiaux doivent être fondés sur le mariage, avec comme base « la mère qui est une femme, et le père qui est un homme. »

Deux amendements qui constituent une violation de plusieurs droits dont le droit à la dignité, au respect de la vie privée et familiale et la liberté des parents d'éduquer leurs enfants selon leurs convictions religieuses ou philosophiques.

Réagir face à la haine et l'intolérance

Les autorités hongroises continuent ainsi sans relâche à s'en prendre à la communauté LGBTI. Déjà en mai 2020, elles faisaient passer un projet de loi interdisant la reconnaissance du genre des personnes transgenres et intersexes à l'état civil.

A lire aussi : Le changement de sexe sur l'état civil interdit

Comprendre : Qu'est-ce qu'une personne transgenre ?

Aux côtés d'autres grandes organisations de défense des droits humains, nous condamnons fermement la décision du Parlement hongrois. Comme l'a déclaré Katrin Hugendubel, directrice des actions de plaidoyer de l’ILGA : « Ces lois restreignent encore davantage les droits des enfants et parents LGBTI en Hongrie. Les enfants LGBTI seront forcés à grandir dans un environnement les empêchant d’exprimer leur identité, et des enfants partout en Hongrie seront privés de familles sûres et aimantes, car l’adoption sera réservée aux couples hétérosexuels mariés. »

Il faut continuer à soutenir les personnes qui défendent le droit à vivre dans la liberté, la dignité et l'égalité en Hongrie !

Agir

Nous avons besoin de vous pour continuer nos combats

C'est grâce au soutien de nos membres et donateurs que nous pouvons mener nos actions et nos combats.

En nous soutenant, vous agissez au nom de la justice et de la liberté, vous nous aidez à enquêter, alerter et agir pour défendre chaque jour les droits humains.

Dès aujourd’hui, changez des vies