Accéder au contenu
Menu
Agir
Faire un don
ou montant libre :
/mois
Grâce à la réduction d'impôts de 66%, votre don ne vous coûtera que: 5.1/mois
Taner Kiliç Président d’Amnesty Turquie © DR

Taner Kiliç Président d’Amnesty Turquie © DR

Liberté d'expression
Actualité

Le président d’Amnesty Turquie maintenu en détention

Le déni de justice continue. Alors que la directrice d’Amnesty Turquie et 9 défenseurs des droits humains ont été libérés sous caution la veille, Taner Kiliç a été maintenu en détention sans l’ombre d’une preuve contre lui.

Le 26 octobre se tenait la première audience dans le procès de Taner Kiliç, suite à son arrestation le 6 juin dernier. Depuis le 9 juin dernier, Taner est accusé d’appartenance à un groupe terroriste.

Lire aussi : Taner Kiliç, le Président d’Amnesty Turquie emprisonné

Maintenu en détention... faute de preuves

Le président d’Amnesty Turquie est essentiellement accusé d’avoir téléchargé l’application de messagerie Bylock que le gouvernement turc dit être utilisé par le mouvement Gülen. Problème : aucun élément dans l’acte d’accusation ne vient appuyer l’accusation. Taner nie avoir téléchargé cette application, ce que confirment deux rapports d’experts indépendants.

Pendant l’audience, le juge a lui-même reconnu qu’aucune preuve du téléchargement en question n’avait été apportée par la police ou le procureur.

Et c’est précisément cette absence de preuves qui a été avancée par le juge pour décider de son maintien en détention, afin de laisser plus de temps aux forces de police pour amener ces preuves. Une situation absurde.

Le dossier Taner Kiliç rattaché à l’affaire des 10 d’Istanbul

Le procureur a demandé à ce que Taner Kiliç soit désormais jugé en lien avec les 10 défenseurs des droits humains arrêtés à Istanbul.

Pourquoi ? Parce que, alors qu’il était déjà en détention, il avait connaissance de la tenue de l’atelier de formation où les défenseurs et la directrice d’Amnesty Turquie seront ensuite arrêtés. De plus, on lui reproche d’avoir été en communication avec cette même directrice, une situation pourtant normale pour un président d’être en contact avec sa directrice.

Notre combat continue

Ainsi, au moment où les 10 défenseurs des droits humains arrêtés en juillet viennent d’être libérés sous caution, la justice turque décide de rattacher son affaire à celle des 10 autres, tout en prenant la décision cruelle de le maintenir en détention.

Lire aussi : Les 10 d'Istanbul libérés sous caution

Une décision scandaleuse et illogique, qui ne fait que renforcer notre détermination à se battre jusqu’à ce que Taner et les 10 autres soient définitivement acquittés et libres.

LIBERTÉ IMMÉDIATE POUR LE PRÉSIDENT D'AMNESTY TURQUIE

Interpellez le Ministre de la Justice turc

Rester informé(e)
Et recevoir nos newsletters
AMNESTY INTERNATIONAL FRANCE
76, boulevard de la Villette - 75940 Paris cedex 19
Téléphone: (+33) 01 53 38 65 65
Les cookies assurent le bon fonctionnement du site, en continuant la navigation vous acceptez leur utilisation. Gérer les paramètres