Accéder au contenu
Menu
Agir
Faire un don
ou montant libre :
/mois
Grâce à la réduction d'impôts de 66%, votre don ne vous coûtera que : € 5.1/mois
Arrivée du président Sud-Soudanais Salva Kiir à l'aéroport international de Juba, Soudan du Sud. © REUTERS/Jok Solomun 2019

Arrivée du président Sud-Soudanais Salva Kiir à l'aéroport international de Juba, Soudan du Sud. © REUTERS/Jok Solomun 2019

Arrivée du président Sud-Soudanais Salva Kiir à l'aéroport international de Juba, Soudan du Sud. © REUTERS/Jok Solomun 2019

Liberté d'expression
Actualité

Soudan du Sud : Des journalistes en danger à l’approche de la formation d’un gouvernement d’unité

Le 31 octobre, un haut gradé de l’armée a agressé physiquement deux femmes journalistes au cours d’une assemblée militaire présidée par le chef de l’État, Salva Kiir.

L’agression choquante de deux femmes journalistes, fin octobre, s’inscrit dans un climat pesant au Soudan du Sud, à la veille de la formation d’un gouvernement d’unité de transition. La volonté du gouvernement de restreindre la liberté de la presse se traduit notamment par des arrestations arbitraires de journalistes, des suspensions d’organes de presse et des retraits d’accréditation de correspondants étrangers. Toute critique à l’égard du gouvernement est réprimée par les autorités sud-soudanaises.

La simple évocation des tensions qui règnent dans le pays peut déjà engendrer des poursuites. La correspondante d’Associated Press, Sam Mednick, s’est vue confisquer son accréditation et permis de travail en raison d’un article relatant les tensions dans la capitale, Djouba. En juillet, Michael Rial Christopher, rédacteur en chef du quotidien Al Watan en a également fait les frais. Arrêté arbitrairement, il a été détenu pendant plus d’un mois, très probablement en raison d’un article traitant des manifestations au Soudan qu’il a publié.

 Ces attaques envers les journalistes témoignent de la longue route qu’il reste à parcourir pour la pérennisation de la liberté de presse au Soudan du Sud.

Agir

Faites un don

C'est grâce à vous que nous pouvons enquêter, alerter et agir. Nous sommes l'une des rares associations à ne pas solliciter de financements de la part des gouvernements, d'entreprises et de partis politiques. C'est grâce au soutien de nos membres et de nos donateurs que nous agissons en toute indépendance et en toute liberté. Vous aussi, participez à notre liberté d'action et agissez pour plus de respect des droits humains dans le monde.

Les cookies assurent le bon fonctionnement du site, en continuant la navigation vous acceptez leur utilisation. Gérer les paramètres