Agir
Faire un don
ou montant libre :
/mois
Grâce à la réduction d'impôts de 66%, votre don ne vous coûtera que : 5,1 €/mois
Omotola Jalade Ekeinde, chanteuse et actrice nigériane, se mobilise pour dénoncer les dommages environementaux qu'a causé Shell (entreprise pétrolière hollandaise) dans le delta du Niger // Credit : Amnesty International / Toma Jablon

Omotola Jalade Ekeinde, chanteuse et actrice nigériane, se mobilise pour dénoncer les dommages environementaux qu'a causé Shell (entreprise pétrolière hollandaise) dans le delta du Niger // Credit : Amnesty International / Toma Jablon

Omotola Jalade Ekeinde, chanteuse et actrice nigériane, se mobilise pour dénoncer les dommages environementaux qu'a causé Shell (entreprise pétrolière hollandaise) dans le delta du Niger // Credit : Amnesty International / Toma Jablon

Responsabilité des entreprises

Une loi européenne pour mettre fin à l'impunité des multinationales

L’année 2021 pourrait voir naître une loi européenne sur le devoir de vigilance. Elle permettrait la protection de l’environnement et des droits humains au niveau européen. Mais les obstacles restent nombreux.

Mise à jour du 11/03/2021 : Le Parlement européen vient de se prononcer à une importante majorité en faveur d’une législation européenne sur le devoir de vigilance. Plusieurs dispositions de ce rapport d’initiative législative sont à saluer, mais certaines doivent être renforcées. C'est désormais à la Commission européenne, qui doit publier son projet de législation avant l'été, qu'il revient de se saisir des recommandations du rapport parlementaire et de la société civile pour élaborer une directive ambitieuse, à laquelle s'opposent déjà les lobbies économiques.

Le 29 avril dernier, le commissaire européen à la Justice Didier Reynders s’est engagé à travailler à l’adoption d’une législation européenne contraignante sur la responsabilité des entreprises vis-à-vis des droits humains et de l’environnement. La loi française sur le devoir de vigilance des multinationales - pour laquelle AIF a beaucoup plaidé - sert déjà de modèle aux premiers travaux.

Elle pourrait inclure une responsabilité juridique, des mécanismes de mise en œuvre et l’accès à la justice pour les personnes dont les droits sont affectés par des entreprises.

Comprendre : Qu'est-ce que le devoir de vigilance ?

Une nécessité pour les victimes d’entreprises

À ce jour, seule la France a introduit un devoir de vigilance pour les entreprises, c’est-à-dire une obligation pour les plus grandes d’entre elles de s’assurer que toutes leurs filiales et sous-traitants, où qu’ils soient installés, ne violent ni les droits humains, ni ne portent atteinte à l’environnement.

Il est nécessaire que ce devoir de vigilance soit désormais étendu à l’ensemble du continent européen pour pouvoir permettre un accès à la justice pour les victimes d’entreprises multinationales qui commettent des violations de droits humains via leur chaine de valeur. Depuis plusieurs années, en effet, nous dénonçons les cas de violations des droits humains commises par des sociétés transnationales, ainsi que les multiples restrictions de l’accès à la justice pour les victimes, particulièrement pour les communautés faisant l’objet de discrimination structurelle, comme les femmes et les populations autochtones.

La catastrophe de Bhopal, en Inde, le déversement de déchets toxiques en Côte d’Ivoire, la pollution provoquée par le navire pétrolier Erika sur les côtes françaises, les déversements d’hydrocarbures et le torchage du gaz par Shell au Nigeria sont autant d’exemples emblématiques et non exhaustifs de l’impunité dont jouissent les multinationales.

La Parlement européen à pied d’œuvre

Le Parlement européen a déjà commencé à se saisir de ce projet et va soumettre prochainement un projet de législation à la Commission européenne. La députée européenne, Lara Wolters (S&D), est chargée d’un rapport établissant les bases de cette future réglementation, qui doit être soumis au vote du Parlement européen à la mi-janvier.

Au préalable, deux rapports d’euro-députés français avaient commencé à alimenter les réflexions, avec le rapport d'initiative en faveur d’une législation sur le devoir de vigilance des entreprises de l’EU de Raphaël Glucksmann (S&D) et celui de Pascal Durand (Renew) sur la conduite des affaires plus durable et au traitement des lacunes dans les législations existantes.

Lire aussi : Quatre ans de combat pour l'adoption du devoir de vigilance

Cette loi doit être contraignante

Pour que la législation européenne soit vraiment efficace pour les victimes, il faut qu’elle soit applicable à toutes les sociétés commerciales, quelles que soient leurs formes, leurs tailles et leurs secteurs d’activité, tant publiques que privées. Elle doit également inclure les institutions financières, basées ou ayant des activités commerciales sur le marché européen.

Ladite « obligation de vigilance » ne devrait surtout pas consister à mettre en place uniquement certaines procédures (par exemple adopter une politique interne, intégrer des clauses contractuelles etc.) et/ou à publier des rapports sur ces procédures (du type reporting).

Elle doit absolument contraindre à adopter et mettre en œuvre de manière effective toutes les mesures nécessaires pour prévenir, atténuer les risques et faire cesser les violations des droits humains et atteintes à l’environnement engendrées par l’ensemble de leur groupe et de leur chaîne de valeur.

Avec les organisations (ONG et syndicats) ayant défendu le devoir de vigilance en France, nous avons publié une série de recommandations que doit contenir la législation européenne.

L’opposition des entreprises

Les grandes entreprises se sont exprimées récemment par le biais de l’association française des entreprises privées (AFEP) pour demander que les exigences de la disposition européenne soient limitées aux sous-traitants et fournisseurs directs, avec lesquels les entreprises ont une relation contractuelle. L’AFEP a déjà annoncé qu’elle était réticente aux mécanismes de mise en cause de la responsabilité juridique des entreprises. Son objectif ? Limiter la portée de cette loi. Le combat s’annonce long et difficile.

Lire aussi : Devoir de vigilance, les entreprises peuvent mieux faire

Agir

ENSEMBLE DÉFENDONS UN MONDE PLUS JUSTE 

C’est grâce au soutien de nos membres et donateurs que nous pouvons mener nos combats, enquêter en toute indépendance et faire respecter les droits de toutes et tous à travers le monde.

Ensemble, nous pouvons remporter des victoires !