Accéder au contenu
Menu
Agir
Faire un don
ou montant libre :
/mois
Grâce à la réduction d'impôts de 66%, votre don ne vous coûtera que : € 5.1/mois
Agir

Aujourd’hui, nous avons besoin de vous pour continuer

Amnesty International est une des rares associations à financer l’essentiel de ses actions grâce à la générosité de ses membres et donateurs. Nous ne pouvons plus mener à bien certaines de nos opérations de collecte de fonds, mais vous pouvez continuer à nous soutenir en ligne.

Portrait

Paing Phyo Min

Au Myanmar, Paing Phyo Min a été traîné de procès en procès et condamné à six ans de prison pour… un spectacle ridiculisant l’armée.

Les généraux birmans n’ont pas le sens de l’humour. Pour avoir pris part à un spectacle brocardant l’armée, Paing Phyo Min est arrêté en avril 2019 à Yangon avec plusieurs autres comédiens. Le leader étudiant de 23 ans et sa troupe, Peacock Generation, utilisent le véhicule du thangyat, un art de la scène typique des festivités du Nouvel an birman, à mi-chemin entre le slam, la danse et le théâtre. Dans leurs dernières représentations, mimant des soldats ou portant l’uniforme, ils moquaient la soif de pouvoir et la corruption des militaires et dénonçaient l’impunité dont ils bénéficient.

Inadmissible pour les généraux, qui tiennent encore largement les leviers du pouvoir au Myanmar. Bien qu’aucun n’ait été nommément mis en cause, des officiers portent plainte contre les comédiens dans chacune des localités où ils se sont produits. Un véritable harcèlement judiciaire : les audiences se multiplient à un rythme exténuant et les condamnations pleuvent et s’additionnent, jusqu’à atteindre six ans de prison pour Paing Phyo Min. Il est accusé d’« incitation » (article 505 du Code pénal), délit qui sanctionne le fait d’encourager les membres des forces armées à manquer à leur devoir, et de « diffamation en ligne » (article 66 de la loi sur les télécommunications), des images du spectacle ayant été diffusées sur Internet.

L’armée affaiblit la transition démocratique du Myanmar. Nous sommes certes en prison, mais cela ne nous dissuadera pas d’exprimer nos opinions.

Paing Phyo Min

Les 10 situations
Germain Rukuki
Popi Qwabe et Bongeka Phungula
Gustavo Gatica
Nassima al Sada
Khaled Drareni
Les trois jeunes de el Hiblu
Le groupe Solidarité LGBTI+ de l’Université ODTÜ
Idris Khattak
Les cookies assurent le bon fonctionnement du site, en continuant la navigation vous acceptez leur utilisation. Gérer les paramètres