Accéder au contenu
Menu
Agir
Faire un don
ou montant libre :
/mois
Grâce à la réduction d'impôts de 66%, votre don ne vous coûtera que : € 5.1/mois
Agir

Aujourd’hui, nous avons besoin de vous pour continuer

Amnesty International est une des rares associations à financer l’essentiel de ses actions grâce à la générosité de ses membres et donateurs. Nous ne pouvons plus mener à bien certaines de nos opérations de collecte de fonds, mais vous pouvez continuer à nous soutenir en ligne.

Portrait

José Adrián

José Adrián n’avait que 14 ans en février 2016, lorsque la police l’a arrêté arbitrairement et battu alors qu'il rentrait de l'école dans un quartier pauvre de Chemax, au Mexique.

Avril 2020

La campagne en cours est en train de porter ses fruits puisque José Adrián et sa famille sont sur le point de parvenir à un accord avec la Commission exécutive d'attention aux victimes (CEAV) incluant un retour à la scolarité et un suivi psychologique. De plus, une lettre officielle lui a confirmé que son casier judiciaire avait été effacé.

Plus de 73 000 personnes ont signé notre pétition en France pour défendre José.

José vous dit merci

Je remercie les personnes qui m’ont soutenu, vous avez changé ma vie, je vous en remercie toutes et tous.

José Adrián

Le 25 février 2016, José Adrián rentrait tranquillement de l’école à pied à X-Can, ville de la municipalité de Chemax, dans l’État du Yucatán (Mexique). Sans explication, des agents de police l’ont arrêté et battu avant de l’emmener au commissariat de Chemax, où ils l’ont suspendu avec des menottes. « Ils m’ont laissé comme cela pendant presque une demi-heure, je dirais», se souvient le jeune garçon qui n’avait que 14 ans au moment des faits.

Ils m’ont frappé au niveau de la poitrine puis ils m’ont giflé.

José Adrián

Adrián est maya et souffre d’un handicap auditif qui l’a empêché de communiquer correctement durant son calvaire. Son seul crime: avoir été au mauvais endroit, au mauvais moment, dans une rue d’un quartier pauvre où une altercation venait d’éclater entre les forces de police et un groupe de jeunes. Au lieu d’avoir été protégé, José Adrián a été le seul à être inquiété. Un schéma classique au Mexique où la police prend régulièrement pour cible les personnes pauvres et d’autres issues de minorités. Pour le faire sortir de prison, la famille d'Adrián a dû s’acquitter d’une amende et des frais de dommages du véhicule de patrouille d’un total de 177 dollars. Elle a depuis déposé une plainte auprès de la Commission des droits humains du Yucatán mais à ce jour, les agents de police restent impunis. Adrián et sa famille continuent de se battre pour que justice soit rendue et réclament des excuses du gouvernement.

Les 10 jours pour signer - les situations
Yiliyasijiang Reheman
Nasu Abdulaziz
Magai Matiop Ngong

Soudan du Sud

Voir le portrait

Les jeunes de Grassy Narrows
Yasaman Aryani
Marinel Summok Ubaldo

Philippines

Voir le portrait

Sarah Mardini et Seán Binder
Ibrahim Ezz el-Din
Camille Halut
Les cookies assurent le bon fonctionnement du site, en continuant la navigation vous acceptez leur utilisation. Gérer les paramètres