Accéder au contenu
Menu
Agir
Faire un don
ou montant libre :
/mois
Grâce à la réduction d'impôts de 66%, votre don ne vous coûtera que : € 5.1/mois
Portrait

Gustavo Gatica

Des milliers de personnes ont été blessées lors de la violente répression des manifestations de 2019-2020 au Chili. Gustavo Gatica, lui, restera à jamais aveugle. Quand obtiendra-t-il justice ?

La vie de Gustavo Gatica ne sera plus jamais la même. Ce 8 novembre 2019, l’étudiant en psychologie de 21 ans se joint aux manifestations contre la vie chère et les inégalités à Santiago. Lors de la violente dispersion du rassemblement, un policier tire sur les manifestants à faible distance, à hauteur de visage. Des projectiles atteignent Gustavo Gatica aux yeux. C’est le trou noir.

Un an plus tard, le jeune homme est d’un calme impressionnant. Il a vite appris à lire le braille, à réutiliser son téléphone et son ordinateur. Se déplacer avec une canne est pour l’heure plus difficile. S’il ne fait plus de photo, il se consacre toujours plus à la musique. Dépourvu de colère, Gustavo Gatica ne souhaite que la justice. Pour que son cas contribue à impulser une réforme de la police et que plus personne ne subisse ce qu’il a vécu, il espère:

J’ai donné mes yeux pour que le peuple puisse ouvrir les siens.

Gustavo Gatica

Il aura fallu de longs mois de mobilisation pour que le tireur présumé, un haut gradé des forces spéciales, déjà identifié par Amnesty International sous le code « G-3 », soit enfin arrêté et inculpé pour ces faits. Dans sa procédure interne du 9 décembre 2019, la police a suggéré que les blessures de Gustavo pouvaient être le fait de manifestants, et elle a même tenté de dissimuler la présence de ce policier lors de la manifestation. Aucun responsable hiérarchique n’est pour l’heure inquiété pour avoir couvert ses agissements, ni pour obstruction à la justice. La responsabilité du commandement est pourtant bien en cause : manifestants blessés par milliers, détenus torturés… Le mouvement social chilien de 2019-2020 a été réprimé avec une violence systématique, inédite depuis la fin du régime militaire.

Les 10 situations
Germain Rukuki
Popi Qwabe et Bongeka Phungula
Paing Phyo Min
Nassima al Sada
Khaled Drareni
Les trois jeunes du el Hiblu
Le groupe Solidarité LGBTI+ de l’Université ODTÜ
Idris Khattak
Les cookies assurent le bon fonctionnement du site, en continuant la navigation vous acceptez leur utilisation. Gérer les paramètres