Accéder au contenu
Menu
Agir
Faire un don
ou montant libre :
/mois
Grâce à la réduction d'impôts de 66%, votre don ne vous coûtera que: 5.1/mois
Un bateau des garde-côtes libyennes escorte un bateau de migrants © MAHMUD TURKIA/AFP/Getty Images

Un bateau des garde-côtes libyennes escorte un bateau de migrants © MAHMUD TURKIA/AFP/Getty Images

Réfugiés et migrants
Actualité

Le discours à double sens de la France sur les réfugiés

Lors d'un déplacement à Orléans le 27 juillet 2017 le Président Emmanuel Macron a fait des déclarations sur la politique d'asile de la France.

La volonté du Président Macron de déployer des missions de l'OFPRA dans des pays tiers sûrs, les plus proches des pays d'origine des conflits, est une nouvelle importante. Cette mesure permettrait aux réfugiés d’éviter d'avoir à mettre leur vie en danger pour trouver refuge.

La France s’est engagée timidement dans la réinstallation des réfugiés venus de Syrie ces dernières années. L'affirmation vigoureuse du Président français doit rapidement être suivie de décisions quant au nombre et aux nationalités des personnes qui bénéficieront de cet engagement.

Des centres d'examen des demandes d'asile en Libye : une idée extrêmement dangereuse

Il est beaucoup plus inquiétant d'entendre ce dont la presse s’est fait écho concernant l'établissement de centres d'examen des demandes d'asile dans des pays tiers, et en particulier en Libye. Les personnes migrantes et réfugiées sont exposées à de terribles violences en Libye comme la torture, le travail forcé, la détention arbitraire. Ces mauvais traitements sont infligés à la fois par les autorités gérant les centres de détention gouvernementaux et par des groupes privés. L'impunité est totale.

Lire aussi : Réfugiés, l’Europe complice de la Libye

Dans ce contexte, mettre en place des centres d'examen des demandes d'asile en Libye est une idée extrêmement dangereuse qui doit être abandonnée. Cela aurait notamment pour effet de piéger des personnes dans un pays qui n'a pas de système d'asile, ne peut pas leur offrir une protection et conduirait à des violations inévitables des droits humains.

La France devrait se concentrer sur le renforcement des capacités de sauvetage en Méditerranée centrale pour éviter que le taux de mortalité continue son ascension vertigineuse.

L'EUROPE DOIT SAUVER DES VIES !

Mourir ou retourner dans l’enfer libyen : tel est le « choix » que l’Europe laisse aux réfugiés et migrants. Interpellez le Gouvernement français pour lui demander de sauver des vies.

Rester informé(e)
Et recevoir nos newsletters
Nous suivre:
AMNESTY INTERNATIONAL FRANCE
76, boulevard de la Villette - 75940 Paris cedex 19
Téléphone: (+33) 01 53 38 65 65
Les cookies assurent le bon fonctionnement du site, en continuant la navigation vous acceptez leur utilisation. Gérer les paramètres