Accéder au contenu
Menu
Agir
Faire un don
ou montant libre :
/mois
Grâce à la réduction d'impôts de 66%, votre don ne vous coûtera que: 5.1/mois
Le Pentagone - cc - David B. Gleason from Chicago, IL

Le Pentagone - cc - David B. Gleason from Chicago, IL

Contrôle des armes
Actualité

Le Pentagone reporte l'interdiction d'armes à sous-munitions

Le Pentagone américain va reporter pour une durée indéterminée l'interdiction sur des vieux modèles d'armes à sous-munitions. Une décision rétrograde et dangereuse.

C'est une mesure profondément rétrograde qui place les États-Unis bien loin du consensus international : les bombes à sous-munitions sont en effet interdites par plus de 100 pays en raison de leur caractère non discriminant par nature et des risques qu'elles représentent pour les civils.

Les bombes à sous-munitions peuvent contenir des centaines de mini-bombes, petites mais meurtrières. Le « taux de non-explosion » fait référence au pourcentage de mini-bombes qui n'explosent pas à l'impact. De vastes zones sont alors parsemées de munitions non explosées potentiellement mortelles.

Une promesse non tenue

Les armes à sous-munitions sont interdites par le droit international pour de très bonnes raisons. Celles qui n'explosent pas sur-le-champ restent inactives jusqu'à ce qu'elles soient découvertes par des civils qui ne se doutent de rien, trop souvent des enfants, qu’elles mutilent ou tuent. La décision du Pentagone de repousser pour une durée indéterminée l'interdiction visant les types les plus dangereux de bombes à sous-munitions défie l’entendement.

Conscient de ces risques, le Pentagone avait initialement promis d'interdire les modèles qui donnent lieu à plus de 1 % de bombes non explosées d'ici 2019.

Mais aujourd'hui, il revient sur sa promesse en conservant des modèles anciens qui présentent des taux de non-explosion de 20 % ou plus, soulevant de graves questions quant à l’intérêt porté à la vie des civils dans les zones de guerre.

Les États-Unis ne vont toujours pas assez loin que les initiatives passées et adhérer sans attendre à la Convention sur les armes à sous-munitions. Ils doivent aussi participer et investir dans la sensibilisation et le nettoyage des munitions non explosées afin de protéger les civils contre la menace que représentent ces armes.

Abonnez-vous à l'Hebdo

Chaque vendredi, recevez l'actualité des droits humains dans votre boîte mail

Rester informé(e)
Et recevoir nos newsletters
Nous suivre:
AMNESTY INTERNATIONAL FRANCE
76, boulevard de la Villette - 75940 Paris cedex 19
Téléphone: (+33) 01 53 38 65 65
Les cookies assurent le bon fonctionnement du site, en continuant la navigation vous acceptez leur utilisation. Gérer les paramètres