Accéder au contenu
Menu
Agir
Faire un don
ou montant libre :
/mois
Grâce à la réduction d'impôts de 66%, votre don ne vous coûtera que: 5.1/mois
Action pour la journée mondiale contre la peine de mort en Mongolie © Amnesty International

Action pour la journée mondiale contre la peine de mort en Mongolie © Amnesty International

Action pour la journée mondiale contre la peine de mort en Mongolie © Amnesty International

Peine de mort et torture
bonne nouvelle

La Mongolie abolit enfin la peine de mort

Le 1er juillet 2017, la Mongolie entérine enfin l’abolition de la peine de mort. Le pays devient le 105ème pays à abolir la peine de mort.

Cette nouvelle met un point final au processus d’abolition enclenché il y a sept ans par le pays, lorsque le président, M. Tsakhiagiin Elbegdorj, a commué toutes les condamnations à mort et annoncé un moratoire sur les exécutions.

La dernière exécution en Mongolie remontait à 2008 et les condamnations à mort prononcées depuis l’instauration du moratoire en 2010 étaient systématiquement commuées.

Une nouvelle qui reflète la tendance mondiale

Aujourd’hui, la Mongolie devient le 105ème pays à se débarrasser du châtiment le plus cruel, inhumain et dégradant qui soit. C’est le 8ème pays à le faire au cours des cinq dernières années, aux côtés du Bénin, de la République du Congo, de Fidji, de la Lettonie, de Madagascar, de Nauru et du Suriname. Au cours de cette même période, la Guinée a aboli la peine capitale pour les crimes de droit commun uniquement.

Tandis que d’autres pays de la région Asie-Pacifique continuent d’exécuter ou envisagent même de rétablir la peine capitale, en violation de leurs obligations découlant du droit international, le cheminement de la Mongolie au cours des 10 dernières années illustre la tendance mondiale en faveur de l’abolition de la peine capitale, mais aussi le rôle crucial que jouent les dirigeants politiques pour faire changer la donne sur ce type de question.

Lire aussi : L'histoire d'Ammar al Baluchi, condamné à mort après Guantanamo

D’autres avancées en demi-teinte

Le nouveau texte de loi contient également des avancées sur d’autres questions relatives aux droits humains. Il inclut pour la première fois une définition de la torture qui reflète globalement celle exposée dans la Convention contre la torture et autres peines ou traitements cruels, inhumains ou dégradants. Hélas, la Mongolie n’a pas saisi l’occasion de cette nouvelle législation pour mettre en place des mécanismes de protection afin d’éviter et de sanctionner la torture.

Rester informé(e)
Et recevoir nos newsletters
Nous suivre:
AMNESTY INTERNATIONAL FRANCE
76, boulevard de la Villette - 75940 Paris cedex 19
Téléphone: (+33) 01 53 38 65 65
Les cookies assurent le bon fonctionnement du site, en continuant la navigation vous acceptez leur utilisation. Gérer les paramètres